UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2022

Progrès du jour

278679662_10159509482260772_1307390252782968306_n.jpg

 

19/04/2022

Deux auteurs qui nous lisent...

278292879_125732516721590_4787588035476726781_n.jpg

Selon les éditeurs les nouvelles ne se vendent pas. Dommage parce que celles-ci sont excellentes.

Michel Embareck

 

Un humour qui grince à la perfection, la prouesse d’écrire à deux, sans qu’on ne sache jamais qui écrit, des histoires courtes, inquiétantes, drôles et toujours en prise sur notre monde, celui de la voiture, des GPS fous, des attentats, des enseignants attaqués par les parents inquiets ou des femmes en mal d’amour, tous névrosés, des jeunes avec leurs correspondants italiens, leur classe de migrants, leurs problèmes de consentement explicite ou implicite, ça fuse, ça décape…

 

Maryse Vuillermet

 

14/04/2022

"DURES COMME LE BOIS"

 

dures comme le bois,sous le sceau du tabellion,éditions sous le sceau du tabellion,wiart,judith wiart,nouvelles

Il m’a demandé si le cortège nous suivait toujours puis de regarder sur ma droite, à l’intersection. La voie était-elle dégagée ? J’ai vu la voiture arriver. Elle était à une centaine de mètres. Elle roulait à environ 50 km/heure. C’est ce que j’ai pensé mais je ne conduis pas. Quand je prenais des cours j’avais beaucoup de mal à estimer l’allure des autres véhicules sur la route, ce qui m’empêchait d’anticiper les manœuvres pour m’engager sur le périphérique ou doubler un camion. J’étais dangereuse. J’ai su en voyant la voiture qu’elle arrivait trop vite pour prendre le risque d’engager la nôtre, mais j’ai dit : « Vas-y, la voie est libre ».

Couverture_DURES COMME LE BOIS_page-0001.jpg

 
Fier de rejoindre le catalogue des éditions Sous le sceau du Tabellion !
 
Extrait de la présentation sur le site de l’éditeur :
« Dures comme le bois est un recueil de nouvelles de Judith Wiart et Frédérick Houdaer, écrit à quatre mains, qui explore les zones grises de notre époque et n’évite aucun terrain glissant.
​Si ce recueil était un végétal, ce serait assurément un cactus.
Si ce recueil était un animal, ce serait le crocodile et particulièrement celui de Michaux qui lance dans Face aux verrous (...) cet avertissement sans frais :
Ce n’est pas au crocodile à crier : Attention au crocodile ! »
216 pages / 19, 50€
 
Le commander sur Internet (avec frais de port minimes et sans Amazon) ? Ici
Premières librairies - à Lyon & aux alentours - où vous pouvez le trouver (cette liste sera mise à jour au fur et à mesure) :
Librairie Passages, Lyon 2ème
Librairie Vivement Dimanche, Lyon 4ème (Croix-Rousse)
Librairie L'Esperluette, Lyon 5ème (Saint-Just)
Libraire Lucioles ( à Vienne)

dures comme le bois,sous le sceau du tabellion,éditions sous le sceau du tabellion,wiart,judith wiart,nouvelles

 

18/03/2022

C'était le Cabaret Poétique du 13 mars...

wiart,doucet,

Marie-Christine Gordien, Laurent Doucet & Judith Wiart

wiart,doucet,

Avec Thierry Renard

wiart,doucet,

wiart,doucet

wiart,doucet

wiart,doucet

Photos de Josette Vial

 

02/02/2022

Musicianes

RS-F_T-1200x630-1_reference.jpg

Dans le cadre des Musicianes, en partenariat avec l'Espace Pandora :
Vendredi 4 février
19h - Espace Pandora (en présence de Judith Wiart) Moment musical et poétique — avec les élèves des classes instrumentales
Lundi 7 février
19h - Centre d'art Madeleine Lambert (en présence de Frédérick Houdaer) Moment musical et poétique — avec les élèves des classes instrumentales, ensemble adulte
Pour nous, il s’agit des deux premiers rendez-vous de l’année 2022, et nous sommes très heureux d’accueillir Judith et Frédérick, deux auteurs que nous retrouverons à l’occasion de la prochaine édition de Magnifique Printemps.
Les deux rendez-vous ci-dessus sont ouverts à toutes et à tous. Venez « libres » & nombreux !
 

09/01/2022

Judith Wiart revient au Clos Jouve !

Bien sûr que non, la poésie ne sauvera pas le monde. Bien sûr que non, l’artiste ne se lève pas le matin en se disant qu’il va changer quoi que ce soit à ce bordel ambiant. La plupart du temps, il va aux toilettes, boit son café très chaud, se brûle un peu les lèvres, sent l’amertume dans sa gorge, se dit qu’il n’a jamais vraiment aimé le café mais qu’il en a besoin pour commencer. La journée sera sûrement moyenne, comme d’habitude. S’il parvient à écrire quelques lignes, à laisser quelques traces sur la toile, à saisir un truc du temps ou de l’espace, ce ne sera déjà pas si mal. Les slogans ne l’intéressent pas. Le monde, lui, fait sa vie de son côté. Il tourne sur lui-même dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Quelque part, l’antilope est chassée par la lionne et la lionne nourrit ses lionceaux. L’artiste, pendant ce temps, fait ce qu’il peut pour donner à voir une goutte d’eau.

270313598_10159850987228872_1192121221747404994_n.jpg

Pour pré-commander l'ouvrage, c'est ICI.
 

30/06/2021

(C'était) Les Editions Le Clos Jouve sous chapiteau

206759713_4279657055389634_3047829396413317334_n.jpg

208407828_4279656922056314_6074330256708979085_n.jpg

Soyons précis. Nous n'étions pas sous un chapiteau mais dans un bal monté (je viens de découvrir le terme approprié).

Et la soirée (diurne pour cause de fin juin) a tenu toutes ses promesses. Avant, pendant, après.

Un grand merci au Social Palace pour son accueil en ce lieu magique.

205919650_4102236299831608_4393984693375606890_n.jpg

206122078_170332591786020_3487126806495709568_n.jpg

208122915_520579569082625_7016489621445855408_n.jpg

1.jpg

206410636_946602566136730_6458721405242851084_n.jpg

201430074_4565694903440731_4884297731675271923_n.jpg

203255530_795605214454407_5235870831735685841_n.jpg

206794762_3882089888580791_2734503747260070577_n.jpg

207326536_1011981646006845_5914977918903651858_n.jpg

 

11/05/2021

Le Cabaret Poétique a repris... dans une cave.

Mais pas DANS N'IMPORTE QUELLE CAVE.

 

08/09/2020

ACQUA IN BOCCA

Avec Judith Wiart, j'ai écrit une vingtaine de nouvelles horribles depuis le début du confinement.

En voici une (longue)...

la grande bellezza.jpg

(Vous pouvez laisser des commentaires sous cette notule)