Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2016

AU PASSÉ

 

j’écrivais des poèmes

que je n’appelais pas poèmes

des poèmes avec des mots tels que

Playmobil

Nutella

V.H.S

j’en étais fier

des poèmes qui parlaient

d’un crime passionnel dans la salle des profs

du divorce de Walt Disney

du testament de Mohamed Atta

c’était de nombreuses années avant le 11 septembre

j’étais au courant des projets de Mohamed Atta

j’étais le seul

il n’avait pas commencé de recruter

ses collègues kamikazes

j’étais mieux informé que la C.I.A

au fin fond de mon collège de province

qui a dit que la masturbation rendait sourd ?

mes antennes marchaient à la perfection

la façade de mon immeuble n’était pas encore fleurie

de paraboles plus blanches que le crépi

je captais tout

 

F.Houdaer, in "ENGEANCES"

engeances

 

 

 

13/04/2016

G.

quand j’étais petit

passait souvent à la télévision

un magicien avec un fort accent portugais

dont la spécialité

était de rater et de réussir tout à la fois les tours

qu’il proposait

si on lui demandait de faire apparaître un lapin

sous un couvre-chef

il ne parvenait à en faire sortir

qu’une ou deux colombes

si on lui réclamait des colombes

c’était une souris qui émergeait de nulle part

au milieu d’un tour de cartes

je pense souvent à cet homme

qui devait travailler en amont

chacun de ses ratages

quand je commence à écrire un poème

j’attends qu’un drôle d’accent me rattrape

moi aussi

et je néglige les mini-crottes

qui roulent jusqu’au fond de mes manches

 

F.Houdaer

extrait de "PARDON MY FRENCH", à paraître en juin (pour le Marché de la Poésie Place Saint-Sulpice) aux Editions Les Carnets du Dessert de Lune

 

09/03/2016

LUNDI DERNIER (un mauvais poème mais un bon reportage municipal)

sous les lambris d’un hôtel de ville de province

le poète va chercher son prix

se fend d’un discours

dans lequel il dit « merci à la drogue »

sans oublier de saluer d’autres auteurs

tout aussi intoxiqués que lui

les notables présents ne mouftent pas

ils sont trop forts

ou ils sont morts

 

27/02/2016

27 février 33, incendie du Reichstag

TEMPS SCOLAIRE

 

ado

encadré par mes profs

j’ai vu un documentaire sur la seconde guerre mondiale

dans lequel les méchants étaient bien désignés

je me souviens de ces images

consacrées à l’incendie du reichstag

des images consacrées au procès qui a suivi

des images de ce pauvre type

un jeune communiste

soit-disant incendiaire

soit-disant récidiviste

je me souviens

en découvrant les traits de ce coupable idéal

avec quelle intensité j’ai ressenti

que ce type n’avait pas la moindre chance

de sauver sa tête

c’est comme si toute la machinerie habituellement invisible

qui vous broyait un homme en moins de deux

m’était apparue

comme un sale

très sale effet spécial

comme le monstre de « Planète interdite »

j’ai eu raison d’en conclure que

les pensées dessinent des formes dans l’air

et des formes le plus souvent effrayantes

j’ai eu tort de partager cette déduction

avec ma prof

120301063556385009518333.jpg

 

18/02/2016

LE MEILLEUR DE SOI

le festival de poésie touche à sa fin

on empile les chaises

on chasse les mégots

pour nettoyer le parc

on fait une croix

sur les occasions manquées

le festival touche à sa fin

on n’est pas sûr d’avoir entendu

d’avoir compris

tous les mots

on en a trop entendus

on en a trop attendus

on propose enfin son aide à la jeune femme qui

depuis le début de la journée

tient la buvette

mais trop tard

on l’entend siffler de joie à la perspective de

pouvoir enfin se tourner les pouces

le festival touche à sa fin

le monde comptera-t-il demain

un lecteur de poésie de plus ?

personne ne le jurerait mais

tous l’espèrent

le festival touche à sa fin

les voisins du parc sont soulagés

j’aide à démonter et

à transporter

tout un matériel son et lumière dont j’ignore le fonctionnement

je crois avoir trop bu

mais la bibliothèque de l’ami qui m’héberge

étant ce qu’elle est

là où elle est

dans ma chambre

je passe la nuit à lire

Jules Mongin & Georges Hyvernaud

je serai fatigué pour rentrer chez moi demain

quelle importance ?

 

F.Houdaer