Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2018

"Arrmaguédon Strip" (la vidéo !)

Qu'il est difficile de parler de son propre travail (même quand on est assez fier du bouquin à l'arrivée)... Hâte de causer des ouvrages des z'autres (ceux qui m'ont touché), c'est bien plus plaisant.

Songez à vous abonner à ma chaîne et/ou à cliquer le pouce bleu sur la page YouTube. 

 

11/06/2018

LA réédition

34790199_468261793629703_3998509076769144832_n.jpg

Au cas où certain-e-s n'auraient pas compris pourquoi j'ai dédié "ARMAGUéDON STRIP" à John Fante...

 

18/04/2018

Estelle Dumortier...

a lu ce livre.

couv.jpg

"DE LA LECTURE DE FRÉDÉRICK HOUDAER OU DU JEU DE DUPE

Je viens de finir de lire « Armaguédon Strip » de Frédérick Houdaer (prononcez « HouDAR ») sorti en janvier de cette année aux Éditions Le Dilettante. Autant le dire tout de go : il est parfaitement interdit de sauter des pages et de lire les dernières avant d’y arriver sous peine de damnation éternelle ! Qu’attendre d’un livre dont le titre et la couverture annoncent l’ultime bataille et dont le sujet principal semble êtr...e les tribulations molles d’un fils à maman témoin de Jéhovah… si ce n’est la fin du monde ! L’auteur, qu’on peut croiser sur une colline de Lyon (la Croix-Rousse) et dont le mot « poetry » est tatoué en grand sur le bras droit (celui qui écrit), revient en force dans le roman, ses premières amours. Il n’est pas anodin que, parmi ses sept recueils de poésie, il y en ait un (« Fire Notice » aux éditions Le Pont du Change (2013)) qu’il consacre à la magie. Le magicien n’est-il pas celui qui excelle dans le jeu de dupe ? Christophe Cordier, dit ÉphèZ, dessinateur de BD, voit son petit monde bousculé par l’hospitalisation de sa mère, témoin de Yahweh, qui a besoin d’une transfusion sanguine : c’est le début du roman. On entre alors dans ce petit monde comme dans une paire de vieilles baskets confortables : ça va vite, on avance, on est pris dans l’histoire, et nous voilà aux trente dernières pages comme si de rien n’était… sauf qu’arrive ce qu’on n’avait pas vu arriver ! On sentait bien un peu de sable dans les rouages, des hics, mais ce qu’on n’avait pas repéré, c’est que l’auteur avait endormi notre attention, l’avait retenue à un endroit alors que c’était à un autre que tout se jouait. On finit la dernière phrase, le dernier mot, et on n’en revient pas et on décide de revenir en arrière, de retrouver ce qu’on avait raté, où le sable s’était logé. Morale : les derniers seront les premiers et les premiers les derniers, méfiez-vous des fils à maman, le maître de l’histoire c’est le Créateur. Que ce soit dit !"
Estelle Dumortier

2303229151.jpg

 

 

02/04/2018

Derrière la caméra ?

- Et de qui tu rêves derrière la caméra, pour filmer "Armaguédon Strip" ?
- Jean-François Stévenin. Ou Joann Sfar. Ou Xavier Giannoli.
- Tu déconnes ?
- Pas du tout.
- Mais ça n'a rien à......
- Tu as lu mon bouquin ?

ob_14b831_mischka.jpg

91688625b0dfb57c4360b3ccce3dca94bafe47e7-700.png

 

 

31/03/2018

Soirée...

28958382_1725886760790384_8928516622109376512_n.jpg

... à la librairie "Les yeux dans les arbres"

1 rue Pavillon, 69004 Lyon (métro Croix-Rousse).

Il y aura des surprises !

 

08/03/2018

Article de LYON-CAPITALE sur « ARMAGUEDON STRIP »

Lyon-Capitale-Mars-2018-N-775_image-head-magazine.jpg

« LA FIN DU MONDE EN STRIP.

Il ne sera pas à la Fête du Livre de Bron, du moins pas en tant qu’auteur invité. Pourtant, il est lyonnais et vient de publier au Dilettante un excellent roman. Sans doute l’un des plus drôles de ceux récemment parus et sans doute le plus abouti des douze qu’il a signés.

L’histoire pourrait paraître loufoque, elle n’en sonne pas moins incroyablement juste. Frédérick Houdaer met en scène un jeune dessinateur de B.D. qui pourrait lui ressembler (s’il avait vingt ans de moins et savait dessiner). Lequel affronte dès les premières pages un dilemme : il doit décider si sa mère – Témoin de Yaweh – secte inoffensive au demeurant si ce n’est qu’elle croit la fin du monde toute proche et interdit les échanges sanguins -, peut recevoir une transfusion après l’accident qu’elle vient de subir. Sa sœur, militante écologiste et extrémiste, n’est pas d’une aide très précieuse. Il s’en remet donc au destin. Une attitude qui semble la sienne de façon générale. Il a ainsi accepté de se voir transformé bientôt en pater familias malgré son peu d’appétence pour l’éducation d’une progéniture, fût-elle limitée à un exemplaire. Ce n’est pas la seule épreuve qu’il devra affronter dans les 224 pages que compte le roman. Citons parmi les plus ardus des tracas qui se présentent à lui : un salon de la BD en état d’ivresse, une bagarre pornographique avec une amie de sa mère qui, elle, a quitté Yahweh (enfin, pas vraiment, c’est compliqué), l’ablation d’un kyste au poignet, ses pulsions adultérines qui le poussent irrésistiblement vers une amie dessinatrice ou encore l’achèvement de son grand œuvre, le recueil tant attendu par son éditeur.

On rit beaucoup et l’on ne peut s’empêcher d’aimer cet antihéros aussi attachant qu’irritant. Qui a de surcroît l’art de dénoncer, en passant, les pires travers de la France d’aujourd’hui. »

C.M.

armaguédon strip,fête du livre de bron,lyon-capitale,lyon capitale

 

06/03/2018

Article de « V.S.D » sur « ARMAGUEDON STRIP »

« Lui est dessinateur de B.D. et grand fan de Franquin ; ce qui est bien. Sauf quand on vit depuis toujours dans la crainte de l’imminente Apocalypse et que chaque signe, chaque fait-divers, chaque discours en est la prophétie. Ce qui est le cas d’EphèZ, dont la mère est Témoin de Jéhovah et proscrit toute distraction, tout moment festif. AUSSI DRÔLE QUE PARFOIS DIFFICILEMENT SUPPORTABLE (le coït avec Graziella), ARMAGUEDON STRIP EST UN SACRÉ BON ROMAN QUI NE RESSEMBLE PAS À GRAND-CHOSE.
UNE BELLE SURPRISE.
F .J . »

28576088_10156250342773872_7713226571950403372_n.jpg

(c'est la première et la dernière apparition de Laetitia H. sur ce blog)