UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2016

Bigre...

ICI, Katia Bouchoueva & moi enregistrés vivants.

katia bouchoueva,bouchoueva,houdaer,cerumen

 

10/10/2016

Au pied...

... de la médiathèque de Vaise (Lyon 9ème)... des empreintes de mains.

empreintenougaro Valmy.jpg 

 

06/10/2016

Les poèmes qui ne se nourrissent ni de roses ni d’oiseaux ont une santé à briser le monde

Il y a des poèmes qui ne se nourrissent ni de roses ni d'oiseaux, qui ne boivent pas la rosée des fleurs, qui ne se penchent pas sur la source, qui n’aiment pas les jeunes filles à l’instant du bourgeon.

Ils ont un visage dur et une odeur d’hiver qui dédaignerait la neige.

Ils parlent de chevaux, de labours, d’humbles herbes, d’enfants sans jouets.

...

L’amour y semble caché mais apparaît soudain aux trous de l’étoffe avec son insolent éclat de toujours.

Ils sont avides comme des rustres. Ils ont de grosses mains. Leur rire est triste. Ils grelottent. Ils ont faim. Ils donnent à manger. Le sang coule d’eux, frais, rouge et vite noir, luisant comme un long regard échappé.

Les poèmes qui ne se nourrissent ni de roses ni d’oiseaux ont une santé à briser le monde.

Il leur arrive de montrer vraiment l’intérieur du corps qui est rouge et l’intérieur de l’âme qui est noir et vide.

 

Alain Borne

 

 
 

22/09/2016

Ecoute et danse

Il convient :
1) de ne pas s'écouter
2) de s'écouter profondément

Daniel Biga, "L'Amour d'Amirat"*

 * remerciements à François-Xavier Farine pour m'avoir offert ce livre. 

 

01/09/2016

Langage corporel

 

24/08/2016

Chansons françaises (une fois n'est pas coutume)

Paroles de la flamande Françoise Mallet-Joris (qui vient de nous quitter)

 

 

18/08/2016

"Magie noire ou blanche (inscrite à la Sacem)"

Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encore brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie


Baudelaire

 

13/08/2016

La famille

J'aime bien les mafias familiales. Elles sont réconfortantes, et les gens sont cons qui ne pigent pas que le clan est l'une des dernières forces restant à la disposition des hommes en ces temps de chiasse et de marée haute.

Frédéric Dard

 

05/08/2016

Parole, parole...