UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2020

Le grand Marcel

arletty.jpg

Ketty fut pendant près d’un an la maîtresse d’un officier allemand. A la Libération, elle fut tondue et arrêtée. Passant devant une commission d’enquête et comme on lui demandait pourquoi elle avait été la maîtresse d’un Allemand : "Parce qu’il avait, répondit-elle, une belle gueule et qu’il me faisait jouir. Vous, avec vos gueules de cons, vous ne me feriez pas jouir. "

 

"Le chemin des écoliers", Marcel Aymé (cliquez sur ce nom magique pour dénicher d'autres notules à son sujet)

 

13/09/2020

Montaigne (parti un 13 septembre)

C0oWMoqWIAQ5YIa.jpgimmagine_2_4.jpg

“ Je n’aime, pour moi, que les livres ou plaisants et faciles, qui me chatouillent, ou ceux qui me consolent et conseillent à régler ma vie et ma mort. ”

Montaigne (auquel mon blog doit son nom)

 

08/08/2020

"En vitrine de la Maison de la Presse de Chinon aujourd’hui..."

116741214_10158702583518872_8097712606005532993_n.jpg

" Les plus grands poètes ne sont lus par personne. Ils ne servent qu’à « fournir » des titres merveilleux à des romans. En vitrine de la Maison de la Presse de Chinon aujourd’hui : L’espoir d’aimer en chemin de… peu importe. "

Jean-Pierre Georges, "L’éphémère dure toujours", éd. Tarabuste

 

 

11/07/2020

"le plus clair de mon temps..."

106312666_10158603506093872_4060685448435496260_n.jpg

J'ai passé le plus clair de mon temps à lire à la Bibliothèque Municipale de Los Angeles et rien de ce que je lisais n'avait de rapport avec moi ou avec les rues et les gens autour de moi. C'était comme si tout le monde jouait aux charades et que ceux qui n'avaient rien à dire étaient reconnus comme de grands écrivains. Leurs écrits étaient un mélange de subtilité, d'adresse et de convenance, qui étaient lus, digérés et transmis. C'était une machination, une habile et prudente "culture mondiale". Il fallait retourner aux écrivains russes d'avant la Révolution pour trouver un peu de hasard, un peu de passion. Il y avait quelques exceptions, mais si peu que les lire était vite fait et vous laissait affamé devant des rangées et des rangées de livres ennuyeux. (...) Pourquoi est-ce que personne ne disait rien ? Pourquoi est-ce que personne ne criait ? 

Charles Bukowski, préface à "Ask the dust" de John Fante, 5 juin 1979.
 
 
 
 
 

11/05/2020

116 ans

C’est l’âge qu’il aurait aujourd’hui.

dali

Rien que pour cette phrase :

 

« Je suis un homme qui fait attention à tout, et d’abord à l’attention. »

 

07/03/2020

" ... grise ou pourrie de bleu "

87473361_10158197218188872_151730289645715456_o.jpg

Ils n'ont pas voulu être le temple
Où se complaire.
Mais la menace est toujours là
Dans le dehors.
Et la joie
Leur vient d'eux seuls,
Que la mer soit grise
Ou pourrie de bleue.

Guillevic
 

03/03/2020

Alphonse Boudard

Boudard.jpg

 

26/01/2020

"Ai-je assez..."

versunmasculinismetendu.jpg

Ai-je assez ménagé la vanité de ceux avec qui j’ai vécu aujourd’hui ? 


Stendhal

 

28/12/2019

"J'aimais..."

80032008_10157977810968872_4544060525696253952_n.jpg

J'aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d'église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l'enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs…
Arthur Rimbaud