Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2018

L'année 2019...

éditions.jpg

L'année 2019 verra pas mal de transformations dans le paysage éditorial lyonnais, et cela ne concerne pas que les lyonnais, bien sûr. Plus d'infos dans les mois à venir... Je ne fais pas exprès de cloisonner les niouzes entre mes amis, mais de fait, certains mouvements s'accélèrent, m'obligeant à compartimenter mes activités.. Et je ne serai pas seul à la manœuvre.  

Bref, à suivre !

 

14/07/2018

"CINéMA INFERNO" (re-suite)

30762880_1596726720445959_5958239832700350338_n.jpg

Toujours au sujet du même fichu recueil...

François-Xavier Farine : "Culotté et bien envoyé".

Dans "Le Journal de Jane" : "A vrai dire, je ne vois pas de meilleure entrée pour aborder la question : à quoi sert la poésie contemporaine lorsqu’on se réveille en plein milieu du cauchemar libéral ? "

cinéma inferno,jean marc flahaut,le pédalo ivre,le journal de jane,françois-xavier farine

 

05/07/2018

"CINéMA INFERNO" (suite)

36596362_1682749568510340_2412463141385404416_n.jpg

Une première critique ICI.

Toujours commandable .

 

29/06/2018

"CINEMA INFERNO"

cinema inferno,frédérick houdaer,jean marc flahaut,flahaut,le pédalo ivre,cinéma poésie

Il est paru. Il n'y en aura pas pour tout le monde. Un "collector".

Commandable ICI.

cinema inferno,frédérick houdaer,jean marc flahaut,flahaut,le pédalo ivre,cinéma poésie

Les avis de...

François Bon (mettre le curseur de la vidéo à 16'30)

François-Xavier Farine : "Culotté et bien envoyé".

"Le journal de Jane" : "A vrai dire, je ne vois pas de meilleure entrée pour aborder la question : à quoi sert la poésie contemporaine lorsqu’on se réveille en plein milieu du cauchemar libéral ? "

Georges Cathalo (revue "Texture") :

" À travers le cinéma, un hommage permanent rendu à l’imagination et au rêve : « je me fais des films sur les films / que je n’ai pas vus », et finalement comme tout un chacun, « j’ai rêvé / que le cinéma redevenait muet / tout en restant en couleurs ». On sourira en lisant l’avertissement initial ou la note finale… Quant au poète, il « n’a pas de doublure / et accomplit lui-même / toutes les cascades que requiert son histoire ». Les titres défilent, les films se rembobinent. Inutile de se lancer dans une enquête policière pour savoir quel est l’auteur de chacun de ces poèmes car les deux auteurs-complices ont effacé toutes les traces. "

 

28/06/2018

"MILIEU DE GAMME"

jean-baptiste happe,happe,milieu de gamme,le pédalo ivre,éditions le pédalo ivre

si j'essaie

de décrire

ma place

devant la fenêtre ouverte

avec le soleil pleine poire

les pigeons les deux palmiers

évidemment il y a toujours un type en panique en bas

qui s'avance et qui dit :

il va sauter

c'est agaçant

pour une fois que je suis en haut

 

Le livre est commandable ICI.

 

Jean-Baptiste Happe, né en 1981 à Lyon. Évite lâchement les conflits armés : il a entamé des Cavales (Hochroth-Paris, 2013) qu’il poursuit en empruntant des routes à travers les bois pour les vidéos de son site. Membre du collectif Écrits/Studio.

jean-baptiste happe,happe,milieu de gamme,le pédalo ivre,éditions le pédalo ivre

 

22/06/2018

Parution imminente...

Parution imminente de deux nouveautés poétiques au Pédalo Ivre pour vous accompagner sur le sable de votre plage toulonnaise, pour vous aider à bronzer sur les galets du Havre, pour vous servir de contrepoison lors du Festival de Sète...

35812495_962603157247864_8469942216591147008_n.jpg

P.S : sans oublier la réédition du tout premier recueil de Grégoire Damon

jean-baptiste happe,jean marc flahaut,cinema inferno,le pédalo ivre,éditions le pédalo ivre,toulon,sète,le havre

08/06/2018

Marché de la Poésie, place Saint-Sulpice ?

Trois livres en cours d’impression pour Le Pédalo Ivre : deux nouveautés (« MILIEU DE GAMME » de Jean-baptiste Happe et « CINEMA INFERNO » de Jean Marc Flahaut & Frédérick Houdaer) et une réimpression (le tout premier recueil de Grégoire Damon, « MON VRAI BOULOT »).
Ça, et ce que je ne vous raconte pas.
Bref, pas le temps de monter au Marché de la Poésie. J’espère que mes ami-e-s s’y retrouveront et s’y amuseront. Pour le reste…

english10.jpg