UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2019

Remise à niveau (english) # 110

56161630_10157207725498872_5433128634393034752_n.jpg

 

26/03/2019

D'une pierre deux coups...

(1943-2019)

 

25/03/2019

Géolocalisé

(…)

comme l’explorateur

au cœur de l’enfer vert

qui n’a pas la force d’ouvrir la dernière lettre que sa femme lui a fait parvenir

et demande à son compagnon d’expédition

de la lui lire

voire même de la lui résumer

pour maintenir à distance

les nouvelles de ses proches

infiniment plus redoutables

que les morsures des serpents ou des araignées

la découverte des grandes cités perdues

n’immunise contre rien

(…)

 

Extrait d’un recueil à paraître

 

 

24/03/2019

C'était le Cabaret Poétique du 17 mars 2019 !

_DSC8631.JPG

_DSC8613_1.JPG

_DSC8617.JPG

53570551_397629134386893_2407633265977458688_n.jpg

_DSC8621.JPG

54236665_2081209145325008_6387469985312145408_n.jpg

_DSC8614.JPG

_DSC8623.JPG

54356003_401045927127579_6269925285995479040_n.jpg

_DSC8629.JPG

53881569_866123867061116_866183062654812160_n.jpg

_DSC8616.JPG

 

 

19/03/2019

De retour à Lyon...

... une belle surprise dans ma boîte aux lettres !

jérôme leroy

jérôme leroy

jérôme leroy

 

13/03/2019

la vie parisienne coûte cher

(pour Gilles)

la vie parisienne coûte cher
trop ?
ma journée d’hier
vécue dans un cercle de 500 m de diamètre
autour de la Porte de Saint-Ouen
ne pas l’oublier

ma zone de panique je ne l’ai atteinte
qu’en voyant les pharmaciens paniquer devant mon état
puis
les urgences de Bichat
puis une heure à ne voir qu’un vaste refus se lever
« je ne veux pas mourir à Paris
je ne veux pas mourir dans cette ville où je suis né
elle est trop dégueulasse
et il n’y a même pas la mer »
puis
ce que je ne peux/veux pas noter dans ce texte
puis
le calme de cette jeune doctoresse
qui tranchait avec l’attitude des pharmaciens
puis
le « beaucoup plus de peur que de mal »
puis
le « c’est par là la sortie »
puis
le « tout ça pour ça »
puis
ce que je ne peux/veux toujours pas noter dans ce texte
puis
le repos dans ma chambre sous les toits
puis
associés dans une même pensée
Thierry et Patrick
parce que tous deux
de façon différente
viennent de passer sous les roues d’une locomotive
(…)
et enfin

Benoit qui me rejoint en fin de journée
pour me faire découvrir le square des Epinettes
la rue de la Joncquière
le café ad hoc
et ce qui s’ensuit
pour me faire redécouvrir cette ville-plus-si-dégueulasse
 

aujourd’hui je rentre à Lyon
on verra

 

12/03/2019

Ce dimanche, Cabaret Poétique !

Toujours au Périscope.

Invités :

CLAIRE RENGADE

clairerengade-1.jpg

+

PHILIPPE LABAUNE & CHRISTOPHE PETCHANAZ

"Construire des cabanes" / Duo guitare-voix / Petchanatz-Labaune
Musiques : Christophe Petchanatz / Textes : Philippe Labaune

52369197_821769954841734_3884463040631930880_n.jpg

52464371_821769864841743_7369344589154484224_n.jpg


Entrée libre !

 

11/03/2019

Quelle option ?

un jour mon vieux s’est réveillé

avec un troisième bras

cela faisait déjà quelques temps

que son cerveau présentait des signes de dysfonctionnement

mais j’ai refusé de prendre les choses au tragique

après tout un troisième bras

cela pouvoir avoir son utilité dans une période

où tout devenait plus compliqué pour vous

j’ai sorti ce genre d’arguments à mon paternel

mais c’était comme de pisser dans un violon

 

quand son troisième bras a commencé

à vouloir l’étrangler

j’ai dû décrocher le téléphone

et emmener mon vieux en consultation

je continuais de dédramatiser autant que je pouvais

tandis qu’il me vantait

mi-terrifié mi-fasciné

la force de son troisième bras

avec lui

me jurait-il

j’aurais remis ta mère à sa place

j’aurais eu besoin que d’une baffe

et elle se serait tenue à carreau pour plusieurs années

en fait

c’était le bras long qu’il aurait aimé avoir

suffisamment pour rattraper sa femme

jusqu’au Liban où elle s’était barrée

j’ai décidé de lui faire parler de ses ongles

parce que c’était sans danger

et que le toubib venait nous chercher dans la salle d’attente

 

(extrait d'un recueil à paraître)

 

 

07:26 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bras

10/03/2019

Nourrir la machine

cartouche.jpg