Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2015

MAKING-OFF

la fenêtre de mon bureau

donne sur un chantier tout frais

cela ne ressemble encore qu’à un vaste trou

j’ai compté cinq types différents d’engins

à s’être donnés rendez-vous en bas de chez moi

plusieurs équipes sont sur le coup

même si la plupart n’ont

pour le moment

fait que de se croiser

et prendre leurs marques

moi

le seul effort que je me suis demandé

est de prendre une photo par jour

de l’avancée des travaux

 

je n’ai pas tenu la promesse

que je m’étais faite

 

depuis

j’observe le boulot des gars

non sans une certaine aigreur

j’applaudis

à la pluie

qui vient contrarier la bonne marche du chantier

mais cela ne suffit pas

la place en bas de chez moi finira bien par être refaite à neuf

et ce jour-là

je n’aurai plus qu’à partir

 

F.Houdaer (in "ENGEANCES")

Une critique de ce recueil du côté du Recours au poème

 

16:08 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : engeances

22/05/2015

SIC !

aujourd’hui

ma banquière

ma jolie petite banquière

m’a fait de la peine

elle m’a plaqué

elle n’a pourtant pas encore fini

ses études de banquière

elle est encore toute jeune

encore stagiaire dans une agence du Crédit Lyonnais

elle n’a pas attendu d’être

au faite de sa carrière

pour me quitter

elle n’a pas attendu

son précieux diplôme

pour me laisser sur le frigo

un post-it où je peux lire

faute d’orthographe comprise

« TU FINIRA PAUVRE »

 

F.Houdaer, in "ENGELURES"

Recueil critiqué ICI

 

 

00:05 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : engelures

03/05/2015

POÈME DATÉ

 

la librairie ferme ses portes

définitivement

elle baisse le rideau

juste avant le passage à l’euro

la lettre que j’ai reçue

l’annonce

et m’invite

ainsi que tous les amis de la librairie

à un pot d’adieu

j’y vais

je tire une gueule de six pieds de long

il se passe des choses plus graves

dans le monde

qu’une librairie qui ferme

me dit-on

des choses plus graves

où ça ?

je demande

dans le monde

en Afghanistan ou à New-York

me dit-on

et il est vrai que les décombres du World Trade Center

n’ont pas fini d’être déblayés

 

New-York justement

le bar où je me réfugie s’appelle Le New-York

il jouxte la librairie

je commande un café

avec de nombreux sucres

pour me plâtrer le ventre

 

à la table d’à côté

rêve à voix haute

un autre ami de la librairie

il me parle du trésor qui s’y cache

il me parle des milliers de livres enfouis dans les soutes du magasin

quand le libraire a commencé son métier

il y a quarante ans

il ne faisait aucun retour

il ne connaissait pas cette pratique

il a tout conservé

le gars a lui-même du mal à croire en ce qu’il me dit

tu imagines le stock ?

le dépôt ?

la braderie qui va avoir lieu ?

la liquidation totale ?

- 80% sur tous les ouvrages parus chez Bourgois

- 90% sur les Cahiers de l’Herne

- 100% sur les Céline dans la Pléiade

pour un tome acheté

cinquante Folio ou 10/18 d’offerts

 

je vois des personnalités locales

entrer et sortir de la librairie

en nombre

j’en vois des que je ne porte pas dans mon cœur

des que je n’imaginais pas aimer les livres

 

me prend tout à coup

l’envie d’aller à la piscine

 

Frédérick Houdaer, in "ANGIOMES"

 

17:17 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angiomes

27/04/2015

À TEMPS

 

  

 

des règles non écrites

 

j'en ai trouvées la nuit

 

j'en ai trouvées à la piscine municipale

 

le jour où j'ai oublié mon maillot

 

j'en ai trouvé à une hauteur raisonnable

 

mais largement suffisante pour me donner le vertige

 

j'en ai trouvé sous le pas de charlatans remarquables

 

j’en ai trouvé

 

les jours de panne

 

les jours de grève générale insuffisamment suivie

 

ces règles non écrites concernaient

 

l'humour d'une respiration

 

des odeurs non répertoriées dans la littérature française

 

des chansons mortes

 

la politesse des rois et des manants

 

l'humidité d'une femme

 

la sècheresse d'une autre femme

 

le jeu de l'asphalte sous la chaleur

 

le jeu de l’eau en hiver

 

le craquement d'une vie d’homme

 

tout ce que nous produisons et que seuls

 

les animaux

 

perçoivent

 

afin de nous éviter

 

 

 

F.Houdaer, in "ENGEANCES"

12/04/2015

Vrac de vrac # 28

Quelques textes de moi et (surtout) des articles intéressants à lire sur le site du GRAIN DE SEL (le journal des communistes de la Croix-Rousse).

Autrement, cette semaine... Ce jeudi par exemple, si vous voulez vérifier que mon accent italien est meilleur que mon accent anglais (pas difficile)...

les ailes du désir,wim wenders,le grain de sel,le journal des communistes de la croix-rousse

Et ce dimanche surtout, immanquable (et toujours gratuit) :

les ailes du désir,wim wenders,le grain de sel,le journal des communistes de la croix-rousse

En résumé :