UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2020

"ANGES PROFANES" (Préface)

54409229_10157182923698872_9208859110433357824_n.jpg

Je ne vous referai pas le coup, non.

Je ne vous rejouerai pas cette scène mythique où Charles Bukowski raconte  – dans la préface de Ask the Dust – comment un jour, en sortant au hasard un bouquin des rayonnages de la Bibliothèque Municipale de Los Angeles, il est tombé amoureux de l’œuvre de John Fante. Non, je ne vous referai pas ce coup-là. Même si... Allez, je dois bien l’avouer : j’ai toujours trouvé que cette préface était l’une des plus belles du monde. Elle me revient en mémoire à l’instant où m’incombe la lourde tâche de glisser ici-même quelques mots d’introduction à cette édition complète des Anges Profanes. Rien d’étonnant à cela, en définitive.

D’abord, parce que moi aussi, j’étais encore assez jeune et toujours affamé lorsque je découvris, au début des années 2000, la poésie de Frédérick Houdaer ; une arme de destruction massive qu’il arborerait quelques années plus tard par un tatouage en forme de peinture de guerre sur le bras – à défaut de perdre une main comme un autre Frédéric[1]. Ensuite, de l’or et de la passion, j’en cherchais également à cette époque dans toutes mes lectures. Et il arrivait que j’en débusque parfois chez quelques poètes américains du siècle dernier que je faisais sortir en douce des bibliothèques lilloises pour leur faire prendre l’air enfumé de mon meublé. Mais cela ne me suffisait pas. J’avais envie d’autre chose. J’ai toujours considéré que la littérature était un seul pays, une même nation. C’est la raison pour laquelle je me moque des frontières. Mais jamais des racines ou des héritages des individus. Voilà pourquoi, je cherchais cela aussi autour de moi. Parmi mes contemporains. D’aucuns me disaient pourtant que la poésie en France, c’était fini. Qu’elle n’avait plus lieu d’être, plus rien à dire sur le monde ou sur nos vies. Et que le poète-travailleur rêvé par Guillevic, préoccupé par les problèmes du présent, avait disparu depuis pas mal de temps déjà de nos tablettes et de nos écrans.

Un poète français, rien que le fait de prononcer ces deux mots ensemble, suffisait à terrifier ma voisine de palier. Un poète français. Le dernier héros romantique d’un imaginaire en noir et blanc. A cheval entre la Nouvelle Vague et le Nouvel Hollywood. Un poète français né avec les années 70, la pop culture, la musique, la bande-dessinée et les films mais qui se souviendrait malgré tout de Villon, d’Apollinaire et de Baudelaire. Un poète français qui n’aurait peur, ni d’évoquer le 11 Septembre 2001 derrière des lunettes de soleil sur la plage de Dunkerque, ni d’employer les mots Playmobil, VHS ou Nutella  dans un de ses poèmes. Vous voyez un peu le truc ? What the hell ! Bon sang, un poète français, c’était trop demander ?

Et puis un jour, je l’ai fait. Je me suis hasardé dans la section poésie française de ma bibliothèque de quartier, rayon nouveautés. J’ai sorti un livre. Je l’ai ouvert et c’était ça. Frédérick Houdaer. Prononcez Hou-Dar comme Dard, le grand Frédéric, le père de San Antonio – tiens, encore un autre Frédéric, décidément…

 

Frédérick Houdaer n’était pas passé par l’école buissonnière de la poésie mais par celle de la rue. Il maîtrisait les codes du polar et transmettait avec passion et en bon artisan de la fiction, les règles du récit dans le cadre de ses ateliers d’écriture. Il était né en 1969 à Paris mais Paris ne s’en souvenait plus. Il avait exercé différents métiers avant de devenir l’auteur de plusieurs romans inspirés par les vies en marge qui peuplent les faits-divers. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, le voici qui déboulait dans le vers libre comme un chien loup dans un jeu de quilles après une résidence à Montréal où cette fois, il s’était juré d’écrire autre chose qu’un roman.

Sa poésie enneigée semblait facile d’accès mais elle montrait tout ; n’épargnait rien, ni personne. En revue : les petits renoncements et les lâchetés ordinaires, les relations de couple et leur lot d’accidents domestiques, tout autant que la vie sociale de l’écrivain en proie aux affres de la création, à l’hypocrisie et aux mesquineries d’un milieu littéraire rarement dépeint avec autant de lucidité. Poème après poème, on ressentait une envie farouche d’en découdre avec le réel, de nous faire visiter les coulisses, de tout déballer dans une forme courte, mordante, souvent drôle et sans concession. Sans parler de cette manière si culottée d’injecter à une poésie narrative, toute l’énergie du roman noir ; à commencer par l’emploi d’un langage trivial pour décrire la gravité des situations. Une observation minutieuse de notre quotidien dans un style direct et flamboyant ; une écriture féroce, tantôt crue ou roublarde mais toujours libre. Humaine, bien trop humaine. Une poésie de genre, en somme. Qui frappait là où ça fait mal. Parfois même, en dessous de la ceinture. Tout en cherchant une échappatoire, une fin grandiose, un passage secret vers un âge d’or, celui de l’enfance et de son innocence perdue. 

Tant et si bien que lorsqu’on se rencontra pour la première fois, Frédérick Houdaer me fit penser d’emblée à Franck Poupart, le beautiful looser incarné au cinéma par Patrick Dewaere dans le film Série Noire d’Alain Corneau. Comme lui, il possédait la folie douce d’un Jim Thompson. Poétisait sur la banlieue et les paysages urbains comme Georges Perec. Tout en philosophant sur l’art, l’amour et l’amitié à la manière d’un Leonard Cohen. Mais revenons à nos anges, si vous le voulez bien.

Angiomes sortit en 2005 à la Passe du Vent. Puis, ce fut le tour d’Engelures, cinq ans plus tard. Enfin, Engeances, vit le jour en 2012. Soit, trois recueils en 7 ans. 225 poèmes au total. Un projet que l’auteur avait conçu dès le départ comme un premier triptyque. Celui des « Anges Profanes »[2]. C’est cette édition complète que vous tenez aujourd’hui entre les mains. Je vous promets que vous y trouverez de l’or et de la passion mais aussi tout un tas d’autres choses qui ont secoué le petit monde de la poésie qui en avait bien besoin. Ces instantanés sont un régal de lecture. Un vrai manuel de survie bourré de conseils utiles en milieu hostile et de gestes qui sauvent.

 

On y croise en outre, des figures amies : Richard Brautigan, Patrice Desbiens, etc. Ne passez pas à côté de ces pépites. Je vous en prie, ne boudez pas votre plaisir.

Le temps passe et il y aurait encore tant de choses à dire sur Frédérick Houdaer car l’écrivain ne s’est pas arrêté là. Il a ensuite fait souffler un vent nouveau dans le ciel littéraire hexagonal – d’abord comme directeur de collection puis comme éditeur – ainsi que dans les lectures de poésie de son fameux Cabaret Poétique sur la scène du Périscope à Lyon où durant de longues années, il a permis à un large public d’écouter de jeunes poètes comme de redécouvrir les grands oubliés.

Mais ceci est une autre histoire.

Allez, vous avez assez attendu comme ça. 

Maintenant, comme dirait l’autre, ces poèmes sont à vous.

Ils sont merveilleux.

Profitez-en.

  

Jean Marc Flahaut16 Mars 2020.

 

[1] J’évoque bien entendu ici, Frédéric Sauser dit Blaise Cendrars, poète à la main coupée.

[2] Frédérick Houdaer est aussi l’auteur d’un second triptyque poétique dit "anglo-saxon" (No Parking No Business - Fire Notice - Pardon my french)

anges profanes,flahaut

 

14/11/2020

Les "ANGES PROFANES" sont là !

anges.jpeg

Et cela ne fera pas plaisir à tout le monde !

Si vous comptez des lecteurs/trices de ce blog, cela peut vous concerner. Dans la période actuelle, il n'y a pas à mégoter : 300 pages de poésie, une préface signée Jean Marc Flahaut, aux Editions La Passe du Vent. Le tirage : 300 exemplaires (un collector en devenir, investissez dans la poésie dans l'intérêt de votre progéniture).

Vu le contexte, les librairies fermées, les rayons "livres" des grandes surfaces transformés en scènes de crime... vous pouvez envoyer un chèque à mon ordre de 15 euros (frais de port offerts). L'adresse ? F.Houdaer 105 rue Hénon 69004 Lyon

 

novembre 2020.jpg

 

05/10/2020

Dans un mois...

novembre 2020.jpg

Parution novembre 2020.

Editions La Passe du Vent, 300 pages.

Préface de Jean Marc Flahaut.

Cliquez sur l'image pour voir le canasson en plus gros.

 

29/06/2018

"CINEMA INFERNO"

cinema inferno,frédérick houdaer,jean marc flahaut,flahaut,le pédalo ivre,cinéma poésie

Il est paru. Il n'y en aura pas pour tout le monde. Un "collector".

Commandable ICI.

cinema inferno,frédérick houdaer,jean marc flahaut,flahaut,le pédalo ivre,cinéma poésie

Les avis de...

François Bon (mettre le curseur de la vidéo à 16'30)

François-Xavier Farine : "Culotté et bien envoyé".

"Le journal de Jane" : "A vrai dire, je ne vois pas de meilleure entrée pour aborder la question : à quoi sert la poésie contemporaine lorsqu’on se réveille en plein milieu du cauchemar libéral ? "

Georges Cathalo (revue "Texture") :

" À travers le cinéma, un hommage permanent rendu à l’imagination et au rêve : « je me fais des films sur les films / que je n’ai pas vus », et finalement comme tout un chacun, « j’ai rêvé / que le cinéma redevenait muet / tout en restant en couleurs ». On sourira en lisant l’avertissement initial ou la note finale… Quant au poète, il « n’a pas de doublure / et accomplit lui-même / toutes les cascades que requiert son histoire ». Les titres défilent, les films se rembobinent. Inutile de se lancer dans une enquête policière pour savoir quel est l’auteur de chacun de ces poèmes car les deux auteurs-complices ont effacé toutes les traces. "

 

08/06/2018

Marché de la Poésie, place Saint-Sulpice ?

Trois livres en cours d’impression pour Le Pédalo Ivre : deux nouveautés (« MILIEU DE GAMME » de Jean-baptiste Happe et « CINEMA INFERNO » de Jean Marc Flahaut & Frédérick Houdaer) et une réimpression (le tout premier recueil de Grégoire Damon, « MON VRAI BOULOT »).
Ça, et ce que je ne vous raconte pas.
Bref, pas le temps de monter au Marché de la Poésie. J’espère que mes ami-e-s s’y retrouveront et s’y amuseront. Pour le reste…

english10.jpg

 

12/05/2017

Trois questions... (#2)

... posées à Jean-Marc Flahaut !

 

Quel lieu aimeriez-vous voir investi par la poésie ?

La poésie est partout pour qui sait la trouver.
 

Un moment de poésie que vous avez vécu récemment ?

La liste des effets indésirables du dernier médoc que je viens d'acheter.

 

Que manque-t-il à la poésie aujourd’hui ?

D'être reconnue comme genre littéraire au même titre que le roman qui est chiant et prend toute la place.

647719833.jpg

Trois questions... (#1)

 

 

27/09/2016

(Jean-Marc) Flahaut + (Frédérick) Houdaer =

... un bouquin à quatre mains sur NOTRE cinoche. Pas le genre "les cinéphiles parlent aux cinéphiles" mais un (véritable) recueil de poèmes avec des morceaux de Peckinpah et de Jerry Shatzberg à l'intérieur.

A paraître en 2017... 

 

23/11/2012

"NOUVELLES DU FRONT DE LA FIEVRE"

fievre_couverturepetit.jpg

Après "LES DERNIERS SERONT LES DERNIERS" de Thomas Vinau, sort enfin le deuxième titre de la collection Poésie des Editions Le Pédalo Ivre, et je n'en suis pas peu fier de cette petite merveille signée Jean-Marc Flahaut.

Pour vous le procurer, c'est ICI et seulement ICI.

On en parle déjà ICI, LA et LA.

à suivre... 

 

flahaut,jean-marc flahaut,le pédalo ivre,nouvelles du front de la fièvre,thomas vinau,jean-baptiste cabaud,amérique

Critique de François-Xavier Farine parue dans le n°12 de la revue "Eulalie" ( Février 2013 ) publiée par le CRLL Nord-Pas de Calais.


06/10/2012

"Le" Pirotte, dans "le" Lire, sur "le" Vinau

Jean-Claude Pirotte, dans le dernier numéro de "Lire", cite Thomas et son recueil "Les derniers seront les derniers"... oui, celui qui a ouvert la collection poésie des éditions "Le Pédalo Ivre". Pour vous le procurer, c'est ICI.

Le prochain titre que j'y sors (dans quinze jours!) sera signé Jean-Marc Flahaut.

pirotte _0003.jpg