UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2013

WAOUUH !!!

pirotte.jpg

... Jean-Claude Pirotte à la téloche, ce jeudi ! Je ne tiens pas l'info de Télé Z mais de Pierre Autin-Grenier qui en a causé sur Facebook. ça se passera chez Busnel, et il y aura aussi mon ancien voisin, Charles Juliet, sur le plateau... Ceci étant précisé, comme je n'ai pas la télé et que, ce jeudi soir, je fais une lecture dans une librairie de Voiron...

Waouh (bis) : Jérôme Leroy, auteur de polar et poète que j'affectionne particulièrement, salue mon dernier recueil. Le plus drôle : je suis un lecteur régulier de son blog... mais c'est Thierry Marignac (le premier à avoir parlé de "Fire Notice") qui a attiré mon attention sur cette notule. Et Leroy et Marignac n'étant pas les meilleurs amis du monde...

Cela tombe bien ! Car je ne demanderai à aucun des deux l'autorisation de les mettre dans le même sac pour la bonne cause. Si vous voulez comprendre quoi que ce soit au merdier politique actuel et à celui qui l'a précédé, il est nécessaire, absolument nécessaire de lire "Fasciste" de Marignac et "Le Bloc" de Jérôme Leroy, deux ouvrages que j'ai souvent cités et offerts.

13/10/2013

Pourquoi publier de la poésie ? # 1

 

C’est la question que je me suis posée un peu plus intensément ces derniers jours, après avoir renoncé à publier un(e) poète(sse) au dernier moment (le re-travail sur le manuscrit avait été fait, les contrats étaient prêts).

Pour commencer à y répondre, j’ai envie d’évoquer une expérience marquante dans mon petit parcours éditorial. L’anecdote (aussi cruelle que fondatrice pour moi) remonte à ce jour où, au terme d’une aventure éditoriale de presque quatre ans, je cessai de m’occuper d’une collection de romans francophones chez un petit éditeur (les éditions A plus d’un titre). L’aventure prenait fin pour moi, pour des raisons strictement personnelles, sans rapport avec le relatif insuccès des huit titres que j’avais sortis (un seul avait rencontré son public, « Les ruines de la future maison » d’Hélène Dassavray, critique élogieuse dans le Canard Enchaîné, premier tirage de 1500 ex. épuisé… le Pérou).

L’aventure prenait donc fin et j’essayais de faire un bilan en présence de certains des auteurs que j’avais défendus. Si j’avais sans doute commis des erreurs, je n’avais aucun regret (n’avais-je pas aidé à la parution de deux ouvrages aussi formi-formidables et opposés que « Aux vents » de M.Pellacoeur et « Shopping Bang Bang ! » du tandem Flahaut-Labedan ? J’en étais et en suis toujours fier). J’étais - cette fois - également convaincu que publier des romans dans la petite édition était une mission vaine (pour des raisons que je ne développerai pas ici),  qu’il y avait autre chose à faire dans la petite édition. Alors que je dressais ce bilan à voix haute, j’ai lâché comme une évidence que, de toute façon, n’ayant jamais gagné le moindre euro dans cette aventure, je n’avais jamais raboté ma liberté d’initiative, etc, etc.

Je me suis sans doute écouté parler à cet instant, et n’ai pas tout de suite compris la réaction des personnes autour de moi. Je ne l’ai pigée que plus tard. J’ai pigé que certains de mes proches ne m’avaient tout simplement… pas cru quand j’avais rappelé ne pas m’être fait un centime dans l’histoire.

Et alors, me  direz-vous ? Et alors, je crois que c’est l’un des souvenirs les plus cuisants de ma vie. Que de nombreux auteurs ignorent la réalité économique de la petite édition, c’est une chose (même si je leur trouve de moins en moins d’excuse). Que des proches me méconnaissent à ce point en est une autre (voir "Fire Notice" pge 26).

Aujourd’hui, grâce au soutien de Jean-Marc Luquet, c’est la poésie que je veux défendre au Pédalo Ivre. Pas n’importe laquelle. Dans le jeu des sept familles de la poésie, il y en a deux qui me tiennent particulièrement à cœur (lesquelles ? Ben, lisez ce qui est déjà publié au Pédalo Ivre pour vous faire une idée). Et il y a beaucoup, beaucoup de choses à faire (des éditeurs aussi remarquables que Les Carnets du dessert de lune, Gros Texte, Les Etats Civils, Le Pont du Change, Pré Carré, Color Gang, La Passe du Vent, Cousu Main et quelques autres ne peuvent y suffire).

Les enjeux financiers de la poésie étant à peu près nuls, j’ai cru pouvoir avancer sur un terrain relativement déminé. Erreur. Bien sûr, il y a les egos. Mais je n’ai jamais craint les egos un peu forts, du moment qu’ils s’accompagnaient d’une véritable générosité, d’une prise de risque authentique.

Je publie donc des poète(sse)s, pas des princes(sses) au petit pois. Des gens qui prennent et qui donnent, pas ceux qui se croisent les bras au bord de la piscine, pas ceux qui sortent de la cuisse de Jupiter (qu’ils y retournent). Exit, les petits malins qui n’ont jamais lu un titre publié au Pédalo Ivre et qui m’envoient leurs z’œuvres en pièce jointe sans me demander si je ne préfèrerais pas une version papier.  À cette engeance, je dis simplement : je ne suis pas là pour vous servir.

Bref, donc, en résumé, au milieu des derniers hommes et des princesses au petit pois, pourquoi publier de la poésie ? Pour prouver que la vie est autre chose qu’une course de rats. Mais peut-être que j’ai tort, peut-être que c’est Ptiluc qui a raison.

 

Ptiluc.png


Mauvais exemple... À bien y réfléchir, je pense avoir trouvé beaucoup de poésie, gamin, dans les B.D de Ptiluc.

 

29/08/2013

Vrac de vrac # 10

Microbe.jpg

Le 79ème numéro de la revue belge "Microbe" paraît avec, comme rédac-chef exceptionnel, Jean-Jacques Nuel.

Au sommaire : Stéphane Beau
C
hristian Chavassieux
C
hristian Cottet-Emard
R
oland CounardNuel - Modèles réduits.jpg
G
régoire Damon
B
ernard Deglet
C
hristian Degoutte
F
abrice Farre
J
ean-Marc Flahaut
A
lain Helissen
F
rédérick Houdaer
H
ervé Merlot
P
aola Pigani
S
téphane Prat
P
ascal Pratz
M
arlène Tissot

Les illustrations sont de Nicole Vidal-Chich

 

Plus d'infos ? ICI.

 

Autrement ? Je me demande si, quinze années après m'être débarrassé de ma télé, je ne vais pas en faire de même avec ma radio. Avec tous ces bruits de bottes, je n'ai plus qu'à m'équiper chez André Robillard.

 

vaséquiperchezandréRobillard.jpg

Autrement (bis) ? C'est donc pour de vrai, cette rentrée officielle que l'on sonne (au clairon) ? Fini, le cassé bleu ? Bonne rentrée, alors. 

cestlarentrée!.jpg

 

21/08/2013

Vrac de vrac # 9

Le week-end du 24-25 août, nous pourrons nous rencontrer à Méaudre, dans le Vercors

Ce ne sera pas le cas le week-end du 31 à Aleph-écritures (où j'étais censé animer un atelier d'écriture) puisqu'après une dizaine d'années de bons et loyaux services...  je rends mon tablier (comme je l'avais déjà précisé à la mi-juillet).

Pour ne pas finir sur une note trop tristoune, cadeau, cet extrait du "Dictionnaire du Diable" d'Ambrose Bierce (qu'aurait-il écrit s'il avait connu Facebook ?):

pierce.jpg

 

25/07/2013

Le jour de mon anniversaire...

... répondre à cette journaliste :

 

- JE N'AI PAS DE TEMPS à PERDRE AVEC QUELQU'UN D'AUSSI SPEED QUE VOUS.

 

971521_10200603995094301_1045362201_n.jpg

 

15/07/2013

Pour info...

... je ne travaille plus pour Aleph-Ecritures. Je quitte cette structure pour laquelle je travaillais depuis plus de dix ans.

557968_478710812225569_96080219_n.jpg

 

08/07/2013

Snowden

 

“ Les hommes d’Europe, abandonnés aux ombres, se sont détournés du point fixe et rayonnant. Ils oublient le présent pour l’avenir, la proie des êtres pour la fumée de la puissance, la misère des banlieues pour une cité radieuse, la justice quotidienne pour une vraie terre promise. Ils désespèrent de la liberté des personnes et rêvent d’une étrange liberté de l’espèce ; refusent la mort solitaire, et appellent immortalité une prodigieuse agonie collective. Ils ne croient plus à ce qui est, au monde et à l’homme vivant ; le secret de l’Europe est qu’elle n’aime plus la vie.

Albert Camus, "L’Homme révolté"

 

 

snowden-4e9ea772b29920f0faef7336b464de58494e6733-s6-c30.jpg

 

 

23/06/2013

Où Bukowski « fait son Chevènement »

buck.jpg

 

« Oui, on dirait que ce pays est bien parti pour une nouvelle  guerre. Les idées stupides de nos dirigeants sont inépuisables. Tout ça me donne envie de gerber.

Du passé on n’a absolument rien appris. Juste de nouveaux corps, un nouveau gâchis, un nouvel enfer.

Il y a toujours une nouvelle excuse pour faire une nouvelle guerre. Et la structure familiale, la religion et les journaux pour nous mener en bateau et nous y entraîner. »

 

« Cette soirée est vraiment étrange (19 heures). Je venais d’allumer mon poste de radio à la recherche d’un peu de musique classique et je suis  tombé sur un type qui racontait comment nous allions nous y prendre pour gagner cette guerre. Tout d’abord les largages de bombes et puis les etc. Quand je pense à toutes les guerres que j’ai vues dans ma vie je ne peux pas m’empêcher de penser à un énorme tas de merde.

Je crois qu’en ce qui nous concerne [nous, les poètes] nous n’avons tout simplement qu’à continuer à faire ce que nous avons  toujours fait. Mais en mieux. »

Extraits de deux lettres de Bukowski datées du 15 janvier 1991 (in « Correspondance 1958-1994 », éd. Grasset, trad. Marc Hortemel)

 

 

Rappel pour les (jeunes) lecteurs de ce blog (puisque  je sais qu’il y en a): la guerre dont il est question, en ce début des années 90, est la « première guerre du Golfe » (Bush senior vs Saddham-pas-encore-pendu-filmé-haut-et-court).

21/06/2013

HÉ, TOI…

… plutôt que d’écrire ou de publier de la poésie, plutôt que de lire un album consacré à Ghelderode ou à Guillevic de bon matin, écoute plutôt Patrick Cohen et sa liste d’invités autorisés, opine du chef quand Pascale Clark te dessine la frontière entre le camp du Bien et celui du Mal, aie les « bonnes indignations »… et réjouis-toi que le service public ne connaisse pas le même sort qu’en Grèce ! Si t’es gentil, après… et seulement après, tu pourras retourner faire mumuse avec ta poésie.

 

482419_350980388344960_2040980181_n.jpg