Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

Vrac de vrac # 41

Poésie ?

Merci à ceusses qui m'ont accompagné dans ma pérégrination universitaire au milieu de quelques gueules poétiques.

17424854_1362480460477943_4891639453170781847_n.jpg

17426337_1362480470477942_6650370700016193445_n.jpg

17426142_1245500442171549_1130699881744631791_n.jpg

Toujours en poésie, un petit tour d'horizon.

Autrement, une première critique pour ma "NUIT GRAVE". ("C'est un angle d'attaque original que de parler de la nuit pour montrer sa lucidité quant à ce qu'on veut nous faire avaler tout le jour."  Patrice Maltaverne)

Envie d'un autre sujet ? Vous signaler que le meilleur film d'action de ces dix dernières années ressort dans la plus belle des versions (celle que souhaitait son réalisateur) :  

 

19/03/2017

"La poésie..."

13094256_10154236058953872_9078255299337871106_n.jpg

"La poésie vous fait la peau plus douce."

Al Swearengen

15/03/2017

FATHERLAND (# 1)

Je suis une ville portuaire qui a appartenu périodiquement au Comté de Flandre, au Royaume d'Espagne, au Royaume d'Angleterre et au Royaume de France.

Je suis une ville qui a changé trois fois de nationalité en vingt-quatre heures (le 25 juin 1658).

Mon nom signifie "Eglise des dunes". Je me suis appelée "Dune libre" pendant la Révolution Française.

Je suis la dernière ville française libérée en 1945.

Je suis une ville du Nord plus étendue que Lille.

Ma température moyenne en été est de 18°C. En décembre, de 6°C. On appelle ça un climat tempéré océanique

Je suis le berceau familial des Houdaer.

Je suis, je suis...

dunkerque,dunkik,christopher nolan,nolan,houdaer

dunkerque,dunkik,christopher nolan,nolan,houdaer

 

 

 

14/01/2017

Hors-saison

ma-nuit-chez-maud.jpg

- Alors, où en étions-nous ?

 

Françoise Fabian, in "Ma nuit chez Maud"

 

08/01/2017

... me laisser tout seul sur le Boulevard du Crime...

 

02/01/2017

Séance de rattrapage : "TOP OF THE LAKE" de Jane Campion (2013)

15726595_10154916178448872_1358405653252646199_n.jpg

Une grande mini-série qui, en 6 X 58 mn, vous laisse une empreinte plus profonde que toutes les Scorceseries à la "Broadwalk Empire" (dotées d'un budget cinquante fois supérieur).

L'intrigue ? Un canevas assez classique. Ce qui fait toute la différence, c'est la femme qui se trouve derrière la caméra... Sa façon de filmer la nature, les rapports hommes-femmes, les rapports adultes-enfants..

15676522_10154916183813872_8736848379721331908_o.jpg

Alors que les nécros d'artistes envahissent mon mur Facebook, je me permets de rappeler que Jane Campion est bien vivante. J'espère qu'elle finira centenaire et qu'elle réalisera encore de nombreux films.

 

 

21/12/2016

Morgan