Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Un poème de la veille signé Roger Lahu que même il m'est dédié à moi

SUR LE TERRAIN

 

à Fred

 

grand reporter du guère

« sur le terrain » du moins que rien

du si peu du presque pas :

mes immédiats alentours

dans toute leur fadeur

triomphale

 

ce jour d’hui ça bouillasse

à qui mieux mieux

à cause de la tempête « zeus »

patures marécageuses

« on dirait des rizières »

me pensè-je

et la petite route en bas du hameau

sera sans doute « submergée »

par le ruisseau ce soir

 

et la rivière la mienne « ma » rivière

court court court

comme une dératée

25 m3/sec

le temps que ça lui prendra

pour dégonfler

l’ouverture de la pêche

dans quelques jours

c’est rapé

 

grand reporter du guère

du presque pas

mais qui quand même …

 

Roger Lahu

 

00:00 Publié dans où je lis | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roger lahu, lahu

08/03/2017

Chez mon prochain éditeur

978-2-84263-176-5.jpg

Il y avait plusieurs tables dressées pour deux congrès, dans la salle à manger immense, toute neuve, pompeuse, néo-Empire. Il s'est produit de la bousculade parmi nous, et je suis à peu près certain que mon ami et moi nous sommes fourvoyés dans le congrès où nous n'étions pas conviés. Par bonheur, cela n'a eu aucune conséquence fâcheuse. Tout le monde a été fort aimable à notre égard. J'avais pour voisin un ophtalmologiste viennois ; ce devait être un congrès médical. Derechef, j'ai constaté l'absence des femmes, à l'exception de serveuses en costume régional. Où s'enclôtissent les dames italiennes ?

Henri Calet, "L'Italie à la paresseuse", éditions Le Dilettante

 

14/02/2017

Relire quelqu'un qui manque...

16708270_10155062113898872_4838358274209847977_n.jpg

Un mini-portrait.