UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2012

C'était le douzième Cabaret Poétique...

Et comme toujours (ou presque), les photos sont signées Josette Vial. Merci à Hervé Bougel pour avoir annoncé ce rendez-vous sur les ondes de France-Inter l'après-midi même.

1.JPG

2.JPG

3.JPG

4.JPG

_DSC1090.JPG

6.JPG

7.JPG

8.JPG

9.JPG

10.JPG

11.JPG

12.JPG

13.JPG

14.JPG

16.JPG

17.JPG

18.JPG

19.JPG

 

 

 

 

23/01/2012

LA FRANCE N'EXISTE PAS (extrait d'un looooong chantier poétique en cours)

Jeanne d'Arc est tombée dans le trou

au milieu de la table

elle y a disparu

emportant avec elle nappe et couverts

avant que l'oncle n'ait eu le temps de servir l'apéro

à moi de jouer maintenant

comment mettre tout cela

à ma main ?

je cherche avec qui commencer

avec quelle couronne

tombée

ramassée

volée

faire sonner le début du premier épisode

je crains les génériques trop longs

pleins de prénoms et de chiffres

je réfléchis à la première bouse de cheval

au premier crottin

dans lequel flanquer mon gaulois d’ancêtre

je subodore le système D requis

pour sauver sa peau au Moyen-Âge

le jeu des chaises musicales

reste de toutes les époques

pour ceux qui ont la chance d’avoir des chaises chez eux

et tous ces artistes officiels

qui n’ont pas toujours manqué de génie

pour servir leurs maîtres

ne m’inspirent qu’une moue polie

je sais bien que

pour finir grand jardinier de Versailles

il vaut mieux naître déjà fils de grand jardinier

j’ai toujours su que les jardiniers étaient des putes

et des fils à papa

au point où j’en suis

de ma relecture

je file tout droit aux incontournables

Napoléon pour commencer

Napoléon qui s’auto-proclame empereur

qui s’auto-sacre

le saint patron de tous les écrivains qui s’éditent à compte d’auteur

et pourquoi pas ?

j’oublie ceux qui l’ont maudit dans toutes les langues

j’oublie les produits dérivés

 

(...)

 

et à Lyon

où je vis aime et écris ?

à Lyon

les Canuts se sont battus

les Canuts ont perdu

et beaucoup de choses qui ont été écrites à leur sujet

relèvent de la très mauvaise littérature

 

(...)

 

dans les années 70

du vingtième siècle

un président de la république française

pond une anthologie de la poésie française

c’est dire s’il est cocu

et malade

 

(...)

 

et il y a tout ce qu’on n’apprend ni en cours d’histoire

ni en cours de français

Casanova

devenu Maçon à Lyon

qui écrit ses Mémoires dans la langue de Poquelin junior

(...)

 

F.Houdaer

10/11/2011

Directeur de la collection "Poésie" aux ÉDITIONS du PÉDALO IVRE

Rupture, ralentissement, accélération...

Quand j'ai quitté mes fonctions de directeur de la collection "A charge" aux "Édition A plus d'un titre", j'ai effectué ce que Miller appelle un "lancé dans le noir". J'ai lâché mon trapèze sans être sûr d'attraper le moindre bout de corde... Je savais juste que je voulais construire quelque chose "du côté de la poésie", comme un prolongement du "Cabaret Poétique".

 

trapèze.jpg

 

Je vous épargne les détails... Toujours est-il que Jean-Marc Luquet, qui s'occupait de l'excellente (et très sérieuse) collection "La ligne d'horizon" toujours chez "A plus d'un titre"... créée sa propre maison d'édition "LE PÉDALO IVRE". Le nom est bien évidemment un clin d'oeil au Sieur Rimb' mais surtout à François Partant.

Et J-M Luquet m'a proposé de m'occuper d'une collection "Poésie"... qui s'appellera (attention, idée géniale dont je revendique la paternité) la collection Poésie des éditions Le Pédalo Ivre.

Bientôt, sur ce blog, plus de précisions sur cette collection Poésie.

A signaler, dès ce week-end, le colloque "Sortir de l'industrialisme" qui se tient sur Lyon et dans lequel "LE PÉDALO IVRE" est déjà partie prenante.

 

Le pédalo ivre, sortir de l'industrialisme

 

08/10/2011

Sans transition

Ces quelques mots de Jacques Outin au sujet de Tranströmer (prix Nobel de littérature depuis quelques heures) :

« Le poète a avoué à plusieurs reprises n’avoir été que peu sensible à la littérature et à la poésie jusqu’à l’âge de seize ans. Considéré par ses proches comme étant un garçon quelque peu excentrique, dont on disait qu’il vivait « dans son monde à lui », il s’intéressa tout d’abord aux sciences naturelles, à l’histoire et à la géographie, au point de vouloir devenir un jour entomologiste ou explorateur. »

Autrement ? J'ai beaucoup ri, en cette fin de journée, en écoutant "l'affaire Neyret" (sérieusement) expliquée aux enfants sur les ondes de France-Inter. Et toutes ces petites voix qui interrogeaient "et quand est-ce que le monsieur il a plus été policier et qu'il a fait voyou ?"...

Autrement ? A l'heure où j'écris cette notule, je surveille le ciel. Au lieu de la pluie de météorites promise, une pluie tout court.

Autrement ? Cette notule me sert à recycler mes statuts Facebookiens ? Cela se voit tant que cela ?

Autrement ? Je ne suis plus directeur de collection aux Editions "A plus d'un titre".

Autrement ? Filer le collant ? N'être que de Passage pour faire chou blanc (spéciale dédicace à Marc Pellacoeur) ?

20/09/2011

Samedi prochain...

(L'image, en grand, d'un simple clic)

barendson,brérot,bressande,caza,r.g,titanic,musique

J'en sera donc. Et pas tout seul. Quelques noms à balancer aux R.G, dès ce mardi ? Brérot, Bressande & Catherinot. Puisqu'il faut bien commencer par quelque chose...

Et un peu de musique ? Un peu de musique. A force, elles vont finir par se voir, mes mauvaises fréquentations. Toutes mes excuses... Cela résulte d'une très mauvaise orientation scolaire en fin de troisième... 

17/09/2011

Élégie

Il a plu des saumons

le jour où sa mère a été enterrée.

 

Les saumons sont tombés dans l’herbe

au milieu des pierres tombales

 

et se sont efforcés de respirer.

Ils voulaient survivre.

 

Elle en a pris autant qu’elle pouvait

dans ses bras, dans ses poches

 

et a couru vers la rivière

qui coulait à travers le cimetière.

 

Les saumons agonisaient.

La rivière était morte.

 

Elle a plongé dans l’eau.

Elle avait besoin des saumons pour nager.

 

Sherman Alexie, in "RED BLUES" (trad. Michel Lederer)

 

versailles2[1].jpg

Au début de l’été, j’ai emprunté à la bibliothèque un (gros) recueil de poèmes de cet auteur amérindien (je gardais un bon souvenir de la lecture de son premier roman voilà quelques années).

Il ne m’a pas fallu beaucoup de pages pour me convaincre que j’avais affaire à un véritable poète.

Amateurs de Yakarisme facile s’abstenir (l’auteur reconnaît très vite ne même pas savoir monter à cheval !).

L'image ? Je ne sais plus où je l'ai chipée. Sûrement ici.

25/06/2011

OÙ JE DÉCOUVRE QUE JE NE SUIS PAS UN POÈTE FRANÇAIS

si j’en crois cet ami

 

je me fondrais parfaitement dans le paysage littéraire québécois

 

ou belge

 

c’est sûr

 

mais pas dans l’hexagonal

 

je semble ne pas m’en rendre compte

 

et surtout

 

surtout

 

mes poèmes sont incorrigiblement narratifs

 

mes références ?

 

pas assez

 

ou trop

 

Apollinaire

 

Cendrars

 

sûr qu’ils ne sont pas français quand on y regarde de plus près

 

et je n’évoque même pas Brautigan et les autres

 

je ne puis que donner raison à cet ami

 

qui ignore à quel point il met dans le mille

 

j’espère qu’il sera là

 

pour enregistrer mes dernières paroles

 

ce FUCK MALLARMÉ

 

que j’aimerais pouvoir lâcher

 

in extremis

 

 

F.Houdaer

16/06/2011

2009

cela s’est passé l’année

où j’ai commencé à porter des chemises à fleur

oh rien de trop voyant

nulle couleur criarde dans mes tenues

juste des motifs végétaux

des tulipes stylisées

pour qui savait voir

des arabesques de terre et de bronze

je voulais bien devenir un homme vert

à condition de garder une certaine classe

je connaissais encore le nom du président de la république

j’étais encore capable d’énumérer

ma date de naissance

mon code de carte bleue

je n’avais vu de tsunami

qu’au cinéma

 

F.Houdaer

11/06/2011

Un recueil qui vous veut (fait) du bien

couv 400.jpg

Enfin ! Loin de mes romans, jaillit "ENGELURES". Ma récidive poétique après "Angiomes" !

Publié par les éditions Oniva. Petit tirage, forcément. Tant mieux. Un collector recommandé par certains mais pas à tous. C'est rien que pour les initiés qui, s'ils veulent le découvrir, doivent :

a) avoir lu tout Brautigan

b) avoir lu tout Fante pour oublier Brautigan

c) avoir lu tout Cendrars pour oublier Fante

etc.

y) oublier les lignes précédentes

z) envoyer un chèque de 12 € (10€ le bouquin + 2 € de frais de port) à l'ordre de F.Houdaer (adresse : 105 rue Hénon 69004 Lyon). Précisez bien le titre du livre demandé.

Que dire d'ENGELURES, sinon que j'y délivre 69 portraits de femmes… 69 poèmes dé(sen)chaînés, (dés)enchantés, (dés)envoûtés... et sans parenthèse. Ni point de suspension.

Quelques échantillons représentatifs de ce recueil… distillés par Eric DejaegerHélène Dassavray et Katia Jaeger (ou par mes soins). Et les avis d'Etienne Faye, du Dj Duclock et de Sébastien Fritsch.

Vous voilà prévenu !

couv+dos 400.jpg