Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2016

RIEN DE TROP

voilà quarante-quatre ans que je

que je quoi ?

que je respire à mon insu de mon plein gré ?

que je cherche où j’ai pu garer ma voiture

que je circomnambule tant que je veux

puisque j’aime ce verbe

à défaut d’avoir toujours su l’écrire

avec la bonne orthographe ?

que je retrouve ma mémoire

de piéton

en enjambant 999 des mille merdes

qui balisent mon parcours ?

voilà quarante-quatre ans

que je touche du bois

en le trouvant la plupart du temps

étonnamment tendre

malgré la signification de mon nom

voilà quarante-quatre ans que je transporte une vessie pleine

dans le froid

que je lis les bons auteurs

et croque les bons agrumes

pour traverser l’hiver

un hiver parfois sec et lumineux

un hiver qui vaut parfois tous les étés

voilà quarante-quatre ans que j’enchaîne les trips

pour peu voyager au final

voilà quarante-quatre ans que je lis mon monde

voilà quarante-quatre ans que je foule la même planète

que Leonard Cohen

et je ne veux pas

qu’il parte avant moi

 

F.Houdaer ("NO PARKING NO BUSINESS")

 

 

07/11/2016

LE SPIRITISME (pour les NULS)

 

quand je surprends mon chien la truffe en l’air

je suis fier de l’avoir nommé Kardec

il reste là

immobile

à sentir l’anus d’un animal fantôme

que je finis par entrapercevoir

à force de non-attention

 

F.Houdaer ("ENGEANCES")

31/10/2016

GUILLEVIC ET LES ZOMBIS

Guillevic a posé son carnet sur le capot

de son pick-up en panne

le poème vient

ce n’est pas le moment

ce n’est ni le moment de tomber en panne

ni celui de torcher un haïku

c’est ce que lui hurlent les crétins dans le véhicule

il y a là Guillaume Musso

Marc Lévy et Paolo Coelho

qui se font sous eux

tellement ils ont la trouille

Guillevic allume sa pipe

il ne va pas le lâcher

son poème

il aura le temps de poser le point final

avant que les zombies ne les aient rejoints

 

 

BONUS DVD !!!

 

un zombie plus crade que les autres

s’approche de lui en rampant

c’est Aragon

Guillevic le vise soigneusement avec sa carabine

lui explose la tête

puis lui crache

ça t’apprendra à m’avoir fait écrire de mauvais poèmes

entre 51 et 58 !

 

24/10/2016

Peut-être...

peut-être allais-je connaître

une intense expérience spirituelle

allongé sur le fauteuil du dentiste

à l’instar de Ron Hubbard

à la veille de créer sa secte

et de glaner plein de sous

au lieu de cela

le dentiste a posé la main sur mon épaule

et m’a dit

il va falloir que l’on s’occupe sérieusement

de votre couverture sociale

 

 

F.Houdaer

 

00:00 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : dentiste

22/10/2016

Bigre...

ICI, Katia Bouchoueva & moi enregistrés vivants.

katia bouchoueva,bouchoueva,houdaer,cerumen

 

02/10/2016

HEXAGONIE 2015

 

lendemain d’attentat

le mot d’ordre est lancé

allumez des bougies à vos fenêtres

en signe de solidarité avec les victimes

et gare à ne pas vous brûler avec la cire chaude 

à moins que vous aimiez cela !

dans mon quartier de bobos

une fenêtre sur quatre est illuminée

puis

je vais dans la banlieue où je travaille de nuit

j’y tourne en voiture une heure durant

sans trouver la moindre lumière aux fenêtres

machinalement j’allume une cigarette

pas une bougie

mais une cigarette

je me brûle avec

par pure maladresse

 

F.Houdaer

 

 

24/09/2016

N’Y ÊTRE POUR RIEN

cet homme politique très célèbre

me parle de X

sa dernière rencontre marquante

une femme très gentille

qui s’est LAVÉE

il a l’air tellement sûr de lui

que je n’ose mettre en doute son affirmation

enfin

tu vois de qui je veux parler

il me tutoie

et cela ne m’étonne guère

je sais être en train de rêver

j’ai envie de l’interroger sur le suicide qu’on lui prête

au bord d’un canal

il me coupe

l’herbe sous le pied

et m’avoue que ses origines fort modestes

son parcours d’autodidacte

jusqu’au fauteuil de premier ministre

tout ça

certains ne le lui ont jamais pardonné

 

jamais l’un de mes songes

n’a autant mérité le qualificatif de

rêve lucide

 

F.Houdaer