Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2013

Encore un effort, petit scarabée !

1008385_10151685729368872_75696221_o.jpg

16/06/2013

Faites des pères...

16/02/2013

Est-ce ainsi que les hommes meurent ?

 

deadwood-al-toasts.jpg

 

- Ça te dirait que je te prête les trois saisons de " Deadwood " ?

- Je sais pas. Ma copine…

- T’as raison. C’est une série HBO qu’on ne déguste pas avec n’importe qui. Vaut peut-être mieux être seul pour l’apprécier.

- Ma copine en a entendu parler comme d’un western très sale. Mais sale… sur tous les plans.

- Réputation méritée. Les images, les personnages sont crades, même les plus illustres : les Calamity Jane, les Wild Bill Hickok, et les autres. On les voit tous s’éclabousser dans ce trou du cul du monde qu’est Deadwood en 1870.

- Un western sale et bavard…

- Sûr. Les cow-boys n’arrêtent pas de s’insulter, de se menacer en buvant. Un record de « cocksucker » à la minute. Et quand ils s’arrêtent, c’est pour tuer. S’ils sont encore en état. S’ils ne roulent pas direct sous la table. Le verbe… c’est quelque chose, dans « Deadwood ». Parfois, c’est tout ce qui leur reste. Dans « Deadwood », t’as même un personnage qui soliloque dans un saloon pendant qu’une pute le suce …

- Là, tu parles du fabuleux acteur…

- Ian Mac Shane.

- On m’a conseillé de voir la série rien que pour lui.

- Pas ça qui convaincra ta copine. Pas un exposé sur « le logos & les colts  dans Deadwood ». Et puis… sache qu’il y a pire dans Deadwood...

- C’est… politique ?

- Vous avez vu « Gangs of New-York » ?

- Ma copine a détesté, malgré Di Caprio.

- « Deadwood », c’est le film de Scorcese sur une trentaine d’heure, mais dans une version bien plus radicale et bouseuse, dans une version plus vulgaire… et moins pute.

- Tu parles de quoi, là ?

- Je te parle de boue et de naissance de l’Amérique. Je te parle d’une putain de genèse filmée sans chichi. Avec les plus longues agonies jamais montrées dans une série. Je te parle du capitalisme filmé à poil dès ses premiers cris.

- C’est avec ce genre d’arguments que je vais convaincre ma copine ?

- On est bien d’accord, là ? On parle d’une série « faite pour quelques uns » ?

- T’as réponse à tout sur « Deadwood », c’est chiant.

- Non. Par exemple, j’ignore comment une série pareille a pu voir le jour. C’est comme un sale miracle.

- Et ?

- Et embrasse ta copine de ma part.

 

F.Houdaer

Texte publié dans l’avant-dernier numéro de « L’Indic ». D’autres critiques sur d’autres séries ? Ici. Celles-ci sont signées Nicolas Le Breton.

 

29/12/2012

questions / réponses

« - Sont où, les gens ?

- Hein ?

- Sont plus dans les usines, sont plus dans les églises… Alors, y sont où ?

- Sont chez eux. Sont tous seuls et y sont chez eux. »

 

B.Poelvoorde & A.Dupontel in « LE GRAND SOIR » (Delépine / Kervern)

22/08/2012

Pour saluer (tardivement) Michel Polac

... parce que (tout de même) le premier "Droit de réponse" maté du haut de mes quatorze ans...

... parce que le bonhomme m'a fait découvrir plus d'un auteur (Fante, Gombrowicz...) avant ma majorité...

... parce que je me souviens, quelques années plus tard, de Pierre-Jean Balzan - excellent éditeur (La Fosse aux ours) et voisin - m'expliquant comment Polac a sauvé sa toute jeune structure éditoriale, alors ignorée des libraires, grâce à l'une de ses chroniques sur France-Inter.

 

 

"Autodidacte, hypocondriaque, bonimenteur et adepte de Gombrowicz devant l'éternel, j'aurais pu être vraiment un écrivain si j'avais accepté d'être isolé du monde pour développer une pensée originale. Mais j'ai refusé de m'ennuyer, de m'oublier, j'ai cédé à l'actualité, à la facilité et, par peur de la solitude".

M.Polac

 

 

27/05/2012

Commentaire sur le palmarès Cannois de cette année

"La tante Mélina était une très vieille et très méchante femme, qui avait une bouche sans dents et un menton plein de barbe. Quand les petites allaient la voir dans son village, elle ne se lassait pas de les embrasser, ce qui n'était déjà pas agréable, à cause de la barbe, et elle en profitait pour les pincer et leur tirer les cheveux. Son plaisir était de les obliger à manger d'un pain et d'un fromage qu'elle avait mis à moisir en prévision de leur visite. En outre, la tante Mélina trouvait que ses deux petites nièces lui ressemblaient beaucoup et affirmait qu'avant la fin de l'année elles seraient devenues ses deux fidèles portraits."

Marcel Aymé, "Les contes du chat perché"

26/03/2012

Festival Hors Cadre

Dans le cadre de ce Festival touchant à la fois à la littérature et au cinéma, j'animerai trois ateliers d'écriture trois soirées consécutives (ne cherchez pas à vous inscrire, c'est complet)... et j'aurai la joie de vous présenter le samedi 7 mars, au cinéma Gérard Philippe (belle salle, bel écran), l'un de mes films préférés :

bal des vampires.jpg

Quand les responsables m'ont donné carte blanche pour le choix du film, j'ai souhaité évoquer "Série noire". Faute de copie disponible, j'ai proposé "Le bal des vampires", et cela n'avait rien d'un choix par défaut ! Attention, merveille ! A samedi 20h30 donc, vous savez où !