Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2016

POÈME PRESQUE ENGAGé

 

d’ordinaire

je crains la foule

mais aujourd’hui

au milieu d’elle

sur ce boulevard marseillais grand ouvert

marchant vers la plage où doit se tenir le meeting

le vent et le sel font ce qu’ils veulent

avec mon crâne

avec ma peau

avec la peau des jolies femmes que je repère

en cherchant bien

 

nous arrivons sur le lieu du rassemblement

mi-herbeux

mi-sablesque

règne un esprit

bon enfant comme on dit

l’ambiance est familiale

comme on dit encore

et je m’ennuie déjà

tous les types autour de moi

ont du ventre

et parlent de révolution

ils se servent de trois sortes d’affiches différentes

pour enlaidir l’endroit

seuls les drapeaux rouges conservent une certaine allure

 

je tombe sur une libraire de Lyon

qui vient pleurnicher sur mon épaule

au sujet d’une subvention qu’on lui aurait versée

et qu’on lui réclamerait à présent

 

contrairement à elle

je ne suis pas descendu en car

mais dans la voiture d’un ami

qui passait la musique de Gurdjieff en boucle

dans son auto-radio

que cela plaise ou non à son gamin

assis à mes côtés

un autre fait remarquable concernant mon chauffeur

nous partageons les mêmes goûts en matière de femmes

les noms de Françoise Dorleac et de Monica Vitti

et de pleins d’autres actrices italiennes

ont été prononcés des dizaines de fois

dans l’habitacle

à présent

ce sont d’autres noms qui sont répétés dans les haut-parleurs

j’essaye de me rendre plus réceptif

au jeu des éléments autour de moi

qu’à ces mots d’ordre répétés

ces ré-sis-tan-ces-ré-sis-tan-ces

ri-di-cu-les-ri-di-cu-les

 

j’applaudis à un discours

que je ne suis pas sûr d’approuver

sur tous les points

même s’il me semble remarquable

que l’orateur cite Homère

et sa mer violette

je ne suis qu’à quelques mètres de celle-ci

je dois faire attention

il est rare que je la mentionne dans un poème

saurai-je éviter les clichés dont on l’affuble si volontiers ?

 

quelques années passent

je relis les trente premières lignes de ce texte ni fait ni à faire

l’homme politique dont il est question un peu plus haut

n’a pas disparu de la scène politique

même s’il doit en rabattre aujourd’hui

la révolution qu’il appelait de ses vœux

n’est pas survenue

pour le reste

certaines évolutions de la société

trahisons politiques

et autres coups-fourrés des médias

sont loin de lui avoir donné tort

quoi qu’il arrive

il aura au moins eu le mérite de citer Homère au micro

un jour de 2012

sur une plage Marseillaise

 

F.Houdaer

 

Commentaires

Homère à la bonne mère au bord de la mer...

Écrit par : LASSABLIERE | 14/09/2016

Les commentaires sont fermés.