Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2010

Des vieux parlent (et c'est intéressant)

montherlant.jpg

Commençons par Ungaretti, le seul véritable Maître Yoda: ici et .

dfl_079_ernest_hemingway[1].jpg

Puis, sans transition, rendons visite à Léo malet (une heure d'entretiens).

bukowski.jpg

 

11/02/2010

Jeudi

vals_pedret.jpg
Souffrant depuis trois jours, je me soigne avec l'essai de Thierry Marignac "Norman Mailer, économie du machisme".
Histoire d'arranger mon cas.

08/02/2010

Une nouvelle critique de "ROCOCO TOKYOÏTE"

rocococouv.jpg

FANTAISIE NIPPONE

Mieux vaut ne pas chercher dans Rococo Tokyoïte une narration bien ordonnée et une description du Japon façon carte postale. Rien de cela dans ce court roman de Clément Bulle. C'est plutôt une sorte de conte cruel, où se croisent des personnages improbables animant une histoire à dormir debout, menée à 200 à l'heure. On y rencontre un ex-amateur français de concrétions métalliques enlevé dès son arrivée au Japon pour être transformé en espion modèle ; une courtisane friande de membres humains qu'elle s'autogreffe après avoir mis à mort ses victimes ; ou encore quelques Yakusas experts en torture. Tout ce petit monde évolue dans un Japon inhospitalier et gris. Un univers surprenant qui mérite d'être découvert. D'autant qu'il porté, emporté même, par l'écriture de Clément Bulle. Avec sa phrase soigneusement chamboulée, multipliant les jeux de mots, elle se met au diapason de cette ambiance étrange, comique et poétique.

Nicolas Blondeau

Article paru dans le numéro de février de "LIVRE & LIRE"