UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2010

Mardi, c'est après dimanche...

Après le franc succès du premier Cabaret poétique il y a deux jours, j'ai la joie de vous confirmer sa reprise à compter de septembre, et ce sur une fréquence mensuelle !

Un grand merci aux filles et aux gars (Françoise, Dimitri, Pauline, Prune, Philippe, Leïla, Lionel, Martin) qui m'ont fait confiance pour cette première édition.

A ces sept personnes, j'offre cette perle Bukowskienne : 

27/05/2010

Une lettre inédite de Charles Bukowski

Voici une lettre que Charles Bukowski envoyait par retour de courrier à ses jeunes correspondants. Elle fut publiée sous forme de tiré-à-part par Black Sparrow Press (Santa Barbara) pour annoncer la parution de War all the time/poems 81-84. Sa traduction française est inédite et est l’œuvre de Daniel Labedan.

 

Talking to my mailbox


Petit, ne viens pas me dire que tu n'y arrives pas, qu'ils t'envoient te faire voir complètement, qu'ils conspirent contre toi, que tout ce que tu veux c'est une chance mais qu'ils ne veulent pas te la donner.
Petit, le problème c'est que tu ne fais pas ce que tu veux faire, ou si tu fais ce que tu veux faire, simplement tu ne le fais pas bien.
Petit, je suis d'accord : il n'y a pas beaucoup d'ouvertures, et il y en a quelques-uns au sommet qui ne font pas beaucoup mieux que toi mais tu perds ton temps et ton énergie à réclamer et à racoler.
Petit, je n'ai pas de conseil à te donner, je suggère simplement que plutôt que m'envoyer tes poèmes avec tes lettres de réclamation tu devrais entrer dans l'arène -envoyer ton travail aux directeurs littéraires et aux éditeurs, ça te redresserait un peu la colonne vertébrale et te rendrait plus mobile.
Petit, je veux te remercier pour l'éloge de certaines de mes oeuvres publiées mais ça n'a rien à voir avec quoi que ce soit et ne sera foutrement d'aucune aide, il faut simplement que tu apprennes à renverser ce putain d'état de fait.
Ceci est une lettre-type que j'envoie presque à tout le monde, mais je voudrais que tu prennes ça pour toi, mec.

30/03/2010

Quelques découvertes...

a) je ne savais pas que j'étais marathonien, mais je dois me rendre à l'évidence après que mon toubib m'ait diagnostiqué une "fracture de fatigue" (sic et re-sic !) au pied gauche.

b) je découvre avec retard que l'une de mes nouvelles noires a été publiée dans le dernier numéro de Mag2lyon (celui de mars, avec plein de cocaïne en couverture:)

c) autrement ? Pour le plaisir :


poeme d'amour etc n°12 par armand le poete
envoyé par Armandlepoete. - Films courts et animations.

25/03/2008

Bande d'idiots

« On ne sait rien jusqu’à présent de ce qu’est au vrai la poésie, une expression, une connaissance ou simplement un jeu de mots. Mais le peu que l’on sache, et ceci empiriquement, du poète, même du plus inspiré, du plus inspiré surtout, c’est qu’il semble devoir être un peu bête, assez bête pour faire en sorte que sa raison brille par son absence devant la création, et que cette bêtise est une condition sine qua non, de son rendement.

Pouchkine fut un des premiers à faire cette observation paradoxale : « que Dieu me pardonne, écrivait-il, mais la poésie doit être toujours un peu bête. » Au sujet de William Blake, Chesterton écrivit de même : « Ce fut un idiot inspiré ; idiot parce qu’inspiré ! » Byron lui-même ; grand poète tout comme Pouchkine, affirmait que Wordsworth n’était qu’un « idiot dans sa gloire » ; Hugo trouvait que Barbey d’Aurevilly était un « formidable imbécile » et Leconte de Lisle que Hugo était bête comme l’Himalaya ! Ajoutons, si vous voulez, ce que Sophocle disait d’Eschyle : « Ce que celui-ci faisait était très bien, bien qu’il le fit inconsciemment ».

Benjamin Fondane, « Rimbaud le voyou » (1936)

13/09/2007

Jean Marc Flahaut

Accompagnant le dernier numéro de la revue "MICROBE", un MI(ni)CROBE, une sorte de hors-série, consacré au jeune poète Jean Marc Flahaut. Un petit recueil intitulé "Nouvelles du front de la fièvre", consacré à Brautigan. Une merveille. Moi qui suis en train de travailler de nouveaux textes autour de Baudelaire, je suis resté admiratif devant ces poèmes habités par Brautigan sans que cela ne ressemble trop à un exercice de style "à la manière de".

Jean Marc Flahaut a un site.

extraits :

Lonely California

le studio
se situe de l'autre côté
aux environs du 2095
exactement à trois blocs de l'Université
et à moins de six
de l'entrée du parc
juste deux blocs plus loin que l'hôpital
et ses stores sont baissés

à l'intérieur
une fille et un garçon
nerveux et sur le point d'enlever tous leurs
vêtements pour faire l'amour

c'est lundi pour la plupart
des gens
partout et dans le monde entier
mais rien n'est fait
tout peut encore changer

  

Radio Shambala

elle pénètre
dans le Royaume d’Agharta
par la porte de derrière
vêtue d’un simple
tee-shirt d’un jogging en soie et
d’une paire de sandales
elle parle du brouillard
ce matin sur le pont
du bruit que font les bagnoles
dans la rue
et du concert d’hier soir
elle est jeune
et encore très belle
elle ignore jusqu’à quel point
avec ou sans moustache quel âge
ça me fait
obligé d’en passer par là
avec une princesse pareille

 

S'abonner à 10 # de "Microbe" + 5 mi(ni)crobes ne vous coûtera que... 22 €.

Pour plus d'informations: rvmicrobe@yahoo.fr

 

13/02/2005

Beautiful losers

Leonard Cohen et ses « Perdants Magnifiques ». Quand il écrit le portrait de Catherine Tekakwitha, au milieu des années 60, a-t-il déjà versé dans le bouddhisme zen ? Sans doute pas. Il est amoureux de Nico, il la trouve la plus mystérieuse des reines avec ses réponses énigmatiques, son art de détourner une conversation de la façon la plus imprévisible… avant de s’apercevoir qu’elle est sourde comme un pot.

413d8935906a8e0cd40a1411177e7607.jpg

 

10/02/2005

Ginsberg en sa cuisine

Une lecture. Pas une de plus. De quoi intéresser et faire hurler nombre de mes amis. De quoi me nourrir longtemps. Sur Ginsberg, sa poésie, sa cuisine, la méditation et le reste, un entretien ici.