Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2015

Vrac de vrac # jenesaisplus

D'abord, du local, une photo de ma chère place de la X-Rousse. Elle date de 1860, on y relève la présence de quelques spectres. Et cette question : nous, les membres du "Syndicat des poètes qui vont mourir un jour", à quel moment apparaîtrons-nous à l'état de fantômes ?

x rousse 1860.jpg

Une brève revue de presse, ensuite. Un brin sérieuse.

Cet article consacré à la loi sur le renseignement qui vient d'être votée.

Cet autre sur "La déconnexion volontaire, nouvelle fracture numérique".

Ce troisième papier sur la souffrance animale (mais pas que) en été.

Pour "alléger" cette notule, un avertissement adressé à quelques amis grâce à un moustachu et à une guitare : 

 

28/07/2015

Remise à niveau (anglais) # 29

english.jpg

26/07/2015

Le miel de la sieste

" Bab-el-Kamar est un village renommé pour sa poésie métrique et pour la manière unique avec laquelle les lecteurs de Coran la chantent. Dans le village, trente-deux poètes cohabitaient, nourrissant entre eux une rivalité ancestrale. Tous s'appelaient Souleymane. En outre, vivaient sept lecteurs du Coran, eux-mêmes en concurrence épuisante. A tour de rôle, sept jours sur sept, ils ne cessaient de psalmodier la Parole Divine selon la lecture berbéro-andalouse inimitable, vibrante entre le sacré et le profane, entre la danse et la prière. Ils étaient tous aveugles et polygames. Les sept lecteurs, à l'instar des trente-deux poètes, avaient, eux aussi, le même prénom : Souleymane. "

zaoui.jpg

Pitch de l'éditeur :

"Le miel de la sieste" d'Amin Zaoui, sortie octobre 2014

Anzar Afaya souffre d’une malformation : ses testicules ont la particularité d’être asymétriques. Loin d’être une tare, cette anomalie se révèle un bienfait. Quand il malaxe ses deux boules, son esprit vagabonde et se peuple de réminiscences. Surgissent alors l’oncle Wardane, le coiffeur Langlizi, Hana-la-dodue ou encore At-taureau ; mais aussi Rachel, Ghita, Khira, les femmes aimées, semblant toutes se confondre en une seule : Malika sa cousine, ou peut-être sa sœur…

Dans ce roman jubilatoire, Amin Zaoui se joue du lecteur. Il le conduit dans les méandres de récits enchâssés les uns dans les autres – divagations, fantasmes ou souvenirs réels ? – et pousse loin l’expérience du grotesque : Anzar, au crépuscule, hurle comme un loup ; un vrai chien, du nom de Socrate, jappe des slogans socialistes ; un homme, dans une photo, s’anime et prend la parole. Succession de métamorphoses, de situations absurdes, inquiétantes parfois et souvent loufoques.

Ce livre est une célébration de l’outrance et de la poésie, un hommage érudit et ludique aux Mille et une nuits.

 

 

25/07/2015

Birthday

turn him over

oh, no

 

do not drink wine nor strong drink

thou, nor thy sons with thee

lest ye shall die

look not thou upon the wine when it is red

and when it bringeth his color in the cup, when it moved itself aright

at the last it biteth like a serpent

and stingeth like an adder

now, folks

that’s from the Good Book

but in this here town

it’s five cents a glass

five cents a glass

does anyone really think that that is the price of a drink

the price of a drink ? let him decide

who has lost his courage and his pride

who lies a groveling heap of clay not far removed

 

all’s quiet, sir

let’s fall in

follow me

i beg your pardon, ma’am

i’m sorry. i’m so sorry

allow me, ma’am

thank you

may i ?

thank you

 

thornton, wake up ! soldiers !

take a look

 

i don’t care what you meant to do

it’s what you did i don’t like

you inconvenienced this lady, and made a fool of yourself

and this railroad in the bargain

now, i want you to apologize to this…

yes, sir, can I help you ?

 

if they move, kill them

 

 

the wild bunch

 

 " Me voici donc à mi-chemin, ayant eu vingt années

En gros vingt années gaspillées, les années de l'entre-deux-guerres

Pour essayer d'apprendre à me servir des mots, et chaque essai

Est un départ entièrement neuf, une différente espèce d'échec

Parce que l'on n'apprend à maîtriser les mots

Que pour les choses que l'on n'a plus à dire, ou la manière

Dont on n'a plus envie de les dire. Et c'est pourquoi chaque tentative

Est un nouveau commencement, un raid dans l'inarticulé

Avec un équipement miteux qui sans cesse se détériore

Parmi le fouillis général de l'imprécision du sentir,

Les escouades indisciplinées de l'émotion. "

 

T.S.Eliot

 

 

24/07/2015

PRÉPARATION PHYSIQUE

 

à la télé

 

une femme se confie à un homme

 

elle lui dit

 

sur un ton très bas

 

j’ai fait analyser ces poils

 

qui te sont poussés sur la poitrine

 

l’autre soir

 

l’homme ne semble pas comprendre

 

où elle veut en venir

 

et attend la suite

 

j’ai fait analyser ces poils

 

et

 

ils ne sont pas humains

 

je ne t’apprends rien

 

n’est-ce pas ?

 

j’éteins le poste

 

je le souffle comme disait ma grand-mère

 

et me rabats sur une revue de vulgarisation scientifique

 

à l’intérieur

 

un article me promet une collision entre deux galaxies

 

il la qualifie même d’inévitable

 

mais ne l’annonce que dans quelques milliers d’années

 

je n’aurai jamais la patience

 

 

 

 

F.Houdaer ("NO PARKING NO BUSINESS", éd. Gros textes)

 

 

 

23/07/2015

Sylvia Plath

plath.jpg

" Je me sentais comme un cheval de course dans un monde dépourvu d'hippodromes. "

 

22/07/2015

"Poésie Nomade en Luberon" (quelques photos accablantes...

... en souvenir d'un beau rendez-vous).

P7170002.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Thierry Roquet ("Le Cow-Boy de Malakoff")

P7180007.JPG

Emanuel Campo & re-Le Cow-Boy de Malakoff

11143263_10207366484908479_881330502887857125_o.jpg

Un moustachu (?) 

P7180010.JPG

Un éditeur en train de dormir est-il toujours un éditeur (ci-gît siestant Yves Artufel des éditions "Gros Textes") ?

11781877_504181969757387_7872897848022837197_n.jpg

Lecture et fight poétique au fond d'un lavoir (de g à d, Jean Azarel, Emanuel Campo & un ex-moustachu) 

P7200035.JPG

Antoine de "La boucherie Littéraire" expliquant le fonctionnement d'un appareil photographique à quelques poètes (Patrick Dubost, Marlène Tissot, Thierry Roquet)

P7200047.JPG

 On the road (Thierry R. au volant, Marlène T. à l'arrière)

06:55 Publié dans planches | Lien permanent | Commentaires (0)