Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2015

... ajouter encore des choses...

 « Vous n’en finissez pas d’ajouter encore des choses,

Des boîtes, des maisons, des mots,

Sans bruit l’encombrement s’accroît au centre de la vie,

Et vous êtes poussé vers la périphérie,

Vers les dépotoirs, les autoroutes, les orties ;

Vous n’existez plus qu’à l’état de débris ou de fumée.

Cependant vous marchez,

Donnant la main à vos enfants hallucinés

Sous le ciel vaste, et vous n’avancez pas ;

Vous piétinez sans fin devant le mur de l’étendue

Où les boîtes, les mots cassés, les maisons vous rejoignent,

Vous repoussent un peu plus loin dans cette lumière

Qui a de plus en plus de peine à vous rêver.

Avant de disparaître,

Vous vous retournez pour sourire à votre femme attardée,

Mais elle est prise aussi dans un remous de solitude,

Et ses traits flous sont ceux d’une vieille photographie.

Elle ne répond pas, lourde et navrante avec le poids du jour sur ses paupières,

Avec ce poids vivant qui bouge dans sa chair et qui l’encombre.

Et le dernier billet du mois plié dans son corsage. »

 

Jacques Réda

 

Commentaires

C'est dans quoi?

Écrit par : Cornélius Rouge | 15/02/2015

Dans "Amen", Jérôme. Et je suis absolument incapable d'écrire un poème pareil (qui me scotche sur place).

Écrit par : Frédérick Houdaer | 16/02/2015

Les commentaires sont fermés.