UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2019

C'était la soirée de lancement des Editions Le Clos Jouve...

... c'était le 25 octobre, et près de 200 personnes s'y sont pressées entre 19 et 23h.

1.jpg

Anne de Boissy lisant "Profils perdus d'Antoine Vitez" de Jean-Pierre Léonardini.

2.jpg

Jean-Pierre Léonardini

3.jpg

Jindra Kratochvil & (Chéri-)Bibi.

6.jpg

15.jpg

7.jpg

Les sinistrissimes Jindra Kratochvil & Stéphane Libert !

20.jpg

Pendant ce temps-là, au mur...

8.jpg

Les éditeurs (Philippe Bouvier and me)

17.jpg

André, le patron du lieu (Café du Clos Jouve)

10.jpg

Pierre Desmaret lisant "La Rome d'Ettore Scola" de Michel Sportisse"

Pierre Desm

Fin de soirée

05/11/2019

« Aujourd’hui j’ai invoqué tout dieu disponible dans la forêt embrumée... »

jim harrisson,harrisson,brice matthieussent,une heure de jour en moins,dieux

J’ai oublié où j’ai entendu que les poèmes

sont censés réveiller les dieux endormis ;

de nos jours et à leur manière habituelle,

ils prennent des formes presque méconnaissables ;

l’un est un chien, l’autre un épouvantail

hors d’usage – les corneilles se perchent

sur ses manches fouettées par le vent,

l’un est un charpentier qui ne devient pas Jésus,

un autre une fille montée au ciel

soixante ans trop tôt. Les dieux meurent,

pas toujours de leur plein gré,

tels des chats myopes bondissant

entre deux immeubles de sept étages.

Un dieu a fait sortir des plumes hors de ma peau

pour que je vole, une faveur frisant la terreur.

Mais je ne dresse pas ici une carte des dieux.

S’ils habitent les rivières,

c’est qu’elles sont sans équilibre figé ;

les dieux détestent l’équilibre, car tout

ce qui vit bouge ; les rocs

sont une guerre d’atomes, le pissenlit

perfore le goudron de la route.

Le scarabée tropical de Seltzer grandit à partir

d’une boule larvée dans le bras d’un homme,

pour en sortir adulte, en agitant ses pinces.

Sur le mont Cuchama il y avait tant de dieux

qui passaient là que je me suis terré au creux

d’un rocher, réveillant l’un d’eux par accident.

J’ai fui en serrant les fesses, mort de trouille.

Je pourrais tracer une carte du lieu,

mais on ne les surprend jamais deux fois

au même endroit. 

 

Jim Harrisson, « Une heure de jour en moins » (trad. Brice Matthieussent)

 

01/11/2019

Toussaint

Qu'est-ce qu'un Saint ?

Un saint c'est quelqu'un qui a atteint une lointaine possibilité humaine.

Il est impossible de dire ce qu'est cette possibilité. Je pense que ça a quelque chose à voir avec l'énergie de l'amour.

Le contact avec cette énergie aboutit à une sorte d'équilibre dans le chaos de l'existence.

Un saint ne dissout pas le chaos ; s'il le faisait, le monde aurait changé depuis longtemps. Je ne pense pas qu'un saint dissolve le chaos même pour lui, parce qu'il y a quelque chose d'arrogant et de guerrier dans l'idée d'un homme mettant de l'ordre dans l'univers.

C'est une sorte d'équilibre qui fait sa gloire. Il glisse sur les congères comme un ski échappé. Sa course est une caresse de la colline. Sa trace est un dessin de la neige à un instant particulier de son rapport avec le vent et le rocher.

Quelque chose en lui aime tant le monde qu'il s'abandonne aux lois de la gravitation et du hasard.

Loin de voler avec les anges, il trace avec la fidélité d'une aiguille de sismographe l'état du paysage solide et sanglant.

Sa maison est dangereuse et limitée, mais il est chez lui dans le monde.

Il peut aimer la forme des êtres humains, les formes belles et sinueuses du coeur.

C'est bien d'avoir de tels hommes parmi nous, de tels monstres d'amour qui rétablissent l'équilibre.

 

Leonard Cohen, Les perdants magnifiques, 1966

 

73497877_2159227241048304_1453422091222122496_n.jpg

 

31/10/2019

Quelques jours à Sète...

catalogue de bord de mer.jpg

Catalogue de bord de mer.

tilman.jpg

Pierre Tilman, dans son atelier sétois, le 28 octobre 2019. Le 17 novembre, il sera mon invité au Cabaret Poétique !

73277659_10157788761363872_2643125231895445504_n.jpg

pierre tilman,sète,tilman

 

 

28/10/2019

Remise à niveau (english) # 113

62188013_2485859168112369_5045748732054732800_n.jpg

 

26/10/2019

Edittions Le Clos Jouve (#6)

Un nouvel article...

Puis, cette bonne nouvelle pour nos ami-e-s lyonnais-e-s : vous pourrez trouver les ouvrages publiés au Clos Jouve à la fameuse librairie "PASSAGES" (11 rue de Brest, dans le 2ème arrondissement, métro Cordeliers) !

73059278_10157761815203872_6798874044918661120_n.jpg

Petit rappel pour nos lecteurs parisiens : pour vous, il vous faudra vous rendre à la librairie Le Dilettante, place de l'Odéon.

Autrement, il est toujours possible de commander nos livres depuis notre site.

 

23/10/2019

À la rencontre des Éditions Le Clos Jouve !

le clos jouve,éditions le clos jouve,jindra kratochvil,anne de boissy,jean-pierre leonardini,philippe bouvier,michel spo

Les Éditions Le Clos Jouve (& leurs complices*) en chair en os !

Le soir du vendredi 25 octobre, vous pourrez rencontrer leurs trois premiers auteurs (Jean-Pierre Leonardini, Michel Sportisse, Jindra  Kratochvil), ainsi que les deux éditeurs (Philippe Bouvier et Frédérick Houdaer) dans le lieu même où est née cette aventure éditoriale, le Café Le Clos Jouve !

Au programme : lectures (de Anne de boissy, de Pierre Desmaret et de Jindra Kratochvil + Stéphane Libert), présentations, livres, affiches, tote bags, cubis & quiches

le clos jouve,éditions le clos jouve,jindra kratochvil,anne de boissy,jean-pierre leonardini,philippe bouvier,michel spo

le clos jouve,éditions le clos jouve,jindra kratochvil,anne de boissy,jean-pierre leonardini,philippe bouvier,michel spo

Café Neuf du Clos Jouve, 32 Boulevard de la Croix-Rousse 69004 Lyon

Métro : Croix-Rousse, ou en bus (depuis Hôtel de Ville, le C18 ou le C13, arrêt « Clos Jouve »)

De 19h à 23h

* : L’Atelier Chalopin Sérigraphie, Papyart ...

 

21/10/2019

Toshes sur Selby

c2dcd0124db69aa522344a4d75055b95.jpg

"To begin to define Selby's brilliance and power, you have to go back to the rhythms of Homer, Hesiod, and Sappho; back to the dark and light and beauty of Dante; and back to what lay beyond and beneath that sign on the Belt Parkway from which he took the title of his first novel. Everything that Herman Melville, that other great ex-seaman, and no stranger to Brooklyn, is held up to be in the pantheon of American literature, Hubert Selby, Jr., is. What Moby Dick was to Melville's century, Last Exit to Brooklyn is to ours, and between the two, Selby's is the better book. If that be called heresy, know that it be called so only by those of the same dead mind as they who allowed Melville to die unknown. There are only a few American writers who are in Selby's league, and in a wholly different way: Peter Matthiessen at his best; Philip Roth, maybe, when he takes off his yarmulke. And if you want to talk about living fucking legends, when it comes to writers, Selby is the only game in town. I mean, this guy should be wearing fucking laurel leaves and pulling down a million a year."                                                                        

Nick Toshes (parti le 20 octobre 2019)

 

19/10/2019

Au coeur du Cabaret Poétique...