Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2012

(Non) pensée du jour

De retour du Festival International de Poésie, je me demande comment certain(e)s trouvent la force de continuer à écrire de la poésie... alors que l'U.M.P. est au bord d'exploser comme une vieille biscotte entre les mains d'un Michel Serrault pleurnichard.

Dans le doute, je vais faire comme eux.

06:10 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Eh oui, L'UM pète !

Écrit par : Christian Cottet-Emard | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.