Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2015

"MAISON - poésies domestiques" d'Emanuel Campo

Parce qu'une gueule de bois n'empêche pas de saluer la parution d'un ouvrage archi-recommandable...

 

29/12/2015

"Le dernier loup-garou"

« Un livre magnifique, plein de suspense. Un hurlement d'indignation, brutal et lunatique. Un roman haletant, sexy, sanglant, accouché dans l'horreur pour donner naissance à quelque chose d'entièrement neuf, de fascinant et majestueux. »

Nick Cave

denoel-lunes11044-2013.jpg

Finir l'année avec le meilleur "roman de genre" que j'ai lu en 2015 (par quel miracle l'ai-je ouvert, ai-je enjambé son titre niais ?)...

Ridley Scott a acheté les droits de ce livre. il ne risque pas de porter à l'écran le quart de son contenu (terriblement sexuel). Surtout à notre époque où Twilight a remplacé "Entretien avec un vampire". Et Duncan (également auteur de "Moi, Lucifer"), c'est autre chose que du Anne Rice !

Trois parties dans ce roman : "Va où tu veux, meurs où tu dois", "Baisetuemange" et "Le mois le plus cruel".

Malgré un abus des rebondissements vers la fin, un livre bien plus  excitant et profond que ce que nous propose... la littérature blanche de cette dernière rentrée littéraire, par exemple.

J'apprends, en bouclant cette notule, qu'il s'agit du premier tome d'une trilogie. Je reconnais hésiter avant de lire la suite.

 

 

 

28/12/2015

Le 28 décembre...

... 1938, première du film "Hôtel du Nord" (le même jour que "La bête humaine" !)

381605_10150492401143872_297784862_n.jpg

« Ketty fut pendant près d’un an la maîtresse d’un officier allemand. A la Libération, elle fut tondue et arrêtée. Passant devant une commission d’enquête et comme on lui demandait pourquoi elle avait été la maîtresse d’un Allemand : « Parce qu’il avait, répondit-elle, une belle gueule et qu’il me faisait jouir. Vous, avec vos gueules de cons, vous ne me feriez pas jouir. »

"Le chemin des écoliers", Marcel Aymé