UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2018

" Je commence à comprendre..."

c023d6f8f6cda11dd7e63df9a99f50e4.jpg

- Je commence à comprendre ce que vous appelez confort intellectuel.

- Ne vous flattez pas. 

 

Marcel Aymé

13/09/2012

Le grand Marcel

arletty.jpg

« Ketty fut pendant près d’un an la maîtresse d’un officier allemand. A la Libération, elle fut tondue et arrêtée. Passant devant une commission d’enquête et comme on lui demandait pourquoi elle avait été la maîtresse d’un Allemand : « Parce qu’il avait, répondit-elle, une belle gueule et qu’il me faisait jouir. Vous, avec vos gueules de cons, vous ne me feriez pas jouir. »

"Le chemin des écoliers", Marcel Aymé (cliquez sur ce nom magique pour dénicher d'autres notules à son sujet)

27/05/2012

Commentaire sur le palmarès Cannois de cette année

"La tante Mélina était une très vieille et très méchante femme, qui avait une bouche sans dents et un menton plein de barbe. Quand les petites allaient la voir dans son village, elle ne se lassait pas de les embrasser, ce qui n'était déjà pas agréable, à cause de la barbe, et elle en profitait pour les pincer et leur tirer les cheveux. Son plaisir était de les obliger à manger d'un pain et d'un fromage qu'elle avait mis à moisir en prévision de leur visite. En outre, la tante Mélina trouvait que ses deux petites nièces lui ressemblaient beaucoup et affirmait qu'avant la fin de l'année elles seraient devenues ses deux fidèles portraits."

Marcel Aymé, "Les contes du chat perché"

03/09/2011

Aujourd'hui, c'est poésie... et problèmes mécaniques.

J'étais invité dans les Hautes-Alpes ce samedi, aux premières "Journées Brautigan". Ma voiture en a décidé autrement. Désolé pour les personnes que je devais retrouver là-bas, ce n'est pas mon genre de poser des lapins de la sorte, je ne suis pas Amy (pas près d'oublier la nouvelle de sa mort le matin de mon quarante-deuxième anniversaire).

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je partage ce mode d'emploi du "comment devenir poète" (ça me paraît de bonne guerre, et merci une énième fois à Marcel Aymé).