UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2020

"Je ne le sais pas ni ne pose la question..."

Pessoa altman.jpg

Au-delà du tournant de la route
Il y a peut-être un puits et peut-être un château,
Ou peut-être simplement la route qui continue.
Je ne le sais pas ni ne pose la question.
Et quand je suis sur la route avant le tournant
Je ne regarde que la route avant le tournant,
Parce que je ne peux voir que la route avant le tournant.
Cela ne me servirait à rien de regarder au-delà,
Vers ce que je ne vois pas.
Préoccupons-nous seulement de l'endroit où nous sommes.
Il y a assez de beauté à être ici et non quelque part ailleurs.
S'il y a quelque chose au-delà du tournant de la route,
Que d'autres s'interrogent sur ce qu'il y a au-delà du tournant
de la route,
C'est bien là ce qu'est la route pour eux.
Si nous devons arriver là-bas, nous le saurons quand nous
y arriverons.
Pour l'instant tout ce que nous savons c'est que nous n'y sommes pas.
Ici, il n'y a que la route avant le tournant et avant le tournant
Il y a la route sans aucun tournant.

 

Pessoa

("Poèmes jamais assemblés d’Alberto Caeiro", traductions du portugais de Jean-Louis Giovannoni, Isabelle Hourcade, Rémy Hourcade & Fabienne Vallin, éditions Unes, 2019) 

                                                                                                                                                          

07/08/2020

"couleurs diverses"

116548416_10158695287873872_1833075518954988491_n.jpg

Ecrire
sur les soûleries
les idéologies
on discute
les parents
les élans
les amourettes
les relations
la solitude
les étapes
encore une fois sur l'idéologie
et sur ce qui s'ensuivit.

C'est tout de même de la merde
mais nous voulons désormais
chier en couleurs diverses. 

 

Jean-Patrick Manchette

(texte piqué ici)

 

01/05/2020

Parce que c'était lui...

stendhal,lyon,drieu la rochelle,napoléon,beyle,a rebours

Qui est Romain Colomb ? Un lyonnais fonctionnaire des Impôts qui, sans jamais se prétendre historien, nous a laissé de précieux écrits consacrés à son cousin : Henri Beyle dit « Stendhal ».

« Un jour, quelque écrivain de talent s’occupera de Beyle ; j’aurais mis les matériaux sous ses yeux (…). Mon ambition se bornera à avoir été pour lui un chroniqueur sincère. »

L’homme nous narre l’enfance de celui dont il a été « le premier ami », à commencer par leurs attentats de jeunesse (tirer au pistolet sur un « arbre de la Fraternité »). Devenu l’exécuteur testamentaire de Stendhal, Colomb fera graver sur son monument funéraire la mention « Milanais », l’écrivain ayant « abdiqué sa qualité de français » dès 1840 pour quelques obscures raisons politiques.

Toute une vie… Que Beyle batte la campagne (d’Italie, de Russie) ou le pavé parisien, son cousin est toujours là pour nous le montrer en train d’accumuler le matériau indispensable à sa future œuvre… mais pas seulement. Le Stendhal qu’il nous dépeint aime aussi à « défigurer son nom, en y ajoutant quelque lettre », à « s’attribuer  un titre ou une profession supposés », à passer pour une « fashion victim » à juste titre ou pour un « hypocrite méchant » sans jamais l’être réellement. Oui, Stendhal voit s’évanouir sa fortune en même temps que celle de Napoléon, et il prend « gaiement la chose », oui, il survit en signant des articles littéraires pour des magazines anglais, oui, il rédige une statistique du Sacré Collège afin d’aider Charles X à faire élire un pape français, oui, il ne voit absolument pas venir certains bouleversements politiques majeurs, oui, il lui arrive de « hurler avec les loups » aux dires même de son cousin, et cela ne l’empêche pas de se juger sévèrement dans le même temps (on songe à Drieu), « au fond, cher lecteur, je ne sais pas ce que je suis ; bon, méchant, spirituel, sot. Ce que je sais parfaitement, ce sont les choses qui me font peine ou plaisir, que je désire ou que je hais. », oui, Stendhal reçoit plus de ses amis qu’il ne leur donne, bien qu’il rende « le bâillement impossible dans le salon où il se trouve », oui, il enchaîne les séjours italiens et s’aperçoit… qu’il va avoir cinquante ans, oui, il rêve de recevoir la croix de la légion d’honneur en qualité « d’administrateur » et s’avoue blessé de la décrocher comme écrivain…

Oui, Romain Colomb aime son cousin, et il est conscient de sa valeur, mais jamais il ne sombre dans l’hagiographie. Oui, d’une certaine façon, Colomb n’a pas démérité de Stendhal.

F.Houdaer

 

« Notice sur la vie et les ouvrages de Henri Beyle dit Stendhal rédigée en 1854 par son cousin Romain Colomb »

(introd. de Gérard Guégan)

Éditions À Rebours

170p., 17 euros

ISBN : 2 915114 03 X

 

29/03/2020

"... toujours un saltimbanque..."

91220159_10158277299873872_7181541852737175552_n.jpg

La poésie vient quand elle veut et je n’ai jamais eu la moindre idée sur la façon de la faire apparaître.
Qui sait ce qui provoque l’ouverture ou la fermeture de la porte .
Il y a toujours eu parmi les poètes, pendant les périodes "ramollies" une tendance à limiter eux-mêmes leurs meilleurs efforts, mais cela apparaît désagréablement évident à leurs lecteurs. C’est un peu comme essayer de susciter un fantasme sexuel convaincant et se trouver interrompu (en si bon chemin …) par votre mère qui téléphone pour savoir pourquoi vous êtes toujours un "saltimbanque" à 59 ans.

Jim Harrison

 
 

20/03/2020

Simenon

86182950_10158130537778872_4204600471127588864_n.jpg

Ex-libris de Georges Simenon : Comprendre et ne pas juger

85157059_10158130427128872_3776695473587355648_o.jpg

Tout ce que j'essaye, c'est de comprendre l'homme. J'ai 69 ans. Depuis que j'écris, c'est à dire depuis l'âge de 16 ans, j'essaye de comprendre ce qu'est l'animal nommé homme. L'homme tout nu. Nous sommes 3 personnes ici, nous avons chacun notre uniforme. Nous sommes chacun habillés à notre manière. Cela fait partie d'un tout artificiel, d'un tout que nous avons choisi pour nous rassurer, pour nous sentir bien dans notre peau. Mais qu'on nous mette tout nus, tout nus, cela change tout. Nous perdrons notre assurance. Nous commencerons à révéler nos petits défauts. Ce que je cherche c'est à comprendre l'homme tout nu, l'homme tel qu'il est en lui-même, lorsqu'il s'éveille le matin et qu'il se regarde dans une glace. Je n'ai pas encore réussi. Parce que, si j'avais réussi, je n'aurais plus rien à faire et ce serait très embêtant de me mettre à la retraite. J'espère ne jamais y être.

 

01/08/2019

"La nue-propriété plutôt que l’usufruit..."

1.jpg

J’emploie les mots à la source, dans leur innocence première. La nue-propriété plutôt que l’usufruit. Mais ce sont de pieux coquins et qui me jouent des tours pendables. Dès qu’on ne les a plus à l’œil, ils vous cherchent noise, font des fugues. Et caméléons avec ça ! Tantôt ils ne montrent que leur panache blanc, tantôt que leurs entrailles. Et leurs malices étymologiques. D’avoir fait le poisson dans le secondaire ils gardent quelque écaille, et quelque plumasserie d’avoir hanté le ptérodactyle. Par-delà le dictionnaire, ils ont leur tempérament. À force de fréquenter les hommes, de partager nos aventures et l’odeur de nos amours, ils ont attrapé quelque hommerie : ce sont de petits hommes.
Voyez comme “amoureux” vous a un air tendre, tandis qu’“amant” met les pieds dans le plat.
(…)
Il y a aussi les expressions toutes faites, parfois fertiles en perspectives savoureuses ou équivoques… 

Joseph Delteil

02/09/2018

The right stuff (#1) : Roald Dahl

Roald Dahl,gérard guégan,the right stuff,charlie et la chocolaterie

Une bonne émission* consacrée à un extraordinaire bonhomme :

Et vous, quels sont vos souvenirs de cet auteur ?

 

* : on y entendra également les interventions de Gérard Guégan que j'ai eu la joie d'avoir au téléphone pas plus tard qu'hier.

 

16/08/2018

Selby

Ceusses qui ont lu "Armaguédon Strip" savent/devinent ce que je dois à John Fante lu et relu depuis une trentaine d'années.

Pour le roman en cours d'écriture, celui qui m'aide à hausser la barre, c'est LUI (également découvert pendant mon adolescence).

De l'écriture comme d'un art brut. Ce qui n'exclut pas les influences, bien au contraire...

 

21/05/2018

Titulopanpé

6 juillet.

Le poète Titulopanpé avait fait, sur les papillons, une pièce de vers. Il n'en était pas content du tout. Il trouvait lourd le vol de ses papillons. Il déchira ses vers et jeta sur le lac les morceaux de papier. Mais ils ne tombèrent pas à l'eau. Légers, ils s'envolèrent d'un essor miroitant, pris par la brise. Et le poète Titulopanpé les suivait du regard, attendri, content d'avoir écrit des vers meilleurs qu'il ne croyait. 

Jules Renard. "Journal"