Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2013

Pourquoi publier de la poésie ? # 2

Le titre de cette notule est (presque) une arnaque. L'envie d'intéresser autant de monde qu'avec celle qui l'a précédée ? Disons que, tout provisoirement affublé que je suis de ma (grosse) casquette de (petit) éditeur, je voulais donner la parole à celui/celle qui est de l'autre côté de la barrière. C'est chose faite.

 

941240_447249952038322_397369015_n.jpg

(Très) prochainement...

bestiaire.png

1475901_685030514850227_774271656_n.jpg

28/11/2013

Signature d'un nouveau contrat d'édition

signaturedunnouveaucontratdédition.jpg

27/11/2013

Merci, Onfray !

 

« Certains poètes contemporains donnent l’impression de n’être que des cerveaux, de purs produits de matière grise tarabiscotée. Quelques mots sur une page, des collisions verbales aléatoires, un vague tropisme mallarméen, un culte du mot seul, une religion de la phrase pour elle-même, une manie du blanc et de l’espace, de quoi générer un autisme de bon aloi, et s’assurer qu’on ne sera pas lu, aimé, compris. De quoi aussi, bien sûr, certifier qu’on a affaire au grand poète. Car ils aiment l’ineffable, scénographient l’indicible, se pâment en dévots de la théologie  négative. Pas besoin de donner des noms : ils incarnent le bon goût du moment.

 

D’autres, en revanche, croient que le mot ne constitue pas une fin mais un moyen. Le poème ? Sûrement pas un artifice de pure forme, un artefact de technicien de l’écriture, mais une prose revendiquant sa matérialité, sa musicalité, le rythme et la cadence des vocalises primitives de l’Homo sapiens. D’une part, des encéphales désincarnés ; de l’autre, des corps de chair épanouie doués de l’hyperesthésie des fauves les plus achevés. »

 

Michel Onfray, extrait de sa préface pour le livre de René Depestre « NON-ASSISTANCE À POÈTE EN DANGER »

 

26/11/2013

C'était le Cabaret Poétique (du 24 novembre 2013)...

1.jpg

2.jpg

Jean-Baptiste Cabaud

3.jpg

Laurence Loutre-Barbier

4.jpg

Michaël Gluck

5.jpg

 Maria Isabelle Cañon

6.jpg

7.jpg

8.jpg

9.jpg

David Champey

10.jpg

11.jpg

12.jpg

13.jpg

14.jpg

15.jpg

16.jpg

17.jpg

18.jpg

19.jpg

20.jpg

21.jpg

22.jpg

23.jpg

24.jpg

Fabienne Swiatly

25.jpg

26.jpg

27.jpg

28.jpg

29.jpg

30.jpg

31.jpg

32.jpg

33.jpg

34.jpg

35.jpg

36.jpg

37.jpg

38.jpg

Gérard Torres

39.jpg

40.jpg

41.jpg

42.jpg

43.jpg

44.jpg

45.jpg

46.jpg

47.jpg

48.jpg

49.jpg

50.jpg

51.jpg

52.jpg

53.jpg

 Toutes ces photos sont signées Denis Svartz.

20/11/2013

Lettre (de saison) signée René Daumal

lettre rené daumal.jpg

Autrement ? La croix-Rousse ressemble toujours à un tableau de Pialat.

19/11/2013

WAOUUH !!!

pirotte.jpg

... Jean-Claude Pirotte à la téloche, ce jeudi ! Je ne tiens pas l'info de Télé Z mais de Pierre Autin-Grenier qui en a causé sur Facebook. ça se passera chez Busnel, et il y aura aussi mon ancien voisin, Charles Juliet, sur le plateau... Ceci étant précisé, comme je n'ai pas la télé et que, ce jeudi soir, je fais une lecture dans une librairie de Voiron...

Waouh (bis) : Jérôme Leroy, auteur de polar et poète que j'affectionne particulièrement, salue mon dernier recueil. Le plus drôle : je suis un lecteur régulier de son blog... mais c'est Thierry Marignac (le premier à avoir parlé de "Fire Notice") qui a attiré mon attention sur cette notule. Et Leroy et Marignac n'étant pas les meilleurs amis du monde...

Cela tombe bien ! Car je ne demanderai à aucun des deux l'autorisation de les mettre dans le même sac pour la bonne cause. Si vous voulez comprendre quoi que ce soit au merdier politique actuel et à celui qui l'a précédé, il est nécessaire, absolument nécessaire de lire "Fasciste" de Marignac et "Le Bloc" de Jérôme Leroy, deux ouvrages que j'ai souvent cités et offerts.