UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2020

Sur nos faces

118310121_10158784808413872_2264774440012750815_o.jpg

Ne sais-tu pas que vient l'heure de minuit où chacun doit lever le masque; crois-tu que la vie entende toujours raillerie; crois-tu qu'on puisse s'éclipser un peu avant les douze coups pour éviter ce moment ? 


Soren Kierkegaard

 

17/08/2020

Tactique du Diable

512e8da310d5836258517cb760ae8869-scaled.jpg

– Et comment as-tu fait pour amener autant d’âmes en enfer à l’époque ?

– Grâce à la peur.

– Oh, oui. Excellente stratégie: vieille et toujours actuelle. Mais de quoi avaient-ils peur? Peur d’être torturés? Peur de la guerre? Peur de la faim?

– Non. Peur de tomber malade.

– Mais personne d’autre ne tombait malade à l’époque?

– Si, ils tombaient malades.

– Personne d’autre ne mourait?

– Si, ils mouraient.

– Mais il n’y avait pas de remède à la maladie ?

– Il y en avait.

– Alors je ne comprends pas.

– Comme personne d’autre ne croyait ou n’enseignait sur la vie éternelle et la mort, ils pensaient qu’ils n’avaient que cette vie, et ils s’y accrochaient de toutes leurs forces, même si cela leur coûtait leurs affections (ils ne s’embrassaient plus, ne se saluaient plus, ils n’ont eu aucun contact humain pendant des jours et des jours !); leur argent (ils ont perdu leur emploi, dépensé toutes leurs économies, et pensaient encore avoir de la chance parce qu’ils n’avaient pas à gagner leur pain !) leur intelligence (un jour, la presse disait une chose et le lendemain elle se contredisait, pourtant ils croyaient à tout!), leur liberté (ils ne sortaient pas de chez eux, ne marchaient pas, ne rendaient pas visite à leurs proches… C’était un grand camp de concentration pour prisonniers volontaires! Ahahahahah !). Ils ont tout accepté, tout, tant qu’ils pouvaient prolonger leur misérable vie un jour de plus. Ils n’avaient plus la moindre idée que c’est Lui, et Lui seul, qui donne la vie et la termine. Ça s’est passé comme ça ! Ça n’avait jamais été aussi facile.

 

11/08/2020

Tu me raconteras "2020" ?

2020.jpg

 

07/05/2020

Attestation

95742063_10158420131558872_1163081786616446976_o.jpg

- Parce que… Tu veux la voir, mon attestation ? C’est ça, TU VEUX LA VOIR ?!!!
- Calme-toi, babe. Excusez-la, M’sieur l’agent, on est tous sur les nerfs à cause du grand méchant confinement, pas d’not’ faute, vous voyez ce que je veux dire…

 

09/03/2020

Feuilleton du virus

Il ne leur aura pas fallu beaucoup de temps pour cesser de compter les morts et commencer à compter les sous (qu'ils perdent).

 

11/02/2020

Mise au pas

Seth Greenland,le monde

Tranquillement, posément, Seth Greenland dit où nous en sommes et, ne l'en déplaise, cela concerne également le monde de l'édition française.

 

13/12/2019

Entre nous soit dit... # 2

Et si... mes amis z'auteurs qui jamais ne saluent d’autres z'œuvres que la leur, jamais sur leur site ne tire leur chapeau à d’autres z'écrivains, jamais ne glissent le moindre lien, jamais n’assument leurs z'ardoises, jamais ne rappellent que d’une façon ou d’une autre ils appartiennent à une chaîne, commettaient la pire des erreurs ?

Ici, c'est non fumeur, Monsieur.jpg

22/06/2019

"Les années perdues ?"

Gérard DuBois.jpg

Les années perdues ? Nous avons tous les nôtres. Je l'ai écrit un jour, moi j'ai perdu dix ans de ma vie intellectuelle à me laisser bercer par les ronrons de ces farceurs de poètes, qui sont, je le pense fermement, zéro pour la culture spirituelle et les progrès de l'esprit. 

 

Paul Léautaud

 

30/04/2019

Zabu

Nous avons eu la chance l’été dernier, moi et d’autres poètes, d’être accompagnés lors d’une lecture publique à Sète par Lucien Zabuski, le premier chanteur de « Magma ».
« Zabu » vient de partir. Son ami Pierre Tilman lui rend un magnifique hommage.

58814580_10157286489863872_4368094482923520000_n.jpg

Blues for Lucien,

 

Sète, le jeudi 25 avril 2019
Nous avons tous vu Lucien traînant derrière lui, sur des roulettes, son ampli et sa guitare tenus par un sandow, marchant lentement dans la rue, gentiment comme un être de paix, doucement comme un rêveur éveillé, avec une certaine élégance, comme le chat qui irait faire sa sieste. Nous avons tous aimé sa façon de jouer de la guitare et sa façon de chanter. Vous, les musiciens, vous pourrez en parler bien mieux que moi. Moi, je dirais simplement qu’il était impeccable, parfait. Sa voix, ha, sa voix... sa belle voix, grave, un trésor, un don du, ciel, éraillée, rauque, cassée, mais aussi caressante et douce quand il le voulait, toujours pulsante, swinguante sans jamais en faire trop. Voix de Noir. Super accent américain. Infatigable, toujours fatigué, mais pouvant chanter en plein air, dans la rue, sur une terrasse, dans un bar, un restaurant, sans faiblir, durant des heures d’affilée. Il n’avait pas d’autre ambition que de faire ça. Business, carrière, réussite, tout ça était derrière lui, dans un passé oublié. Le groupe Magma, la série télévisée Navarro; oubliés, dans le brouillard d’un vieux miroir. Il se tenait en dehors de la course. Se mettre en valeur, il n’en avait rien à foutre. Il était trop bouleversé par la misère des autres pour prendre quoi que ce soit à qui que ce soit. On pourrait appeler ça: de l’humilité, une forme de renoncement, avec la fierté, la tête haute, de faire des choses justes. On pourrait appeler ça: de la philosophie. Lucien Zabu avait compris beaucoup de choses. Son nom était Zabuski. Polonais d’origine. Vous saisissez d’où il venait, des plus considérables et sombres tueries de l’Histoire. Il vivait dans une dimension mentale, avec ce qu’il faut de méditation et de mélancolie pour en faire de l’art. Il avait beau être un chanteur de rue, il ne faisait pas dans la facilité. Les gens ne reprenaient pas en chœur ses morceaux pour la simple raison qu’ils ne les connaissaient pas ou qu’ils ne les reconnaissaient pas; même les blues, même les standards américains, il les interprétait à sa façon. Il avait mis en musique plusieurs poèmes, dont un de moi, intitulé «Le choix des couleurs», et aussi «Pour un art poétique»de Raymond Queneau : Prenez un mot prenez en deux faites les cuir’ comme des œufs prenez un petit bout de sens puis un grand morceau d’innocence faites chauffer à petit feu au petit feu de la technique saupoudrez de quelques étoiles poivrez et mettez les voiles Où voulez vous donc en venir? À écrire Vraiment À écrire?
Il avait fait des études à la Sorbonne. Il voulait connaître les fondements de la poésie et était passionné par les traités de versification et de rimes, par les grands rhétoriqueurs de la fin du XVème et début du XVIème, des cours de France, de Bourgogne, de Bretagne et de Flandre : Joachim du Bellay, Pierre de Ronsard, Théodore Agrippa d’Aubigné...Pour les mêmes raisons, il aimait les écrivains modernes de l’Oulipo, Raymond Queneau, Georges Perec, Jacques Roubaud, qui s’intéressaient aux mathématiques, aux règles et aux contraintes. Je l’ai souvent vu chez Homard et Dindon, silencieux, absorbé, son crayon à la main, faisant les mots croisés de Midi Libre. Ce goût de la tenue, de la précision et du système, je crois que ça va avec le besoin de construction qu’éprouvent les musiciens. Enfin, j’en sais trop rien, c’est à eux de dire, mais peut-être que chaque musicien a sa propre perception. Moi, j’ai rencontré Lucien à travers ma poésie et la poésie. Il avait lu des trucs de moi. Il m’a dit que mes poèmes avaient quelque chose de musical et c’est lui qui m’a proposé qu’on fasse quelque chose ensemble. J’étais ravi. On a répété chez moi, dans mon atelier. J’ai vu qu’il possédait une sacrée technique du blues et qu’il était très clair. Il prenait soin de m’expliquer ce qu’il faisait. Il tenait à répéter souvent et beaucoup, et là encore il était infatigable. Il avait peut-être un peu peur d’oublier. Pour moi, c’était plus facile, mes poèmes étaient écrits sur papier, je les lisais, je ne risquais pas de me planter. Quand on passait en public, je trouvais qu’il se tenait trop derrière moi, qu’il était trop discret. Je le faisais s’avancer pour que je puisse croiser son regard et échanger un sourire. Je voulais qu’il sourit, qu’il n’ait pas l’air triste. Je luis demandais de mettre sa jolie veste de dandy. On s’est produit une dizaine de fois, à Paris, à Sète et dans la région. À Paris, il jouait chaque semaine dans un bar restaurant. Je l’ai vu. On s’est retrouvé dans différents endroits, dans des bistrots à plusieurs reprises, l’alcool lui était interdit, on parlait tranquillement ensemble. Je dois quand même dire qu’il m’a parfois raconté plusieurs fois les mêmes histoires. Ça doit être le côté répétitif des accords du blues. Il tournait un peu en rond, égocentrique, mais c’était un beau cercle, un rond bleu, une sphère cosmique, comme un soleil froid. Après, oui, après... nous nous sommes parlé trois ou quatre fois au téléphone. Sa voix était toujours aussi belle. Il ne se plaignait pas. Il m’a dit que la chimiothérapie, c’était une drôle de traversée. Il m’a dit que ses cheveux repoussaient, qu’il avait envie de jouer et de chanter à Sète et qu’il viendrait aux beaux jours. Et, c’est lorsque le son en fut définitivement coupé, que l’on se rendit compte combien sa musique avait été nécessaire dans la ville de Sète. Juste une chose pour finir, juste une, mais certainement la plus importante. Il y a quelqu’un, il n’est pas loin, il est là, et nous sommes ce soir réunis chez lui pour rendre hommage à Lucien. Chez Mélo. Merci à toi, Carmelo. Tu es le cœur qui bat au cœur de toute cette histoire.

 

Pierre Tilman