Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2014

C.Q.F.D.

image couve flahaut.jpg

Jean-Marc Flahaut vient de publier un livre rouge avec une nana et un flingue en couverture. Un flingue baveux. Le style de l’auteur, lui, n’a rien de baveux. Il est même d’une redoutable précision. Tout ce qu’il ne mentionne pas (à commencer par le nom de son héroïne), c’est à dessein.

L’histoire de « Stockholm » où des « étudiants végètent sur la pelouse comme après une sortie de route », où une pov’petite fille riche est enlevée par « l’armée du peuple » avant d’épouser la cause de ses ravisseurs ? Elle est vraie. Paul Schrader en a fait un film. Pierre Bellemare en a sûrement causé à la radio. Est-ce une raison pour que Flahaut s’interdise de nous en proposer sa version ?

« C’est simple comme bonsoir. Et facile comme passer la porte d’une boulangerie. Parce que c’est justement là qu’on y trouve le blé. C’est à ça qu’elle pense lorsqu’elle pénètre dans la banque en suivant les autres en diagonale comme un pion sur un damier. »

Flahaut est un poète. Il est donc pauvre et a les moyens. Qu’on en juge :

«  Au bout du voyage et d’une route de terre passablement longue et ennuyeuse, se dresse une colline. Et derrière cette colline, se cache une vallée. Et quelque part au milieu de cette vallée, se trouve une ferme. Entourée par des étangs. Et une forêt de bouleaux.

Devant, quelqu’un est là, qui les attend. C’est une jeune femme japonaise. Recherchée pour des attentats à la voiture piégée.

Et qui avance dans leur direction.

Dans un concert de grenouilles et de grillons.

Pour leur souhaiter la bienvenue.

Comme une trêve imaginaire.

Un possible retour au calme.

Et une invitation à la paix. »

La Patty Hearst de Jean-Marc Flahaut est l’une des héroïnes les plus troublantes de cette non-rentrée littéraire d’avril.

 

« Stockholm » de Jean-Marc Flahaut

50p., 12,50 €

ISBN 978 2 919098 08 8

Editions Les États Civils

Le commander ? ICI

 

 

09:29 Publié dans où je lis | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Je commente ici car je sais que tu préfères qu'on dépose les couronnes à cet endroit. Alors, merci pour cette chronique et merci pour ta confiance.

Écrit par : jim | 19/04/2014

Les commentaires sont fermés.