Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2010

Un article consacré au Cabaret Poétique

L’ECOLE (POETIQUE) DU DIMANCHE

 

« Le problème de la lecture de poésie, c’est que cela tourne trop souvent à la messe ». De la messe, Frédérick Houdaer n’a conservé que le jour pour les cabarets poétiques qu’il a lancés à la rentrée 2010 au Périscope – une salle faisant partie du dispositif Scènes Découverte. Un dimanche par mois, à 17 h, l’écrivain Houdaer se fait programmateur et Monsieur Loyal d’une rencontre qui convie à chacune de ses sessions sept ou huit poètes de 29 à 70 ans, représentant toutes les « chapelles » d’un microcosme régional qu’il connaît bien, et dans lequel il évolue depuis quelques années en tant qu’auteur et éditeur.

Textes lus à voix nue, slam et performances se succèdent sur scène, variant les plaisirs d’un public dont la curiosité et la présence à cet horaire baroque ne laissent pas de ravir l’instigateur de ce festin de mots : « C’est un petit miracle, je ne sais pas combien de temps cela durera. Les poètes viennent « pour mes beaux yeux », nous avons zéro budget… Quant au public, il est composé d’amis réunis grâce à Facebook, de gens qui n’avaient jamais mis les pieds au Périscope et d’habitués du lieu ». Un lieu mis amicalement à disposition par l’une de ses fondatrices, Françoise Bressat, et qui participe de l’ambiance particulière de chaque cabaret. Pour la vivre, il faut se rendre sur place, aucune captation des sessions passées n’ayant été effectuées, Frédérick Houdaer se refuse à « accumuler de l’archive », privilégiant la fragilité du live. Pour lui, « ces cabarets, c’est de l’archi-éphémère avant tout ».

 

Vincent Raymond, in « LIVRE & LIRE » n°257, décembre 2010

Commentaires

ça donne vraiment envie, le Périscope.

Écrit par : Jim | 13/12/2010

Tu auras compris que mon histoire de "zéro budget" m'empêche d'affréter des T.G.V chargés de poètes depuis.. Lille ou Marseille (pour nomner deux villes au hasard).
Ceci dit, si t'as une vieille grand-mère à venir visiter sur Lyon, préviens-moi, que j't'inscrive au programme du Cabaret Poétique !

Écrit par : Frédérick Houdaer | 19/12/2010

Une femme dans chaque port, une grand-mère dans chaque ville.

Écrit par : Jim | 19/12/2010

Jean-Marc, t'es un super poète mais un petit-fils indigne !

Écrit par : Frédérick Houdaer | 19/12/2010

on viendra à Pâques mieux qu'à la Trinité
avec tous nos bébés
depuis Grasse
mais pas en TGV
faites nous place,
SVP

Écrit par : Patrick Gindre | 13/04/2011

Les commentaires sont fermés.