Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2017

"La poésie..."

13094256_10154236058953872_9078255299337871106_n.jpg

"La poésie vous fait la peau plus douce."

Al Swearengen

16/02/2013

Est-ce ainsi que les hommes meurent ?

 

deadwood-al-toasts.jpg

 

- Ça te dirait que je te prête les trois saisons de " Deadwood " ?

- Je sais pas. Ma copine…

- T’as raison. C’est une série HBO qu’on ne déguste pas avec n’importe qui. Vaut peut-être mieux être seul pour l’apprécier.

- Ma copine en a entendu parler comme d’un western très sale. Mais sale… sur tous les plans.

- Réputation méritée. Les images, les personnages sont crades, même les plus illustres : les Calamity Jane, les Wild Bill Hickok, et les autres. On les voit tous s’éclabousser dans ce trou du cul du monde qu’est Deadwood en 1870.

- Un western sale et bavard…

- Sûr. Les cow-boys n’arrêtent pas de s’insulter, de se menacer en buvant. Un record de « cocksucker » à la minute. Et quand ils s’arrêtent, c’est pour tuer. S’ils sont encore en état. S’ils ne roulent pas direct sous la table. Le verbe… c’est quelque chose, dans « Deadwood ». Parfois, c’est tout ce qui leur reste. Dans « Deadwood », t’as même un personnage qui soliloque dans un saloon pendant qu’une pute le suce …

- Là, tu parles du fabuleux acteur…

- Ian Mac Shane.

- On m’a conseillé de voir la série rien que pour lui.

- Pas ça qui convaincra ta copine. Pas un exposé sur « le logos & les colts  dans Deadwood ». Et puis… sache qu’il y a pire dans Deadwood...

- C’est… politique ?

- Vous avez vu « Gangs of New-York » ?

- Ma copine a détesté, malgré Di Caprio.

- « Deadwood », c’est le film de Scorcese sur une trentaine d’heure, mais dans une version bien plus radicale et bouseuse, dans une version plus vulgaire… et moins pute.

- Tu parles de quoi, là ?

- Je te parle de boue et de naissance de l’Amérique. Je te parle d’une putain de genèse filmée sans chichi. Avec les plus longues agonies jamais montrées dans une série. Je te parle du capitalisme filmé à poil dès ses premiers cris.

- C’est avec ce genre d’arguments que je vais convaincre ma copine ?

- On est bien d’accord, là ? On parle d’une série « faite pour quelques uns » ?

- T’as réponse à tout sur « Deadwood », c’est chiant.

- Non. Par exemple, j’ignore comment une série pareille a pu voir le jour. C’est comme un sale miracle.

- Et ?

- Et embrasse ta copine de ma part.

 

F.Houdaer

Texte publié dans l’avant-dernier numéro de « L’Indic ». D’autres critiques sur d’autres séries ? Ici. Celles-ci sont signées Nicolas Le Breton.

 

09/11/2012

Vrac de vrac # 2

Le prochain Cabaret Poétique, le dix-huitième du nom, c'est , dans pas longtemps... et c'est (à nouveau) gratuit ! 

 

le périscope,l'indic,maison de la poésie rhône-alpes,deadwood,mazen maarouf,levent beskardes,ariane dreyfus,edith azam,luisa campanile,danielle fournier,maram al-masri

 

Après ? Je suis invité au Festival International de Poésie organisé par la Maison de la Poésie Rhône-Alpes. Deux lectures prévues : le samedi 24 novembre à 18h15 (en compagnie de Mazen Maarouf, de Levent Beskardes, d'Ariane Dreyfus et d'Edith Azam) et le dimanche à 17h15 (avec Luisa Campanile, Danielle Fournier et Maram Al-Masri). 

cabaret poétique,le périscope,l'indic,maison de la poésie rhône-alpes,deadwood

Autrement ? Dans le dernier numéro de l'excellente revue "L'indic", vous pourrez lire un article de votre serviteur consacré à la non moins excellente série "Deadwood".

 

le périscope,l'indic,maison de la poésie rhône-alpes,deadwood,mazen maarouf,levent beskardes,ariane dreyfus,edith azam,luisa campanile,danielle fournier,maram al-masri

 

Ensuite ? Des cartons à faire et à défaire... mais je crois l'avoir déjà dit.