Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2019

Après toutes ces années...

 

bruno doucey,cheyne éditeur

Après toutes ces années de Cheyneries, de Douceyteries & de Siméoneries, la conclusion enfin* ? L'aboutissement logique ?

bruno doucey,cheyne éditeur

* : Aucun trucage dans ces images.

 

09/01/2019

Réponse à Moix

redgrave.jpg

« - A vos yeux, quelle est, toutes générations confondues, l’actrice qui symbolise la beauté ?

 

- Vanessa Redgrave. Je viens de la voir au théâtre, à Toronto. (…) Elle est incroyable de beauté (à 74 ans), après tout ce qu’elle a vécu : sa fille, son fils, sa sœur, son frère, tous morts, morts, morts. Si les jeunes et belles actrices d’aujourd’hui ne trafiquent pas leur visage, et moi-même je ne l’ai jamais fait, elles deviendront peut-être un jour aussi sublimes que Vanessa Redgrave. »

 

Charlotte Rampling, in « Le Progrès », fin 2011

 

08/01/2019

Permis bateau (suite)

- Et alors, ce permis bateau ? Ta vie est transformée maintenant que tu l’as décroché ? Ça me rappelle une mer-veil-leuse citation, sur la mer justement, je crois qu’elle est de Bruno Siméon… ou de Jean-Pierre Doucey, je ne sais plus…
- T’es pas obligé.

marin.jpg

 

07/01/2019

FRAISE (ET PLUS SI AFFINITÉS)

2019.jpg

peut-être allais-je connaître

une intense expérience spirituelle

allongé sur le fauteuil du dentiste

à l’instar de Ron Hubbard

à la veille de créer sa secte

et de glaner plein de sous

au lieu de cela

le dentiste a posé la main sur mon épaule

et m’a dit

il va falloir que l’on s’occupe sérieusement

de votre couverture sociale

 

(extrait d'un recueil à paraître)

04/01/2019

Remise à niveau (english) #109

eng7.jpg

 

02/01/2019

Biscuits # 4

Lectures z'& relectures z'& zique la veille de Noël

(la preuve : les clémentines) !

 

 

31/12/2018

L’AURORE

13606471_1165971720126817_6735361431297948726_n.jpg

je l’ai quittée

à l’heure où tous partaient pour le travail

comme si cela ne suffisait pas

c’était jour de rentrée scolaire

tout le monde traînait des pieds

je marchais deux mètres au-dessus du sol

les gens étaient trop plombés par leur propre malheur

pour le remarquer

et cela valait mieux pour moi

inutile de crier sur les toits

que j’avais baisé une martienne toute la nuit

 

c’était faux

c’était l’inverse qui s’était produit

elle m’avait opéré sous toutes les coutures

et je n’allais pas me vanter de ses caresses impossibles

de sa façon de glisser ses doigts sous ma peau

les gens ne sont pas prêts de croire que vous vous trimballez

avec un implant extraterrestre dans la tête

quand bien même vous auriez une

radio du crâne

à leur exhiber

la journée s’annonçait

comme souvent

difficilement résumable

 

(extrait d'un recueil à paraître)