UA-136760349-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2007

ROUSSE

la femme se confie au docteur

elle le fait en anglais

      je comprends que tout

      ne tourne pas rond

      dans sa vie sexuelle

      le docteur la trousse aussi sec

      l’examine

      s’exclame

      AMAZING

      AMAZING

     elle s’étonne

     il s’étonne

     nous nous étonnons

        mes amis et moi

       face à l’écran de télé

       le doc est formel

      déclare à la femme

    qu’elle n’a pas de clitoris

      elle a beau écarter les jambes

    tant et plus

      le doc ne revient pas

    sur son verdict

      il poursuit l’auscultation

    de sa patiente

      examine sa gorge

      bingo

      le clitoris est là

      caché au fond

   de sa gorge

      moi

      c’est au fond

   de mon magnétoscope

      que j’ai découvert les années 70

 

22/01/2007

Lundi 22 janvier

je la vois

grimper

dans un bus qui ressemble

à un vaisseau spatial

je la vois

faire poinçonner

son A.D.N

je la vois

disparaître

au milieu des passagers qui sont autant

d’extraterrestres

je suis le seul

être

humain

qu’elle connaît

je le lui crie

en vain

j’essaye de l’écrire

sur une vitre du bus

j’ai le bout des doigts gelé

quand l’engin quitte la station

il ne me reste plus qu’à créer une secte

certains ne se sont pas gênés de le faire

avec moitié moins de visions

moitié moins de blessures

21:00 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie

18/01/2007

NE MÊME PAS ÊTRE CERTAIN DE LA CHUTE

 
balcon lumière

sur le point de se décrocher

il tient à un clin d’œil

qu’elle me lancera

qu’elle ne me lancera pas

peut-être me l’a-t-elle déjà lancé

peut-être l’ai-je raté

je n’ai rien appris

concernant la loi de la pesanteur

ou j’ai tout oublié

je ne vois pas venir

le choc

il me faudrait des yeux

plus que des yeux

pour cela

21:25 Publié dans a.2) MES TEXTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie

06/01/2007

NOUS Y SOMMES

rituel informatique

double-cliquer

sur l’ICÔNE AVEC RACCOURCI

comme une double prosternation

incliner sa flèche

la poser sur la BARRE DES TÂCHES

mon ordinateur fait de plus en plus

de bruit

pas mes livres

28/09/2006

Jeudi 28 septembre

       Poésie rétive.

 

05/09/2006

R de jeu

44dcbb7a7412c4c00c1015d5cdcbe43b.jpg
29dce464bdc8df599e856d8ceac24adf.jpg
00cd739d92d6fa0e15e7d3b9661bac46.jpg

 

ÈRE DE JEUX

 

 

square

 

square

 

square

 

gratter la terre là où elle n’existe plus

 

mais ça ne fait rien

 

on finit toujours par dénicher quelque chose

 

alors on gratte

 

avec le seau plus qu’avec le râteau

 

on ne tient pas à avoir le sens pratique trop développé

 

trop tôt

 

les outils sont recouverts de motifs rigolos

 

cela n’empêche personne

 

de s’appliquer à la tâche

 

on gratte fouille creuse

 

et on trouve

 

on trouve à ramasser des cailloux

 

jusque dans les endroits les plus incongrus

 

sous les semelles des parents

 

ou dans la serrure du portillon par exemple

 

on ne porte pas les cailloux à la bouche

 

surtout pas

 

on a passé l’âge de faire des frayeurs faciles aux grandes personnes

 

on voit plus loin

 

on échafaude

 

on “ tire des plans sur la comète ”

 

on ne sait pas très bien ce que signifie cette expression

 

on l’a entendue la veille

 

on l’a trouvée chouette

 

on l’a prise

 

 

square

 

square

 

square

 

on garde les cailloux prisonniers dans son poing gauche

 

pourquoi le gauche ?

 

parce que c’est le poing le plus méchant

 

on le sait

 

on n’a pas eu besoin d’une grande personne

 

pour l’apprendre

 

on escalade le petit muret d’une seule main

 

on se cramponne au grillage branlant

 

là encore d’une seule main

 

on jette les cailloux de l’autre côté

 

où ?

 

de l’autre côté

 

 

square

 

square

 

square

 

on grimpe sur l’avion-balançoire

 

monté très haut sur ressort

 

en l’attaquant par le flanc droit

 

parce que c’est plus facile de l’escalader de ce côté là

 

une fois qu’on est installé à ses commandes

 

on se jette dans les orages

 

dans des cyclones qui ne portent pas de nom

 

c’est à ce genre de détail

 

qu’on reconnaît les cyclones les plus violents

 

on pourrait apprendre ces choses aux grandes personnes

 

mais on n’en a pas l’envie

 

 

square

 

square

 

square

 

la convoitise nous fait redescendre sur terre

 

on veut le ballon de l’autre

 

on ne peut pas le chiper au vu et au su de tous

 

avant on pouvait

 

plus maintenant

 

on veut se faire bien voir

 

corriger son image

 

on ramasse un biberon tombé

 

la tétine la première

 

on reçoit des félicitations

 

on en profite

 

on vient de créer son association

 

alors on demande des subventions

 

quand on les obtient

 

c’est bien

 

quand on se les voit refusées

 

ça ne va pas

 

on commence à se faire des cheveux blancs

 

puis plein d’autres maladies

 

 

square

 

square

 

square

 

on essaie d’autres manèges

 

on s’en lasse en trois secondes deux dixième

 

on change de femme

 

on essaie de déménager un banc

 

sous le regard amusé des grandes personnes

 

elles ne croient pas en notre révolte

 

elles ne misent pas un bonbec sur notre insurrection

 

elles ont raison

 

on ne fait pas bouger le banc d’un millimètre

 

même en s’y mettant à plusieurs

 

on court dans tous les sens

 

il faut bien compenser notre frustration

 

quel que soit notre âge

 

on pousse la provocation

 

on veut escalader le toboggan

 

par le mauvais côté

 

on menace de manger notre soupe

 

avec une fourchette

 

ce soir même

 

 

square

 

square

 

square

 

on entend sans les voir

 

les joueurs de tennis qui s’affrontent sur le terrain voisin

 

on s’amuse à reprendre leurs cris de victoire

 

ou de rage

 

et l’on commence à aimer

 

prendre des insolations en haut du manège

 

caresser des chiens inconnus

 

peut-être féroces

 

on oublie d’ouvrir le capot de sa voiture

 

de vérifier ses niveaux

 

on espère être seul

 

le jour de l’accident

 

on n’en est même pas certain

 

 

square

 

square

 

square

 

 

on veut sentir

 

ressusciter en nous

 

l’enfant aux doigts dans la prise

 

l’enfant traversé

 

 Frédérick Houdaer

extrait de "ANGIOMES", éditions de la Passe du Vent

02/03/2006

ATELIÉ D’ÈKRITUR (2)

dans le blockhaus

les profs se teignent

les cheveux

en rouge

elles en éclaboussent

les copies

qu’elles corrigent

les élèves se rongent

les ongles

mordent

leurs stylos

lèvent

un doigt

jusqu’à leur nez

lisent

le journal

gratuit

ne lisent pas

les manuels

scolaires

ne lisent pas

tout court

01/03/2006

Mercredi 1ier mars

« Expliquons-nous.

La poésie régulière, en effet, est finie. Elle s’est accomplie avec Victor Hugo, à qui nous sommes en droit de joindre un aileron sulfureux, Baudelaire, et un bouton de diamant, Mallarmé. Nous avons là un épilogue historique daté. La forme fixe s’est consommée à sa cote la plus élevée. Il est désormais impossible de rejoindre cette altitude évanouie. Pour toute perspective, la forme fixe n’a, depuis cent ans, que sa décroissance. Occupe-toi de ton minimum. Sans aucune intention moqueuse ou paradoxale je constate qu’elle ne vit que dans la chanson et qu’elle a Charles Trénet, Léo Ferré, Claude Nougaro pour ses plus solides amants. »

Audiberti, Dimanche m’attend

28/02/2006

CERTITUDES ? (atelier d'écriture 1)

je suis debout

ils sont assis

c’est moi l’écrivain

mais c’est eux qui écrivent

c’est eux qui se perdent

au pays de Neverland

m’entendent-ils citer

Rimbaud

Flaubert

Bruce Lee ?

m’entendent-ils trop parler ?

est-ce que je les gêne

à marcher de long en large

à les inviter à ceci

à les mettre en garde contre cela 

à prétendre sentir la pente de leur écriture

malgré ma sinusite chronique ?

est-ce que ma voix

mon corps

les gênent pour écrire ?

est-ce l’inverse qui se produit ?

est-ce le fait qu’ils écrivent

qui m’anime ?

je ne verrai pas la fin de tout cela

personne ne la verra

le guidon nous sort de la tête

et nous chargeons sur une route

avec laquelle nous finissons

par nous confondre