UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2016

"Vous me faites rire..."

Vous me faîtes rire avec votre angoisse métaphysique, c'est la frousse qui vous étreint, la peur de la vie, la peur des hommes d'action, de l'action, du désordre. Désordre que les végétaux, les minéraux et les bêtes ; désordre que la multitude des races humaines ; désordre que la vie des hommes, la pensée, l'histoire, les batailles, les inventions, le commerce, les arts ; désordre que les théories, les passions, les systèmes. C'a toujours été comme ça. Pourquoi voulez-vous y mettre de l'ordre ? Quel ordre? Que cherchez-vous ? Il n'y a pas de vérité. Il n’ y a que l'action, l'action qui obéit à un million de mobiles différents, l'action éphémère, l'action qui subit toutes les contingences possibles et inimaginables, l'action antagoniste. La vie. La vie c'est le crime, le vol, la jalousie, la faim, le mensonge, le foutre, la bêtise, les maladies, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, des monceaux de cadavres.

 
Blaise Cendrars
 

04/08/2016

"Ca tourne, ça tourne"

çatourne.jpg

"Ca tourne, ça tourne" est ce que nous disons tout bas, nous autres bokonistes, chaque fois que nous songeons à quel point le mécanisme de la vie est complexe et imprévisible. (1)

Kurt Vonnegut

 

(1) : citation trouvée dans le recueil de Roger Lahu "Au plus près" (éd. Le dé bleu). Réédité l'an prochain au Pédalo Ivre ?

 

31/07/2016

"Avoué ou non..."

 

“ Avoué ou non, conscient ou inconscient, l’état poétique, un état transcendant de la vie, est au fond ce que le public recherche à travers l’amour, le crime, les drogues, la guerre ou l’insurrection. ”

Antonin Artaud

 

 

30/07/2016

La genèse d'Antoine Blondin

Antoine Blondin : « (…) Mon père a eu toute sa vie une envie : celle d’écrire un livre. Il ne l’a jamais fait. Quand il est mort, pour la première fois j’ai essayé moi aussi d’écrire un livre. Pas à sa place. Mais si lui en avait publié un, je n’aurais jamais écrit le moindre livre. Quant à ma mère, elle était issue de la grande bourgeoisie. Son aïeul s’appelait Casimir-Perier. Dans la vie, il faisait président de la République. Six mois en 1894. Après quoi il a donné sa démission pour aller claquer tout son argent avec les admirables putes de l’époque.

Pierre Assouline : C’est quand même un drôle de destin pour un Président.

Antoine Blondin : Oui, mais c’est peut-être comme ça qu’on obtient un écrivain quarante ans après. »

Extrait de « Le flâneur de la rive gauche », entretiens Blondin/Assouline

d903abb8c539c192b92e68d8b835be4b.jpg59f4c6479538c7194c31507df7d707dd.jpg

 

12/04/2016

Ferlinghetti

Ferlinghetti devant sa boutique.jpg

" On ne vit qu'une fois et bien vivre est la meilleure revanche. "

05/04/2016

D'Artagnan amoureux

DartAmoureuxG.jpg

- Ah, Monsieur ! Parlez-moi carnage !

- Mais, Mademoiselle, je ne sais pas.

- Comment ? Vous ne regardez pas ? Vous êtes du dernier distrait !

 

25/03/2016

" Jean aimait... "

« Jean aimait Teresa qui aimait Raymond
qui aimait Maria qui aimait Joachim qui aimait Lili
qui n’aimait personne.
Jean partit aux Etats-Unis, Teresa au couvent,
Raymond mourut dans un accident, Maria resta vieille fille,...
Joachim se suicida et Lili se maria avec J.Pinto Fernandez
qui n’avait rien à faire dans cette histoire. »

 

Carlos Drummond de Andrade

02/03/2016

"Une réputation..."

"Une réputation, c'est comme un pneu de voiture. Ça roule, ça roule et un jour ça rencontre un clou."

David Goodis (dont c'est l'anniversaire aujourd'hui)

A1TYr5W8yAL.jpg

21/02/2016

Dixit Leonard

You cannot stand what I've become,

you much prefer the gentleman I was before.

I was so easy to defeat, I was so easy to control,

I didn't even know there was a war.

 

Leonard Cohen ("There Is A War")

 

leonard cohen,cohen,there is a war