Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2017

Trois questions... (#6)

... posées à Roger Lahu... qui ne fait rien comme tout le monde et qui y répond en réagissant aux remarques des autres poètes... En plus, il ne traite que deux des trois questions !

Pour faire simple, donc, les réponses de Roger Lahu sont en vert.

roger lahu,lahu,trois questions

Quel lieu aimeriez-vous voir investi par la poésie ?

Les chaussures, puisqu'on n'arrive pas à remplir les salles de spectacles. (réponse d'Emanuel Campo)

Pas d’ac ! (je veux bien cependant une nouvelle paire de shoes : les miennes commencent à être assez amochées) . Le poème n’a pas à être « spectaculaire » : je ne crache pas dans la soupe, une bonne séance de « lecture » me plaisait bien, la voix du mec qui avait pondu les textes j’aimais bien parfois (pas toujours) l’entendre, mais l’histrionisme des « performance » m’emmerdent la plupart du temps : si on veut faire du théâtre on fait du théâtre, si on écrit des poèmes on veut des lecteurs, pas des « spectateurs ».

 

Que manque-t-il à la poésie aujourd’hui ?

D'être reconnue comme genre littéraire au même titre que le roman qui est chiant et prend toute la place. (réponse de J-M Flahaut)

Faux ! « La » poèsie (laquelle ???) est bien « reconnue » comme genre : genre chiant , à cause d’un lourd passif durant une bonne partie du XXeme siècle. Et « le roman » (lesquels ? ) prend la place qu’il mérite : vaste espace d’errances tous azimuts. Et souvent en lisant des romans (75% de mes lectures) je trouve – à mes yeux et noreilles - de superbes poèmes inside. En ai trouvé plein dans « Brève histoire de sept meurtres » (850 pages !!!!) du romancier jamaïcain Marlon james que je te recommande.  

 

Trois questions... (#5) 

Trois questions... (#4)

Trois questions... (#3)

Trois questions... (#2)  

30/05/2017

A la rentrée de septembre...

OCp9m9w.jpg

... reprise de l'activité éditoriale (& poétique)

                                  des éditions LE PÉDALO IVRE !

 

Reportage de pointe

Parce que Collaro méritait de recevoir le prix Pulitzer, et que nous ne nous en sommes pas rendu compte à l'époque... 

Excellence du journalisme, rigueur implacable de la démonstration scientifique, courtoisie du dialogue de sourds...