Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2016

Lettre de Michaux à Claude Gallimard, 17 janvier 1984

 

" Cher ami,

Je dois - cela va sans dire - vous remercier de votre proposition, qui témoigne hautement de l'attention que vous accordez à mes écrits. L'année dernière déjà dans votre bureau il avait été question de La Pléiade à quoi je vous répondis que cela n'était pas pour moi: en tant que distinction, d'abord, que je préfère éviter, parce qu'elle ferait de moi définitivement un professionnel au lieu de l'amateur que je préfère être et demeurer.

La raison majeure est qu'il s'agit dans les volumes de cette prestigieuse collection d'un véritable dossier où l'on se trouve enfermé, une des impressions les plus odieuses que je puisse avoir et contre laquelle j'ai lutté ma vie durant.

Me libérer de quantité de pages d'autrefois, retrancher, réduire au lieu de rassembler, voilà quel serait mon idéal, au lieu de l'étalement de tous mes textes, qui à coup sûr me dégoûterait et à brève échéance me paralyserait.

Je veux me persuader que j'en ai dit suffisamment pour éclairer et justifier ma décision et vous demande de bien vouloir ne plus songer à ce projet.

Agréez, je vous prie, l'expression de mes sentiments de grande considération et d'amitié. "

H. Michaux

8e621619d71d0ae5ef4e631ad586334f-1457445118.jpg

 

Commentaires

Sacré Michaux, qui ne voulut pas être embaumé.

Jack Cha

Écrit par : Chaboud | 03/05/2016

Il y a des choses à écrire sur la notion d'amateurisme qu'il évoque dans le premier paragraphe. J'dis ça j'dis rien.

Écrit par : Greg | 03/05/2016

peut-être que Plume avait murmuré à l'oreille de Michaux :"fais gaffe mec ! un jour la Pleiade publiera D'Ormesson" ?
note : Allen Ginsberg a rencontré Michaux qu'il admirait énormément. Il n'a jamais essayé de rencontré Jean d'Ormesson !!

Écrit par : roger | 03/05/2016

Je me souviens d'un "Michaux, portrait d'écrivain" (émission de Bernard Rap des années 90) où sa veuve, Michèle Phankim, ouvrait les livres de la bibliothèque d'Henri Michaux pour montrer que, même sur ses livres un fois publiés chez Gallimard, Henri Michaux caviardait la plupart de ses textes. Sacré Michaux !

Écrit par : FXF | 04/05/2016

Les commentaires sont fermés.