Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2017

“It’s much too hot..."

It’s much too hot, my prostitute,

to cradle, God knows

But I like to keep the edge of your foot

All night between my toes.

Aleister Crowley

307287_10150348845978872_504447220_n.jpg

“Monsieur Crowley a toujours été, à mon avis, un bon poète.”
G.K Chesterton

 

02/06/2017

Trois question (#6 bis)

Mea culpa : les précédentes réponses de Roger Lahu étaient extraites d'un courriel privé (je les trouvais intéressantes... Suis comme ça, moi, dès que je décroche du scoop à même de faire chanceler des gouvernements, du off bien saignant...)

Donc, bref, en résumé, voici les bonus :

 

Quel lieu aimeriez-vous voir investi par la poésie ?

  • Ici , notre bas & toujours même

Et accessoirement (tout à fait accessoirement)  :

  • Tous les panneaux d’affichage pour les élections (en lieu & place des tronches des « candidats »)
  • Au pied du mur , des murs , tous les murs . (le poème écrit à ces dits pieds étant : « ici un mur »)

 

Un moment de poésie que vous avez vécu récemment ?

Aucune hésitation : au bord de la rivière canne en pogne quand le moulinet fait tttttzzzzzzzzzzzztttttzzzzzzzzzzzzzzz à la 6eme truite d’un jour de mai

 

Que manque-t-il à la poésie aujourd’hui ?

Absolument rien ! mais elle manque – sans qu’ils le sachent - à ceux qui passent à côté d’elle sans lui jeter un regard comme si elle était une SDF bien crados ! (ce qu’elle est plus ou moins en réalité vraie)

roger lahu,lahu,trois questions

 

31/05/2017

Trois questions... (#6)

... posées à Roger Lahu... qui ne fait rien comme tout le monde et qui y répond en réagissant aux remarques des autres poètes... En plus, il ne traite que deux des trois questions !

Pour faire simple, donc, les réponses de Roger Lahu sont en vert.

roger lahu,lahu,trois questions

Quel lieu aimeriez-vous voir investi par la poésie ?

Les chaussures, puisqu'on n'arrive pas à remplir les salles de spectacles. (réponse d'Emanuel Campo)

Pas d’ac ! (je veux bien cependant une nouvelle paire de shoes : les miennes commencent à être assez amochées) . Le poème n’a pas à être « spectaculaire » : je ne crache pas dans la soupe, une bonne séance de « lecture » me plaisait bien, la voix du mec qui avait pondu les textes j’aimais bien parfois (pas toujours) l’entendre, mais l’histrionisme des « performance » m’emmerdent la plupart du temps : si on veut faire du théâtre on fait du théâtre, si on écrit des poèmes on veut des lecteurs, pas des « spectateurs ».

 

Que manque-t-il à la poésie aujourd’hui ?

D'être reconnue comme genre littéraire au même titre que le roman qui est chiant et prend toute la place. (réponse de J-M Flahaut)

Faux ! « La » poèsie (laquelle ???) est bien « reconnue » comme genre : genre chiant , à cause d’un lourd passif durant une bonne partie du XXeme siècle. Et « le roman » (lesquels ? ) prend la place qu’il mérite : vaste espace d’errances tous azimuts. Et souvent en lisant des romans (75% de mes lectures) je trouve – à mes yeux et noreilles - de superbes poèmes inside. En ai trouvé plein dans « Brève histoire de sept meurtres » (850 pages !!!!) du romancier jamaïcain Marlon james que je te recommande.  

 

Trois questions... (#5) 

Trois questions... (#4)

Trois questions... (#3)

Trois questions... (#2)