Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2016

LUNDI DERNIER (un mauvais poème mais un bon reportage municipal)

sous les lambris d’un hôtel de ville de province

le poète va chercher son prix

se fend d’un discours

dans lequel il dit « merci à la drogue »

sans oublier de saluer d’autres auteurs

tout aussi intoxiqués que lui

les notables présents ne mouftent pas

ils sont trop forts

ou ils sont morts

 

27/02/2016

27 février 33, incendie du Reichstag

TEMPS SCOLAIRE

 

ado

encadré par mes profs

j’ai vu un documentaire sur la seconde guerre mondiale

dans lequel les méchants étaient bien désignés

je me souviens de ces images

consacrées à l’incendie du reichstag

des images consacrées au procès qui a suivi

des images de ce pauvre type

un jeune communiste

soit-disant incendiaire

soit-disant récidiviste

je me souviens

en découvrant les traits de ce coupable idéal

avec quelle intensité j’ai ressenti

que ce type n’avait pas la moindre chance

de sauver sa tête

c’est comme si toute la machinerie habituellement invisible

qui vous broyait un homme en moins de deux

m’était apparue

comme un sale

très sale effet spécial

comme le monstre de « Planète interdite »

j’ai eu raison d’en conclure que

les pensées dessinent des formes dans l’air

et des formes le plus souvent effrayantes

j’ai eu tort de partager cette déduction

avec ma prof

120301063556385009518333.jpg

 

18/02/2016

LE MEILLEUR DE SOI

le festival de poésie touche à sa fin

on empile les chaises

on chasse les mégots

pour nettoyer le parc

on fait une croix

sur les occasions manquées

le festival touche à sa fin

on n’est pas sûr d’avoir entendu

d’avoir compris

tous les mots

on en a trop entendus

on en a trop attendus

on propose enfin son aide à la jeune femme qui

depuis le début de la journée

tient la buvette

mais trop tard

on l’entend siffler de joie à la perspective de

pouvoir enfin se tourner les pouces

le festival touche à sa fin

le monde comptera-t-il demain

un lecteur de poésie de plus ?

personne ne le jurerait mais

tous l’espèrent

le festival touche à sa fin

les voisins du parc sont soulagés

j’aide à démonter et

à transporter

tout un matériel son et lumière dont j’ignore le fonctionnement

je crois avoir trop bu

mais la bibliothèque de l’ami qui m’héberge

étant ce qu’elle est

là où elle est

dans ma chambre

je passe la nuit à lire

Jules Mongin & Georges Hyvernaud

je serai fatigué pour rentrer chez moi demain

quelle importance ?

 

F.Houdaer

 

 

 

 

 

02/02/2016

No explain ?

je crée la surprise autour de moi

en commençant de fumer à l’âge de 45 ans

j’ai beau jurer ne pas chercher à

faire l’original

j’essuie pas mal de critiques

de la part des fumeurs comme des non-fumeurs

pourquoi m’en griller une maintenant ?

mes juges à la petite semaine savent-ils

que dans certains foyers indiens

on n’allume le feu pour la cuisine

qu’une demi-heure après le lever du soleil

de façon à ce qu’aucun insecte n’aille se griller sur la flamme ?

même chose le soir

les indiens cessent de cuisiner une demi-heure avant le coucher du soleil

je précise tout cela à mes proches

sans qu’ils voient le rapport avec ma nouvelle manie

 

F.Houdaer

 

22/11/2015

Sortie

elle est sortie du cinéma

le cerveau lavé par deux heures de pyrotechnies américaines

il lui a fallu marcher plusieurs mètres sur le trottoir

pour mesurer à quel point ce traitement l’avait déprimée

un traitement pourtant recommandé par ses proches

elle n’était pas très loin de la gare de Perrache

elle s’y est rendue

a consulté les horaires de train au départ

a pris celui pour Bourg

elle est arrivée à temps

pour photographier la façade de l’église de Brou

éclairée par le coucher de soleil

elle a repris un train

été de retour à Lyon sur le coup des 22 heures

les conneries du cinéma américain

étaient loin

 

 

 

14:53 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jodorowsky

01/10/2015

CE QUE JE SAIS DE QUELQUES POÈTES

 

ils ne convoiteront jamais la femme de leur prochain

 

ils ne tueront jamais leur prochain

 

pas plus qu’ils ne se sacrifieront pour lui

 

ils sont capables d’un certain goût

 

mais ne croient pas en l’existence du diable

 

je leur souhaite une belle carrière

 

à animer des ateliers d’écriture

 

avec un peu de chance

 

ils ne finiront pas complètement pauvres

 

et feront de vieux os

 

 

 

 

 

extrait de mon prochain recueil (parution aux Editions Les Carnets du Dessert de Lune début 2016)

 

24/07/2015

PRÉPARATION PHYSIQUE

 

à la télé

 

une femme se confie à un homme

 

elle lui dit

 

sur un ton très bas

 

j’ai fait analyser ces poils

 

qui te sont poussés sur la poitrine

 

l’autre soir

 

l’homme ne semble pas comprendre

 

où elle veut en venir

 

et attend la suite

 

j’ai fait analyser ces poils

 

et

 

ils ne sont pas humains

 

je ne t’apprends rien

 

n’est-ce pas ?

 

j’éteins le poste

 

je le souffle comme disait ma grand-mère

 

et me rabats sur une revue de vulgarisation scientifique

 

à l’intérieur

 

un article me promet une collision entre deux galaxies

 

il la qualifie même d’inévitable

 

mais ne l’annonce que dans quelques milliers d’années

 

je n’aurai jamais la patience

 

 

 

 

F.Houdaer ("NO PARKING NO BUSINESS", éd. Gros textes)