Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2015

Thierry Radière

Nous ne reviendrons plus

dans cette maison où tu pleures

en cachette dès qu’on y séjourne

même quelques heures les coffres-forts

sont bien cachés : près de l’océan

on ne sait jamais du monde circule

et de plus en plus maintenant

que la route principale du village passe

devant chez eux

tu es sûre que c’est une vengeance du maire 

il a voulu emmerder le propriétaire 

c’est-à-dire ton père qui lui avait piqué

sa maîtresse et qu’il ne l’a jamais digéré.

 

Thierry Radière,

"Poèmes géographiques", à paraître tout prochainement au Pédalo Ivre !

Les commentaires sont fermés.