Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2014

Où mes chevilles gonflent...

couv162.jpg

" Frédérick Houdaer fait partie de tout un mouvement qui se cale actuellement dans la poésie française, dont il serait l’une des figures majeures. On raconte des micro-histoires, des anecdotes minuscules, de courtes péripéties, des pensées fulgurantes, où il ne se passe presque rien, mais c’est ce presque rien qui est savoureux. On emploie la plupart du temps une langue parlée, sans recherche ni affèterie, c’est dire qu’on ne sacralise pas le mot, ni dans son étymologie, ni dans son emploi. On cultiverait peut-être même le sens d’un certain négligé de la parole qui l’authentifierait quelque part. Le fait d’écrire en vers, ce qui se révèle au final pas vraiment nécessaire, donne de la vitesse et du rythme au texte. L’objectif le plus constant de cette poésie est de viser le rire. Le rire en général, ou différentes nuances du rire, parfois plus vachard, parfois plus salace. On passe facilement de l’absurde à la malice, au grinçant, à l’humour noir. Une autre chose qui frappe reste la place particulière accordée au titre du poème. Il peut alternativement présenter, renforcer, résumer, expliquer, compléter le texte qui suit… Suivant une tradition d’auteurs américains auxquels le titre général offre comme un clin d’œil, (de même la photo de couv’ fait penser à un Buster Keaton en varappe), l’école à laquelle appartient l’auteur prône une écriture du quotidien d’aujourd’hui estampillé au décontracté, au saugrenu, loufoque ou grotesque. Le poète à la piscine, le poète au Marché de la Poésie, le poète chez le dentiste, le poète à la poste, le poète à Lyon… La narration vire au comique, mayonnaise qui prend chaque fois. "

Jacques Morin, revue DÉCHARGE n°162

 

Acheter le recueil « NO PARKING NO BUSINESS » ?

Lire d’autres critiques ou des extraits de ce recueil ?

 

Antoine-LnP_F.Houdaer.JPG

Paparazzié par le Non Photographe, chez Hélène Dassavray.

Commentaires

Oui ! Bien dit.

Écrit par : Marie-Hélène | 04/07/2014

Cela me semble à la fois juste et mérité.

Écrit par : Jérôme Leroy | 05/07/2014

Les paroles de Jacmotte sont l'évangile de la poésie française. Que serait cette poésie française actuelle sans sa revue ? De la merde ! Rien que de la merde ! Qui est publiée dans les autres revues de merde. Bon, sur ce, m'en vais décharger.

Écrit par : Éric | 25/07/2014

Les commentaires sont fermés.