UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2010

Ah bon ?

46466_434429773871_774598871_4925569_2636730_n.jpg

Donc… parler de moi, pour éviter d’évoquer x ou y et mordre.

J’écris.

Je suis invité, dans le cadre du festival Parole Ambulante, à croiser le fer avec Alexandre Dumal et Mouloud Akkouche le dimanche 24 octobre au Centre Edouard Brenot à Grigny.

Le 20 et 21 novembre, je signerai lors du festival Sang D’Encre, à Vienne.

Lu et chroniqué (pour « Livre & Lire ») deux remarquables ouvrages ces derniers temps :

« Sous le manteau » de Sylvie Fontaine.

« Le Zaroff » de Julien d’Abrigeon. Puisque Rimbaud avait raison, « quand l’on a faim et soif, il y a quelqu’un qui vous chasse. »

R.A.R (rien à rajouter) ? R.A.R.

 

12/07/2010

Ma vie onirique

Le sel, le sable et les résineux nous font rêver bizarrement (tandis que la camarde continue de rôder autour de nos proches). Ainsi, j'ai cauchemerdé que je lisais mes textes à voix haute et en maillot de bain sur une scène monégasque ! Ce n'était pas ma prestation la plus réussie, mais la mieux payée.

Autrement... Avez-vous en votre possession mon dernier recueil ? Plus indispensable, sur la plage, que l'écran solaire ou le dauphin gonflable ! 

01/07/2010

HELIOTROPISME

Alors que les retombées de mon Cabaret poétique se font encore ressentir (la seule bonne raison de dire "vivement la rentrée de septembre" pour retrouver ce rendez-vous mensuel ?), je résiste à l'envie d'envoyer quelques piques (plus que cela même) à x ou à y... Et bien non, je ne le ferai pas, la lumière qui vient surchauffer mon lino ne me pousse pas dans cette direction.

 

Intéressons-nous plutôt à quelques personnes-valeurs sûres.

Ô joie, ô fierté, je trouve deux textes inédits de moi (extraits d'un recueil à paraître début 2011) sur le blog de Thierry Marignac.

Je signale aussi la parution du nouveau numéro de "L'indic", modèle de revue basée sur... l'intelligence et le désir.

36004_137749096236672_100000047465596_400417_4063114_n.jpg

A signaler, une bonne critique de "Shopping Bang Bang !" dans ce numéro ! Pour le commander, c'est ICI.

Pour finir ? Pour commencer plutôt... je souhaite la "Welcome" à ALBAN BULLE, né il y a quelques jours à Hokinawa.

05/01/2010

QUE L'ANNEE 2010...

... VOUS SOIT RECYCLABLE !

21/10/2009

Comme ça me vient...

Ma considération philosophique de la semaine ? Je ne trouve pas que passer du Monoprix de la Croix-Rousse (le plus cher de France après celui de Neuilly) au LIDL de la rue de Marseille soit le signe d'une ascension fulgurante. Cela ne m'empêche pas d'être conduit en Mercedes par un auteur que j'ai publié ! Qui plus est, une Mercedes remplie de machines à écrire (ce n'est pas une image pour faire joli, mais la réalité de samedi dernier).

Autrement... à signaler : un nouveau poème de votre serviteur (ainsi qu'un scoop le concernant) sur le blog de Thierry Marignac.

 

05/10/2009

De quelques petits bonheurs et de quelques grandes vulgarités

Aucune volonté d'édification. Juste le recensement de mes deux derniers petits bonheurs. Mes poèmes qui commencent à faire des ricochets chez Thierry Marignac. Et Thomas Vinau qui me fait découvrir "CARVER HEUREUX" grâce à son blog que je pille allègrement pour nourrir l'ogre Facebook.

Quant à la vulgarité promise, elle ne se trouve que dans l'une des deux vidéos suivantes. Je vous laisse la dénicher.

 

20/09/2009

"... la vie, mon honorable ami..."

« Devrait être dadaïste celui qui a compris, une fois pour toutes, qu’on n’a le droit d’avoir des idées que lorsqu’on les applique dans la vie – le type totalement actif ne vivant que d’action, son seul moyen de connaissance. Le dadaïste est l’homme qui loue un étage à l’hôtel Bristol sans savoir où prendre l’argent pour donner un pourboire à la femme de chambre. Le dadaïste est l’homme du hasard avec de bons yeux et le coup du père François. Il peut lancer son individualité comme un lasso, et il juge chaque cas suivant la situation. Il se résigne au fait que le monde abrite à la fois des mahométans, des zwingliens, des lycéens, des anabaptistes, des pacifistes, etc. Il voit d’un bon œil la diversité du monde sans s’en étonner pour autant. Le soir, l’orchestre joue au bord de la mer et les putes, qui se balancent sur leurs talons-aiguilles, te sourient en te dévisageant ouvertement. C’est un monde merdique et complètement dingue. Tu flânes comme ça, sans but précis, et tu te fabriques une philosophie pour le dîner. Mais sans crier gare, le facteur t’apporte le premier télégramme qui t’apprend que tous tes cochons sont morts de le rage, qu’on a jeté ton frac de la Tour Eiffel, et que ta femme de ménage a attrapé une carie des os. Tout étonné, tu regardes la lune qui te semble un bon terrain d’investissement, quand le même facteur t’apporte un autre télégramme, annonçant que toutes tes poules ont crevé de la fièvre aphteuse, que ton père, en tombant, s’est embroché sur une fourche et qu’il a gelé, que ta mère a volé en éclats à cause de ses noces d’argent (mais peut-être était-ce aussi la poêle qui est restée accrochée à ses oreilles, je n’en sais rien). C’est la vie, mon honorable ami. Les jours se suivent comme les mouvements de tes intestins, et toi, si souvent menacé d’étouffement par une arête de poisson, tu vis toujours. Tu tires la couverture sur tes oreilles et tu siffles La Madelon (…). Ça, c’est le vrai dadaïsme, Messieurs. »

Richard Huelsenbeck, « En avant Dada » 

 

 

10/05/2009

Parce qu'il n'y a pas que les livres dans la vie (3)

Des hommes qui font... des trucs d'hommes ;) 

19/03/2009

SEPARATION

 
Paroles (et traduction) ICI.