Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2017

100 % Goodis

" Rien, voilà à quoi son existence se résumait. Pas de boulot, pas d'argent, pas de petite amie. Il grappillait quelques pièces de monnaie à droite et à gauche, jouait au billard et buvait du mauvais whisky. Les jours se traînaient, gris, interminables, remplis de la douleur sourde des désirs refoulés. Jusqu'au jour où il la rencontra. Elle vint à lui, surgie du froid glacial et de la pourriture des ruelles étroites. Opulente, sensuelle et consentante, et brusquement, elle se retrouva entre ses bras, une traînée de bas étage qui mit sa vie en pièces et lui donna... Tout. "

David Goodis

sans-titre.png

 

23/03/2017

Vous trouverez...

Indic28CouvFin-350x468.jpg

... le texte que j'ai écrit à quatre mains avec Jérôme Leroy à Nantes ("Nos poètes sont tous des héros de roman noir") dans le dernier numéro de "L'Indic" !

 

26/01/2017

Un plateau impensable de nos jours...

... Malet, Manchette, A.D.G... 

 

19:51 Publié dans polar | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : a.d.g, malet, manchette

27/12/2016

Poésie & polar # 2

 

18/12/2016

Pete Dexter

gods.jpg

Mickey Scarpato avait quarante-cinq ans et ne comprenait pas les femmes. Rien à voir avec les tirades misogynes des barmen ou des comiques dans les cafés-théâtres, sa façon à lui de ne pas comprendre les femmes étaient plus proche de celle dont les pauvres ne comprennent pas l'économie. Ils peuvent rester plantés leur vie entière devant le bâtiment de la Girard Bank sans rien piger de ce qui s'y passe. Voilà pourquoi, quand il s'agit de braquer quelque chose, leur choix se porte généralement sur la supérette du coin.

Pete Dexter, "God's Pocket", éd. de l'Olivier (trad. Olivier Deparis)

pete dexter,god's pocket,olivier deparis