UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2019

Dans quelques mois...

mes trois premiers recueils de poèmes (« ANGIOMES » 2005, « ENGELURES » 2011 et « ENGEANCES » 2012) reparaîtront EN UN SEUL VOLUME aux éditions « La Passe du vent », sous le titre « ANGES PROFANES » et avec une préface de Jean Marc Flahaut.

Anges profanes.jpg

Merci à ceux qui ont cru en moi.

 

27/11/2019

Remise à niveau (english) # 114

73211964_2394633790795495_3602608058099826688_n.jpg

 

26/11/2019

Luc Dietrich

luc dietrich.jpg

Livres à lire : LE BONHEUR DES TRISTES, par Luc Dietrich. Un livre neuf, vibrant, original et tendre.

Livres à ne pas lire : LE BONHEUR DES TRISTES, par Luc Dietrich. Un livre faux, morbide et exagéré. 


Le Canard Enchaîné du 23 octobre 1935

 

23/11/2019

C'était le Cabaret Poétique du 17 novembre 2019

76697403_2161993950770575_1419000359296172032_o.jpg

75450002_2161983194104984_8770711882907516928_o.jpg

75625458_2161983130771657_2087800580591321088_n.jpg

74914147_10220791911336085_4528885650325241856_o.jpg

Pierre Tilman & Mathieu Bec

75424766_2162035134099790_7196516797380558848_o.jpg

72245999_10157851612143872_8193038712876040192_n.jpg

73033765_2161994177437219_2952586125312524288_o.jpg

Avec Pierre Tilman.

 

15/11/2019

CABARET POETIQUE LE DIMANCHE 17 NOVEMBRE...

... à 17h, au Périscope, et entrée libre !

Avec...

73388407_3052138488149379_3804903246829453312_n.jpg

... (la légende) PIERRE TILMAN &...

73342378_3052138834816011_9012538663594098688_n.jpg*

… le phénoménal MATHIEU BEC !

Prévoir un voltage assez élevé !

 

 

13/11/2019

Physique quantique

75392758_10157827943828872_7450216379501772800_n.jpg

"Quiconque n'est pas choqué par la physique quantique ne la comprend pas."

Niels Bohr

 

12/11/2019

Quelques trucs à lire...

Le nouveau numéro de la revue "N.A.W.A." est à lire.

Que des textes inédits… ici, , ou encore . Si cela vous intéresse de faire le tour de ma boussole...

Autrement, rien à voir, un article sur "le retour à l'ordre moral" signé Pierre Jourde. Pas ça qui inversera la tendance, mais il est parfois bon de se compter.

Zsa Zsa Gabor for Paper-Mate, 1953.jpg

 

07/11/2019

C'était la soirée de lancement des Editions Le Clos Jouve...

... c'était le 25 octobre, et près de 200 personnes s'y sont pressées entre 19 et 23h.

1.jpg

Anne de Boissy lisant "Profils perdus d'Antoine Vitez" de Jean-Pierre Léonardini.

2.jpg

Jean-Pierre Léonardini

3.jpg

Jindra Kratochvil & (Chéri-)Bibi.

6.jpg

15.jpg

7.jpg

Les sinistrissimes Jindra Kratochvil & Stéphane Libert !

20.jpg

Pendant ce temps-là, au mur...

8.jpg

Les éditeurs (Philippe Bouvier and me)

17.jpg

André, le patron du lieu (Café du Clos Jouve)

10.jpg

Pierre Desmaret lisant "La Rome d'Ettore Scola" de Michel Sportisse"

Pierre Desm

Fin de soirée

05/11/2019

« Aujourd’hui j’ai invoqué tout dieu disponible dans la forêt embrumée... »

jim harrisson,harrisson,brice matthieussent,une heure de jour en moins,dieux

J’ai oublié où j’ai entendu que les poèmes

sont censés réveiller les dieux endormis ;

de nos jours et à leur manière habituelle,

ils prennent des formes presque méconnaissables ;

l’un est un chien, l’autre un épouvantail

hors d’usage – les corneilles se perchent

sur ses manches fouettées par le vent,

l’un est un charpentier qui ne devient pas Jésus,

un autre une fille montée au ciel

soixante ans trop tôt. Les dieux meurent,

pas toujours de leur plein gré,

tels des chats myopes bondissant

entre deux immeubles de sept étages.

Un dieu a fait sortir des plumes hors de ma peau

pour que je vole, une faveur frisant la terreur.

Mais je ne dresse pas ici une carte des dieux.

S’ils habitent les rivières,

c’est qu’elles sont sans équilibre figé ;

les dieux détestent l’équilibre, car tout

ce qui vit bouge ; les rocs

sont une guerre d’atomes, le pissenlit

perfore le goudron de la route.

Le scarabée tropical de Seltzer grandit à partir

d’une boule larvée dans le bras d’un homme,

pour en sortir adulte, en agitant ses pinces.

Sur le mont Cuchama il y avait tant de dieux

qui passaient là que je me suis terré au creux

d’un rocher, réveillant l’un d’eux par accident.

J’ai fui en serrant les fesses, mort de trouille.

Je pourrais tracer une carte du lieu,

mais on ne les surprend jamais deux fois

au même endroit. 

 

Jim Harrisson, « Une heure de jour en moins » (trad. Brice Matthieussent)