UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2008

Sur la toile...

... Caroline de Benedetti et Stéphane Prat parlent très bien des premiers titres de la collection "A charge": ici et ici.

23/08/2008

UN ARTICLE DU CANARD ENCHAINÉ daté du 20 août…

… et consacré au premier livre de la collection « À Charge » (éditions À plus d’un titre) :

 

article canard.jpg
les ruines.jpg

31/05/2008

LES RUINES DE LA FUTURE MAISON

Paru ! Aux éditions "A plus d'un titre", dans la collection "A charge": "LES RUINES DE LA FUTURE MAISON".

L'auteur: Hélène Dassavray.

Extraits:

« Il disait que la maison tiendrait cinq cents ans, il avait construit vingt centimètres d'un seul mur en un mois. Ne serait-ce qu'une pièce à quatre murs, de deux mètres de haut, et sans parler de la toiture, le compte était vite fait.

L'hiver allait arriver bien plus vite que ça. »

1678430400.JPG

La maman de Clément avait ramené Flammes-de-l'Enfer au Campement. J'avais remarqué son regard curieux, alors je lui avais fièrement fait visiter la cabane, les alentours - le tour du propriétaire. En partant, elle m'avait embrassée chaleureusement.

-         Tu as beaucoup de courage de vivre comme ça !

Je comprends mieux maintenant ce qu'elle avait voulu dire, mais à l'époque j'avais passé plusieurs soirées à me le demander. C'était aux autres que je trouvais du courage." 

 

ICI, UN ARTICLE DU CANARD ENCHAINE SUR CE LIVRE !

ICI et ICI, les échos qu'a trouvé le livre sur la toile.

ICI, un article dans la revue "Le croquant".

LES RUINES DE LA FUTURE MAISON

de Hélène Dassavray

Editions A plus d'un titre, collection A charge

122 pages, 12€50

ISBN 978 2 91748 600 9

Diffusion-distribution: Court-Circuit

Pour l'acheter sur Internet, c'est ici, mais vous pouvez très bien le commander chez votre libraire.

 

Pour tout savoir sur "CURTIS", le deuxième livre de la collection "A charge", c'est par .

22/04/2008

Article sur la collection "A charge"

C'est le premier article consacré à la collection, avant même la parution du premier livre. Il est signé Leïla Lovato, et vous le trouverez dans le journal de la Mapra.

Extrait:

Collection A charge, ou les variations libres et plurielles d’une littérature noire

Depuis à peu près deux ans, la librairie « A plus d’un titre », Alain Léger en tête d’équipe, est aussi sous le même nom, éditrice de livres. Peu d’entre nous sans doute le savaient car, passés les premiers pas (avec quand même une petite dizaine de publications), c’est maintenant que l’aventure semble s’affirmer et le projet s’étoffer. De plus, aspect non négligeable, les éditions « A plus d’un titre » sont désormais diffusées par « Court-Circuit », ce qui leur donne une meilleure visibilité dans de nombreux lieux en France et ailleurs. Or voici que dans ce parcours encore jeune des éditions, apparaît « A charge », une nouvelle collection dirigée en particulier par l’écrivain Frédérick Houdaer. C’est donc avec lui que je vous propose de la découvrir, à travers la présentation que lui-même en fait, et à travers un petit entretien qu’il a bien voulu amicalement m’accorder. On comprendra que l’homme use d’une langue franche, sans doute parce qu’il sait qu’en matière de création, il y a prise, prise de position, prise de place… lui qui puise volontiers dans le lexique guerrier pour décrire sa démarche…

L.L.

(...) 

-         « A charge », pourquoi ce titre ?

Je n’ai pas de réponse fermée. On pourrait ouvrir un dictionnaire, chercher les acceptions du mot « charge » et les emplois de l’expression. J’y entends par exemple : « à charge de revanche ». Je ne suis pas vierge. Intervenir, travailler, collaborer à divers niveaux de la chaîne du livre, m’a permis d’avoir une bonne vue sur sa réalité. Un paysage que beaucoup d’auteurs ignorent. J’ai connu plusieurs éditeurs, et plusieurs manières de faire, j’ai constaté une attitude générale que je qualifierais de « porcine », dont la principale caractéristique est le jeu de dupe.

Mais attention, avec Alain (Léger), je n’ai pas trouvé un noyau de personnes frustrées, ni blasées ou écœurés. A notre échelle, notre démarche et notre travail sont investis d’une réelle ambition.

 

-         Quels sont les points de départ pour constituer la collection ?

Au cours des années, j’ai reçu plusieurs manuscrits, parmi lesquelles j’ai décelé quelques pépites. J’en ai poussé certains vers des éditeurs. La plupart du temps, ils ont intéressé, et n’ont pas été publiés in extremis, comme par exemple chez Actes Sud. Je ne voulais pas gâcher ces énergies.

Etre directeur de collection, ce n’est pas être sympa. Il faut d’abord savoir dire Non, mais le Oui, quand il advient, est un engagement. Etre directeur de collection relève sans nul doute d’un travail de création, avec ce qu’il comprend d’implication.

 

-         Quelle ligne sous-tend cette collection à l’heure où elle publie ses deux premiers titres ?

Là encore, pas de réponse fermée. C’est pour cela que, pour présenter la collection, je reprends la définition que Soulage donne du noir. J’aime l’idée de « prose à part », non formatée. Ce seront des formats plutôt courts. Les deux premiers titres définissent un espace possible pour les prochains textes accueillis. « Les ruines de la future maison », de Hélène Dassavray, est un roman autobiographique. Une écriture solaire, car le noir peut être solaire. « Curtis », de Dominique Salon, est à l’opposé, un roman sec comme un coup de trique. Les deux romans présentent deux pôles. Ça peut surprendre, mais au contraire, ils posent d’emblée les deux bornes entre lesquelles la collection se développera.

-         Quel choix est fait concernant l’identité graphique de la collection ?

Elle sera notamment signifiée par les couvertures. On achète une série de photos à Jean-Marc Sohier : des clichés de chaises prises sous tous les angles. Rien d’illustratif donc. Un lieu est créé, avec son unité, ses éléments récurrents, et ses infinies déclinaisons possibles. C’est bien dans cet esprit que s’initie la collection…

Renseignements :

Librairie A plus d’un titre : 4 quai Pêcherie, 69001 Lyon - 04 78 27 69 51

26/03/2008

Pré-faire-part de naissance…

… ou une tentative de définition de la nouvelle collection, aux éditions « À plus d’un titre ».

La collection « À Charge » est dédiée à une littérature noire, vibrante et contemporaine (Soulages définit le « noir » comme une couleur contenant toutes les autres couleurs).

Dans la collection « À Charge » se croisent, s’entrechoquent différentes voix, différents styles, différentes fictions qui ne craignent pas de se frotter au monde réel. Pour preuve, les deux premiers romans qui y sont publiés explorent deux marges bien différentes : l’une rurale (« LES RUINES DE LA FUTURE MAISON », roman solaire d’Hélène Dassavray), l’autre urbaine (« CURTIS », coup de hache signé Dominique Salon).

Sans Hubert Selby jr, Dominique de Roux ou Bukowski (pour n’en citer que trois), la collection « À Charge » n’existerait pas. Sans Alain Léger non plus.

17/02/2008

1920

« Il est possible que le livre soit le dernier refuge de l’homme libre. Si l’homme tourne décidément à l’automate ; s’il lui arrive de ne plus penser que selon les images toutes faites d’un écran, ce termite finira par ne plus lire. Toutes sortes de machines y suppléeront : il se laissera manier l’esprit par un système de visions parlantes ; la couleur, le rythme, le relief, mille moyens de remplacer l’effort et l’attention morte, de combler le vide ou la paresse de la recherche de l’imagination particulière : tout y sera, moins l’esprit. Cette loi est celle du troupeau. Le livre aura toujours des fidèles, les derniers hommes qui ne seront pas faits en série par la machine sociale. »
André Suarès, 1920

31/01/2008

ÉDITIONS À PLUS D’UN TITRE, COLLECTION À CHARGE

Les deux premiers contrats ont été signés, les textes retravaillés, les couvertures choisies...

Pour l'heure, je vous copie-colle simplement ce dessin que l'on m'a envoyé pour clore cette période de voeux.

adc70ea819f6cd6b8741dc215c2f38ef.jpg

23/12/2007

avant Noël

Des nouvelles de la collection de romans noirs dont je m’occupe, pour les Editions « A Plus d’Un Titre » :

Naissance officielle début 2008, avec la parution de deux titres. Six titres prévus dans l’année.

Diffuseur : Court-Circuit (qui, entre autres, diffuse les films de Pierre Carles).

Le fait que je tienne avec moins de régularité ce blog, que je tarde à répondre aux uns et aux autres, n’est évidemment pas mauvais signe. Au contraire.

5801c3c216b6151a92f41285a60f8f43.jpg

26/11/2007

DÉFERMETURE DE CE BLOG & NOUVELLE IMPORTANTE

Donc, ça rouvre. La pause aura duré le temps… non pas d’achever mon manuscrit en cours, mais de lui faire passer une étape déterminante dans sa rédaction.

Et puis… SURTOUT…

a)     J’ai trouvé une nouvelle façon de me dépenser sans compter… et sans gagner un kopeck.

b)    Par la même occasion, j’ai également trouvé un moyen inédit pour me fâcher avec des amis… en refusant leurs manuscrits !

Bref, je suis devenu directeur de collection (c’est écrit en relief, sur la plaque dorée). Directeur d’une collection de romans noirs qui n’auront comme unique point commun que la qualité de leur écriture.

C’est Alain Léger, tenancier-libraire d’A Plus d’un Titre, qui m’a tendu la perche. Les éditions « À plus d’un titre » publiaient jusqu’alors (petit tirage, super lectorat) du très littéraire, de la poésie, des rééditions d’introuvables…

La collection de romans noirs dont je m’occupe à présent touchera un public plus large mais conservera la même exigence. Le prix des bouquins restera très raisonnable. Les bouquins n’auront que leur prix de raisonnable.

J'ai cinq manuscrits à faire publier en priorité (signés de garçons & filles d'âges et de profils divers). Cinq merveilles que j'avais poussées à "La Fosse aux ours", qui ont intéressé des éditeurs aussi divers que Viviane Hamy ou Actes Sud... sans être retenues au final.

Les faiblesses de la maison « À plus d’un titre » sont nos points forts. Nous n’avons de compte à rendre à personne. Et compte tenu des cinq premiers titres que j’ai sous le coude… À notre échelle, cela va faire mal.